Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 30 Mai 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

L’Europe dans une impasse économique et politique : le temps d’une "déconstruction européenne" est-il venu ?

Blocages institutionnels, rigidification progressive de la doctrine budgétaire, inertie de la Banque centrale européenne, inexistence de solidarités et de notion d'intérêt général européen, dogme du modèle allemand, c’est l’esprit même du projet européen qui est remis en cause par sa forme actuelle.

Table rase

Publié le
L’Europe dans une impasse économique et politique : le temps d’une "déconstruction européenne" est-il venu ?

Une situation de déflation qui menace le continent européen. Crédit Reuters

Le 5 mai 1992, Pierre Bérégovoy, alors premier ministre de le France ouvrait le débat du traité de Maastricht devant l’Assemblée Nationale et déclarait :

"Le traité crée une Europe politique, rend possible une Europe sociale, institue une "autorité économique" dans l'Union économique et monétaire, ouvre la voie d'une Europe industrielle, reconnaît une nouvelle citoyenneté communautaire."

Il s’agit là de "l’esprit" de Maastricht. Plus de 20 années se sont écoulées depuis lors pour des résultats discutables.

L’union politique a laissé place à une tension grandissante entre les états de l’union. L’Europe sociale est restée lettre morte. L’Europe industrielle n’a pas résisté à la désindustrialisation du continent. Quant à la citoyenneté européenne, elle a été affaiblie par la crise des solidarités européennes.

Et Pierre Bérégovoy l’indiquait déjà clairement : "À partir de ces bases, l'Europe sera demain ce que la France en fera avec ses partenaires."

Mais les promesses de prospérité ne sont pas au rendez-vous. La récession économique qui a frappé l’Europe en 2008 prend aujourd’hui la forme d’une stagnation séculaire, la croissance de la zone euro n’ayant toujours pas retrouvé son niveau d’avant crise. De plus, c’est aujourd’hui une situation de déflation qui menace le continent européen.

Face à un tel constat, les institutions se sont révélées incapables de sortir l’Europe de la crise qui la frappait. Les sommets européens se succèdent et se contentent d’aborder les conséquences du marasme européen, (sommet de Milan sur le chômage des jeunes de ce 8 octobre), sans jamais en affronter sérieusement la cause qui est le manque de croissance. Malgré les injonctions de relance du FMI, du G20, de l’OCDE, l’Europe sourde.

Depuis 2012 et l’instauration du pacte de stabilité, l’Allemagne est définitivement devenue le modèle à suivre. Un modèle qui est pourtant l’objet de nombreuses critiques et dont les derniers résultats, chute brutale des exportations, des commandes à l’industrie, du commerce de détail etc… sont plutôt une source d’inquiétude pour l’ensemble de la zone.

Blocage institutionnel, rigidification progressive de la doctrine budgétaire, inertie de la Banque centrale européenne, lenteur des réactions des gouvernements, inaptitude à adopter une ligne commune afin de promouvoir l’intérêt général européen, c’est l’essence même du projet européen qui est remis en cause par sa forme actuelle.

 

Nicolas Goetzmann

 

Union économique

Atlantico : L’Italie vient de décider d’un plan d’économies de 20 milliards d’euros, sur le modèle de rigueur budgétaire prôné par l’Allemagne. Ce modèle est-il le seul à suivre, et est-il compatible avec l’esprit d’une Europe sociale portée par le traité de Maastricht ?

Nicolas Goetzmann : Le modèle de rigueur budgétaire a été accepté par tous lors de la conception même du traité de Maastricht, ce sont les fameux critères de convergences. Il s’agissait d’ajouter un carcan budgétaire à une union monétaire, ce qui suppose une parfaite harmonie des économies européennes, mais cette "harmonie" n’a jamais existé. Déjà, le projet était vicié. L’adoption en 2012 du pacte de stabilité est venue alourdir ces contraintes budgétaires pour les états membres, comme on peut le voir avec la menace faite par la commission européenne de "retoquer" le budget français ou italien. Et ce, seulement 6 mois après le signal d’alarme lancé par les peuples lors des élections européennes.

La politique menée par l’Allemagne au début des années 2000 est à l’origine même de profonds déséquilibres qui ont provoqué l’éclatement des divergences économiques européennes. En agissant par la voie de la modération salariale, l’Allemagne s’est inscrite dans une stratégie de "cavalier solitaire" qui lui a permis d’engranger des excédents commerciaux allant jusqu’à 7% de son PIB. Evidemment ces 7% de PIB devaient bien se retrouver quelque part…et ils sont allés financer les déficits espagnols, portugais, grecs etc…Et cette imbrication a été stoppé nette lors de la crise de 2008. Les pays du sud en payent encore le prix tout en étant accusés de laxisme, alors même que ce laxisme a été financé par une Allemagne qui cherchait à placer ses excédents à tout prix. Ce qui devait être une convergence économique vers un intérêt général commun s’est transformée en une gigantesque compétition au sein même de la zone euro. Et lorsque l’on a voulu trouver un coupable, ce sont les pays du sud qui ont été désignés. Le fait que le budget ait été mieux géré par l’Italie de Berlusconi entre 2001 et 2006 que par l’Allemagne de Schröder n’intéresse personne, même les faits sont inopérants face à l’idéologie du modèle allemand.

