Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 01 Septembre 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Excès de laïcité : l'Allemagne s'interroge sur l'interdiction de la circoncision

La circoncision fait l'objet d'une vaste polémique en Allemagne, depuis la décision du Tribunal de grande instance de Cologne d'interdire cette pratique religieuse sous peine de poursuites pénales.

Débat religieux

Publié le

C’est en Allemagne, pays où l’histoire contemporaine du judaïsme est si particulière qu’est intervenue une décision du Tribunal de grande instance de Cologne le 26 juin 2012 au sujet de la circoncision qui concerne, on le rappellera, les très jeunes enfants juifs et musulmans[1].

Cette décision a provoqué de vastes remous dans un État où pourtant, pour des raisons à la fois historiques et juridiques, la liberté de religieuse est généralement dans l’ensemble bien garantie.

Le Conseil central des juifs d'Allemagne a ainsi vivement réagi à cette décision judiciaire, estimant qu'il s'agissait d'une intervention gravissime et sans précédent dans les prérogatives des communautés religieuses".

"La circoncision des nouveaux-nés garçons est un élément essentiel de la religion juive et est pratiquée depuis des milliers d'années partout dans le monde", a même insisté le président du Conseil, Dieter Graumann. En revanche, les partisans de la solution adoptée par le tribunal évoquent la reconnaissance qui était nécessaire d’une base juridique pour les interventions médicales en matière de circoncisions.

Cette décision récente intervient dans un double contexte propre à l’histoire allemande :

- celle de l’expérience tragique de l’extermination de millions juifs par le régime national-socialiste durant la seconde guerre mondiale ;

- celle de la régulation du fait religieux dans le champ public et social dont il importe rapidement de rappeler le sens général qui n’est pas toujours bien connu.

En 2004, une des questions les plus controversées lors de l’élaboration du projet de « Constitution européenne » au sein de la Convention pour l’avenir de l’Europe fut celle de la référence à l’héritage chrétien de l’Europe. Les autorités françaises avaient clairement manifesté leur refus d’une telle mention. La position française suscita une incompréhension manifeste en Allemagne, pays dans lequel la religion occupe une place certaine dans la vie publique et sociale.

Cette incompréhension entre la France et l’Allemagne renvoie à deux conceptions divergentes de la religion dans l’espace public.

Pour bien en saisir la portée, il importe de rappeler que la doctrine identifie en général trois modèle de relations entre les cultes et l’Etat dans l’Europe communautaire[2] :

  • le modèle des Églises d’Etat (Angleterre, Danemark, Finlande),
    • les régimes de séparation dits « stricts » (France, Pays-Bas, Irlande) ,
      • les régimes dits de « séparation-coopération » (Allemagne, Belgique, Autriche, Espagne, Italie…).

        La dernière catégorie est souvent mal comprise des juristes français qui, habitués à raisonner dans le cadre de la laïcité, tendent à assimiler « séparation » et « loi de 1905 », « séparation » et « sphère privée ». La séparation des cultes et de l’Etat impliquerait le recours nécessaire au droit privé et à l’interdiction des subventions cultuelles. Or, une analyse de la littérature juridique étrangère, notamment allemande[3], autrichienne et belge, témoigne de l’utilisation du terme de « séparation » pour qualifier des régimes cultuels qui recourent au droit public comme au droit conventionnel.

        A cet égard, le modèle allemand constitue un instrument tout à fait pertinent, car il concilie la reconnaissance d’un régime de séparation avec la mise en place d’institutions de droit public qui, en tant que telles, ne violent pas le principe de neutralité de l’Etat. Dans le cadre d’un Etat neutre, il respecte la liberté de conscience et de religion des individus et des communautés religieuses.

C’est donc dans ce contexte qu’intervient le jugement du tribunal d’instance de Cologne sur la circoncision qui a estimé que "le corps d'un enfant était modifié durablement et de manière irréparable par la circoncision". "Cette modification est contraire à l'intérêt de l'enfant qui doit décider plus tard par lui-même de son appartenance religieuse", précise ce jugement qui n'interdit néanmoins pas cet acte à des fins médicales. Selon le tribunal, le droit de l’enfant à son intégrité physique prime, par voie de conséquence, le droit des parents de décider des pratiques religieuses pouvant être réalisées sur un jeune enfant. Contestable sur le plan de la conciliation concrète réalisée en matière de droits fondamentaux, cette décision risque en outre de remettre en cause une pratique religieuse, concernant les 200 000 juifs et les 4 millions de musulmans résidant en Allemagne, établie depuis des siècles.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Djamar - 03/09/2012 - 09:35 - Signaler un abus Hypocrisie et misogynie !

