Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 20 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

"Le féminisme musulman est une imposture"

Égalité, mais aussi laïcité et encore droit, justice : ces mots, qu’on croyait universels, sont, chaque jour, détournés de leur sens. Les responsables de cet assaut porté à la langue française ? Les communautaristes de toutes obédiences. C’est pour décrypter leurs méthodes que ce livre a été écrit. Extrait de "Le grand détournement" de Fatiha Boudjahlat aux éditions du Cerf (2/2).

Bonnes feuilles

Publié le
"Le féminisme musulman est une imposture"

La laïcité n’avait rien à faire dans ce débat, au contraire de la dignité des femmes. Un autre exemple de ce grand détournement du féminisme contre les femmes s’est manifesté à l’occasion de la polémique des « burqas de plage ». L’habileté consistait, une fois encore, à présenter le droit de s’ensevelir comme l’exercice d’une liberté. C’est par exemple la position de la nouvelle porte-parole du PIR, doctorante en sociologie, Hanane Karimi, qui se présente ainsi sur Twitter : « Féministe et musulmane, ne vous en de´plaise !

Ne me libérez pas, je m’en charge. » De quelle libération peut-il bien s’agir quand la religion est un e´le´ment fondateur de l’identité ? Le féminisme musulman est une imposture. Tout comme le féminisme catholique ou juif. Le féminisme est politique et universel, il ne peut être corrélé, sans être amendé, à une identité religieuse. C’est sous cet angle que la Ligue des droits de l’homme a soumis au Conseil d’E´tat les arrêtés anti-burkini. L’effet cliquet est manifeste : tout ce qui est obtenu sert de base a` de nouvelles revendications. Effet cliquet dont les manifestations sont décrites dans la conclusion du rapport Obin : nous sommes face à des « adversaires rompus a` la tactique et prompts a` utiliser toutes les failles, tous les reculs et toutes les hésitations des pouvoirs publics et pour lesquels un compromis devient vite un droit acquis ». Il ne s’agit pas de demandes spontanées, de nouveaux besoins exprime´s. Il s’agit d’une offensive.

La polémique sur le burkini est une occasion pour battre en brèche un argument utilisé par des personnalités devenues expertes auprès des médias, comme Mathieu Guide`re18, selon qui cette tenue venue d’Australie constituerait le compromis ide´al entre la volonté de pratiquer sa foi et l’envie de participer a` des loisirs en famille et en plein air. Le fait de le porter serait même la première étape vers l’e´mancipation. Cette évolution, lente mais certaine, permettrait de passer de la burqa au simple foulard, et aboutirait même à la disparition du voile. Que comprendre ? Le burkini serait un outil de l’intégration car il permettrait aux femmes musulmanes de participer à des activités auxquelles elles n’auraient normalement, pas accès. La preuve ? Les salafistes interdisent à leurs femmes d’aller à la plage. Elles restent a` la maison. Ces arguments condescendants et résolument différentialistes révèlent une faille dans le raisonnement. Celles qui optent pour ce voilement radical sont nées ici. Elles ont été scolarisées sans foulard. Elles sont nos compatriotes, pas des immigre´es sur le chemin de l’intégration. Et pire, elles optent pour des tenues du Moyen-Orient, non du Maghreb, il ne s’agit donc pas de renouer avec un passé, mais de vivre un fantasme. On voit ces femmes en burqa conduire, taper sur des smartphones, aller au restaurant, a` la plage. Nous aurions tort de les présenter comme des cendrillons orientales. La tolérance, vis-à-vis de cette pratique, est coupable. Le voile n’est pas qu’un tissu, court ou long, peu importe que la secte des islamistes appelle ça burqa, peu importe que la secte juive des Haredim appelle ça frumka, l’important, c’est de le combattre en engageant un bras de fer politique contre les femmes qui le portent, mais aussi contre les hommes qui en font l’apologie. Quant aux féministes qui voudraient le normaliser, il faut les contredire encore et toujours. Un voile, même façonné par Hermès, est un symbole d’infériorité.

Extrait de "Le grand détournement" de Fatiha Boudjahlat aux éditions du Cerf

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Ganesha - 12/11/2017 - 12:07 - Signaler un abus La vraie justification de la Burqa !

    Ayant travaillé quelques années au Moyen-Orient (Arabie Saoudite, Bahreïn, Yémen) et étant, par ma profession, en contact direct avec les femmes de ces pays, et ayant aussi constaté ce que ressentent les hommes, j'ai une vision de ces sociétés très différente de celle des français ''de souche'' ! Tellement paradoxale qu'elle est totalement incompréhensible et inadmissible pour les lecteurs d'Atlantico ! En résumé, la civilisation méditerranéenne est centrée sur la personne de la mère famille, la Mamma. Et, c'est bien connu, le sentiment le plus profond et le plus violent qui réside dans le cœur des femmes, partout dans le monde, c'est la jalousie envers les autres femmes, la crainte qu'une rivale leur ''vole'' leur compagnon ! C'est là, la vraie justification de la Burqa ! Lorsque qu'une jolie pin-up débarque sur une plage, nombreuses sont les femmes françaises qui entrent en ébullition et rêvent de lui imposer un burkini ! Ceux qui sont vraiment à plaindre, qui devraient se révolter et militer pour leurs droits, ce sont les hommes musulmans !

  • Par Borgowrio - 12/11/2017 - 15:58 - Signaler un abus A Rome , fait comme etc..

    Elles ou ils , qui ont pleuré et supplié pour avoir des visas , ou risquer leur vie pour quitter leur pays ou coule le lait et le miel . Veulent reproduire le même merdier et s'habiller comme au moyen age ( pour nous faire chier ) . Pourtant sous la burqa il y a des portables des lunettes , des prothèses dentaires conçues et fabriquées par les racistes

  • Par Ganesha - 12/11/2017 - 16:45 - Signaler un abus Borgwrio, anecdote

    Borgowrio, je suis bien entendu, d'accord avec vous ! Le code vestimentaire islamique n'a que très peu de chances de s'imposer chez nous... tant que le ''grand remplacement'' n'aura pas atteint un niveau critique ! Je m'adressais surtout à l'auteur de cet article pour relever sa propagande et ses erreurs d'analyse. Une de mes anecdotes favorites : un collègue originaire du Bangladesh, qui venait de faire une prière très ostentatoire dans un lieu public, avec plein de prosternations et de Allahouakbhar, qui s'approche de moi et me dit : ''Cher ami, vous serez certainement d'accord avec moi : les égyptiennes ont de plus gros seins que les saoudiennes !''. Voilà donc à quoi pense un ''pieux musulman'' pendant sa prière !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Fatiha Boudjahlat

Enseignante, cofondatrice du mouvement citoyen Viv(r)e la République, ex-secrétaire nationale du MRC en charge de l’Éducation, Fatiha Agag-Boudjahlat vit à Toulouse.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€