    C'est l'excision qu'il faut combattre. Qui ose s'opposer à l'excision de la plupart des petites filles musulmanes.

  • Par Ganesha - 03/09/2012 - 09:37 - Signaler un abus Question de Sensibilité

    Je n'ai trouvé que très peu de témoignages à ce sujet, mais pour moi la réponse est évidente : un homme qui se fait circoncir à l'adulte doit, logiquement, constater que son gland devient moins sensible qu'auparavant. Le frottement des vêtements, après avoir causé une irritation initiale, va entraîner un épaissisement ("kératinisation") : la sensibilité d'une muqueuse n'a rien à voir avec celle de la peau. Je pense même que cela a déjà été proposé comme traitement de l'éjaculation précoce. Le plaisir est un phénomène complexe... mais une femme expérimentée pourrait peut-être nous dire si les hommes circoncis "pilonnent" encore plus à l'aveugle que leurs collègues "intacts" ! Quant aux enfants, il faut savoir qu'il existe un phimosis physiologique à la naissance. Faut-il s'acharner à les décalotter le plus rapidement possible ? Oui, si l'on craint une balanite ou un paraphimosis, mais il faut savoir que ce problème se résout spontanément dans l'enfance. Les phimosis persistants au point de nécessiter une circoncision à la puberté sont exceptionnels (et cela n'a pas porté chance à ce pauvre Louis XVI !)

  • Par Alliance Nationale France - 03/09/2012 - 09:58 - Signaler un abus et en France ?

    1- "référence à l’héritage chrétien de l’Europe. Les autorités françaises avaient clairement manifesté leur refus d’une telle mention" : quelle surprise !! La Laicité va dans le sens des étrangers pour ne pas les froisser mais peuvent imposer leur religion 2- si les immigrés veulent vivre (sans parler de leur volonté de l'imposer) leurs rites religieux à chaque instant, ils peuvent tout aussi le faire dans leur pays.

  • Par ghislfa - 03/09/2012 - 10:48 - Signaler un abus Cà fait quelques semaines

    que le jugement agite la blogosphère internationale. Le fait qu'il vise un médecin ayant pratiqué l'acte sur un enfant musulman n'a pas empêché les milieux juifs de réagir vite et fort. A signaler une différence entre les deux religions. L'une, la juive, font le geste très tôt, dans les premiers jours de la vie. L'autre attend un peu. A signaler, pourtant, le traitement du refus de transfusion sanguine opposé par les témoins de Jéhova sur leur enfants. Certes, les conséquences sont plus définitives, mais les principes sont les même : une position inspirée par une pratique religieuse et visant des êtres dont la capacité de choix est nulle. Les parents a

  • Par ghislfa - 03/09/2012 - 10:48 - Signaler un abus Cà fait quelques semaines

    que le jugement agite la blogosphère internationale. Le fait qu'il vise un médecin ayant pratiqué l'acte sur un enfant musulman n'a pas empêché les milieux juifs de réagir vite et fort. A signaler une différence entre les deux religions. L'une, la juive, font le geste très tôt, dans les premiers jours de la vie. L'autre attend un peu. A signaler, pourtant, le traitement du refus de transfusion sanguine opposé par les témoins de Jéhova sur leur enfants. Certes, les conséquences sont plus définitives, mais les principes sont les même : une position inspirée par une pratique religieuse et visant des êtres dont la capacité de choix est nulle. Les parents a

  • Par Olivierguy - 03/09/2012 - 11:07 - Signaler un abus Chacun dispose de son corps

    Il semble logique que l'enfant décide à sa majorité....mais il y aura peut être moins de volontaires! Qu'est ce que c'est que toutes ces coutumes barbares !!!!!

  • Par Ganesha - 03/09/2012 - 11:38 - Signaler un abus Zélotes

    Quant aux zélotes du "couper tout ce qui bouge ou dépasse", je conseillerais pour eux même et leur famille, de commencer par se faire retirer l'appendice iléo-caecal (prévention de l'appendicite) et dans le même temps opératoire, la vésicule biliaire (avant qu'elle ne se remplisse de calculs) Et afin d'améliorer leur aérodynamisme, pourquoi ne pas couper les oreilles ? Avant que nos enfants ne prennent la mauvaise habitude de s'en servir pour se curer le nez et les conduits auditifs, coupons leur aussi quelques petits doigts. Et, tant qu'à faire, est-on vraiment convaincu de l'utilité des doigts de pieds ? Après, on trouvera toujours quelques études anglo-saxonnes bidons, pour nous affirmer que "cela fait un bien énorme, et que l'on se sent beaucoup mieux après" !!!

  • Par eheime - 03/09/2012 - 11:47 - Signaler un abus sectes et religions

    En imaginant que l'islam et la religion juive ne connaissent pas la circoncision. Si une nouvelle religion arrivait aujourd'hui et proposait cette pratique, elle serait immédiatement qualifiée de secte dangereuse à erradiquer .... Mais comme cette pratique est un héritage historique religieux, on le qualifie d'acte religieux... mais en France on ne reconnait pas l'héritage historique religieux ... s'il est catholique :) Allez comprendre ! Enfin bon, la France n'est pas à une contradiciton prêt.

  • Par drzwi - 03/09/2012 - 11:54 - Signaler un abus .

    La combine en France consiste à se faire prescrire par un médecin de la même confession une circoncision pour raison médicale : coût cir. 900 euros remboursés pas la sécurité sociale. Des centaines de milliers de cas, on attend l'homme politique qui soulèvera le lièvre.

  • Par eheime - 03/09/2012 - 12:05 - Signaler un abus sur le fond

    Je trouve cette pratique mauvaise pour plusieurs raisons : - elle ne sert à rien aujourd'hui (elle était vitale autrefois et pouvait se justifier), - sans elle, rien n'empeche de prier et d'aimer son Dieu - l'enfant n'est pas consentant - elle est involontairement discriminatoire de façon irrémédiable. L'enfant devenu adulte n'adoptera pas forcément la religion de ses parents. Cette pratique le "marque au fer rouge" et rappelera à lui et aux autres, sa religion parentale ... toute sa vie. - quand un pays "pète les plombs" comme l'allemagne l'a fait dans les années 30, c'est un moyen facile pour discriminer et "faire le tri". - c'est injuste vis à vis d'autres religions (ou sectes, pour moi c'est pareil) avec qui on est moins tolérantes car elles sont moins représentées. La décision de justice allemande ne me choque pas. Elle a en fin de compte une portée très limitée, puisqu'encore peu(pas) respectueuse des droits de l'enfant.

  • Par benjo - 03/09/2012 - 13:57 - Signaler un abus Demandons aux circoncis ce qu'ils en pensent

    Et bizarremment tous les anti-circoncisions sont des non-circoncis, ce qui prouve que le pseudo traumatisme est inexistant. Bien au contraire, les bienfaits medicaux de la circoncision sont aujourd'hui etablis et la circoncision recommandee en Afrique et aux USA. En dehors de ca, cela fait partie de la liberte religieuse qui est un droit de l'homme. Le coup de "laisser les enfants decider" est evidemment une blague. On les laisse decider a la majorite aussi pour les vaccins ? l'education qu'ils recoivent ? etc... les enfants n'ont pas de liberte de choix, c'est meme ce qui definit le fait d'etre un enfant.

  • Par pehm - 03/09/2012 - 15:14 - Signaler un abus @ Benjo

    Le circoncis que je suis peut vous dire qu'il est totalement contre cette pratique si elle n'est pas justifiée par des raisons médicales sérieuses. Je ne sais pas si j'ai été traumatisé, mais au moins mon cas était médical. Vous comparez la circoncision à l'éducation ; mais chacun dispose de son libre arbitre et peut disposer de l'éducation donnée par ses parents pour en faire ce qu'il veut. Là, nous parlons d'un acte définitif. Pour rester dans le domaine religieux au coeur de cette question, comparons circoncision et baptême, son équivalent chrétien : si vous restez dans la foi de vos parents, c'est un acte important ; si vous vous en détournez, juste un peu d'eau sur la tête... Alors pourquoi ne pas attendre la majorité ? Comme le disait un autre intervenant, si quelqu'un s'amusait à fonder une nouvelle religion accompagnée d'une ablation imposée à un enfant, il serait jeté en prison ! J'ai une opinion tranchée: je suis pour l'interdiction de cette pratique ; tout comme je suis contre les boucles d'oreilles sur un bébé. Enfin, plus anecdotique, puis-je vous faire remarquer qu'il est désormais interdit de couper les oreilles aux chiens ? L' enfant serait moins protégé ?

  • Par De France et de plus loin - 03/09/2012 - 15:25 - Signaler un abus benjo

    Les circoncis le sont du fait de leur religion or les religieux ont cette étrange tendance à penser que la religion de leurs parents est bonne (et meilleure que celle des autres évidemment) Voilà pourquoi beaucoup de circoncis ne critiqueront jamais la circoncision (parce que c'est une exigence de Dieu) Moi qui suis circoncis de naissance, je suis contre cette pratique qui amoindri considérablement la sensibilité des hommes (dans mon cas en tout cas) De manière générale, je pense qu'il ne faut pas toucher aux pénis des bébés, surtout si c'est avec des ciseaux ou un couteaux. Si Dieu veut la circoncision, qu'il la fasse lui même!

  • Par De France et de plus loin - 03/09/2012 - 15:27 - Signaler un abus Djamar

    "Qui ose s'opposer à l'excision de la plupart des petites filles musulmanes." Vous plaisantez? Vous connaissez beaucoup de gens en France favorables à la mutilation des petites filles? Je vous rappelle que cette pratique est interdite par la loi française ce qui constitue une opposition assez claire.

  • Par Eowyn - 03/09/2012 - 18:20 - Signaler un abus Non, ce n'est pas un excès de laïcité

    Bravo à ces juges allemands. La liberté religieuse des parents ne doit pas prévaloir sur l'intégrité physique d'un enfant qui n'a rien demandé, et qui a le droit de changer de religion. Si un homme veut se faire circoncire lui-même à l'âge adulte, c'est son droit (sans remboursement de la sécu). Mais pas touche au corps d'autrui, fut-il (ou elle : n'oublions pas que certains pays pays musulmans pratiquent l'excision des fillettes) votre enfant.

  • Par Gégé Foufou - 03/09/2012 - 19:58 - Signaler un abus JE M'EN FOUT

    J'ai mon prépuce et j'y tiens, à part une toilette journalière obligatoire, je n'en vois que des avantages. Un gland sensible et très doux pour les dames et une protection aux frottements et désagréments divers. Si le bon Dieu (ou la Nature pour les athés) nous a fait comme ça c'est qu'il avait ses raisons. C'est pour moi comme l'excision pour les filles mais çac'est interdit en Frnce. J'ai jamais compris pourquoi pour les gars et pas pour les filles, mais la Nature humaine es insondable .

  • Par Gégé Foufou - 03/09/2012 - 20:04 - Signaler un abus Tiens tiens

    Après l'avortement de confort et aures turpitudes et gabgies un bon sujet :le remboursement par la Sécu de la circoncision . Jecrois que les personnes agées vont espérer d'être un jour remboursées de leurs radios et autres frais médicaux qui ,ne sont plus remboursés, les bigleux et les édentés se verront rembourser leurs lunettes et dentiers avec les économies que l'on va faire.

  • Par sheldon - 04/09/2012 - 00:27 - Signaler un abus Le problème de la circoncision a été traité par l'apôtre Paul !

    Comme tout le monde le sait Jésus était un juif, probablement un rabbin. L'apôtre Paul, juif pharisien, aurait rencontré Jésus, mort et ressuscité en allant à Damas pour combattre des chrétiens. Ayant pris un rôle majeur dans l'établissement des premières églises chrétiennes, situées pour la grande majorité au Moyen-Orient (Syrie, Egypte, etc..) il s'est vite posé la question de la circoncision des païens se convertissant au christianisme. Paul, aidé par son parcours de religieux traditionaliste "pharisien" a fait admettre que la circoncision n'était pas utile pour honorer et prier le Dieu des Juifs (le message de Jésus étant à destination des Juifs en premier), étant plus une pratique culturelle pratiquée, encore d'ailleurs, parmi les peuples d'origine sémite (juifs et arabes).

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Thierry Rambaud

Thierry Rambaud est professeur agrégé de droit public. Il enseigne à l'Université de Strasbourg et à Sciences Po (Paris).

Ancien membre de la Commission de réflexion juridique sur les rapports entre les pouvoirs publics et les cultes (Ministère de l'Intérieur), il est également conseiller expert auprès du Conseil de l'Europe.

Voir la bio en entier

En savoir plus
Je m'abonne
à partir de 4,90€