Béatrice Mathieu : L’Union économique n’est pas réussie dans la mesure où elle s’est arrêtée en chemin. En politique économique, il y a toujours deux volets : un volet monétaire et un volet budgétaire. Or on a construit l’euro sans construire le volet fiscal et budgétaire. Il n’existe pas de budget de la zone euro, et le budget de l’UE est ridicule au regard des besoins réels en matière de transferts de régions et pays riches à régions et pays pauvres. Ce n’est pas vraiment un échec, simplement, on s’est arrêté au milieu du gué. Donc soit on avance beaucoup plus dans une intégration budgétaire, soit on revient en arrière. Le modèle allemand marche parce qu’il est adapté à l’Allemagne, c’est-à-dire un pas vieillissant. L’Europe ne peut pas être une Europe allemande, par conséquent il faut trouver un juste milieu : l’Allemagne doit faire des efforts pour soutenir sa demande, et la France pour soutenir son offre.

Là où on peut parler d’échec, c’est en matière d’énergie. Alors que l’Europe s’est construite autour du charbon et de l’acier, on peut aujourd’hui parler d’échec total de la politique énergétique européenne. Chacun défend son petit modèle, c’est l’Allemagne qui par exemple décide sans en parler aux autres de sortir du nucléaire, ce qui n’est pas sans conséquences sur les pays voisins.

Coralie Delaume : Je n’ai probablement pas très bien saisi l’esprit humaniste du traité de Maastricht. Il ne m’était pas apparu qu’il était porteur d’un projet d’Europe sociale !

En arrivant au pouvoir en Italie, Mateo Renzi a manifesté le désir de voir se desserrer l’étau de l’austérité. Il espérait une relance de l’investissement en Europe. Comme c’est désormais son habitude – car ce n’est pas la première fois que notre pays fait défaut à ses partenaires d’Europe du Sud – la France a négligé de soutenir Renzi, de saisir cette perche. In fine, Renzi a donc renoncé à la tendre. C’est encore une occasion perdue pour l’Europe, dont l’économie va de mal en pis. Même l’économie allemande est désormais à la peine. Alors même qu’on nous présente sans cesse la République fédérale comme un modèle indépassable, celle-ci vient de recevoir, en début de semaine, une série d’indicateurs de très mauvais aloi : - 5,7% pour les commandes à l’industrie, - 4% pour la production industrielle. Conclusion : les principaux instituts de conjoncture allemands demandent aujourd’hui à Mme Merkel d’augmenter le montant des dépenses publiques dans le but d’investir ! Je ne suis pas convaincue qu’il soit très judicieux de copier les méthodes allemandes au moment où elles sont en train de révéler leurs faiblesses….

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Deneziere - 10/10/2014 - 09:22 - Signaler un abus Balayez devant votre porte

    Si La France était capable d'avoir une monnaie forte et stable elle l'aurait déjà eue. Et elle supporterait très bien l'euro dans sa forme actuelle! C'est un peu facile d'oublier la chienlit monétaire qu'était le Franc dans ses 20à 30 dernières années, cette monnaie ayant reflété toutes les lâchetés politico-économiques de ce pays. Les élites françaises, on les voit à l’œuvre en ce moment. Leur feriez-vous confiance pour tenir votre banque centrale ? Imaginer une forward-guidance donné par un Hollande ou un Montebourg ? C'en serait presque risible. Tout ce que vous n'aimez pas en Europe, la France aurait fait pire toute seule.

  • Par Babaswami - 10/10/2014 - 10:56 - Signaler un abus Maastricht

    Je partage intégralement la position de Philippe VILLIN sur Maastricht et l'euro, sauf sur un point: le fait que ce traité ait été un diktat de l'Allemagne. En fait c'est Mitterrand qui, humilié par les dévaluations successives du franc, a voulu monnayer la réunification allemande, contre ce qu'il croyait - stupidement- une main mise de la France sur le Mark. Simplement les Allemands,qui n'en voulaient pas et qui souhaitaient garder leur Mark, garant de leur prospérité, ont posé des conditions. En fait l'intérêt de toute l'Europe serait que l'Allemagne et ses satellites (Hollande, Autriche) quittent la zone euro. Mais les Allemands n'en ont pas (encore) le courage politique.

  • Par vangog - 10/10/2014 - 11:22 - Signaler un abus Bon, et maintenant, qu'est-ce-qu'on fait?

    Nous qui avions vu l'erreur fatale du traité de Maastricht (comme celle du traité de Schengen, nous pouvons, d'ores et déjà, vous prédire une aggravation du clivage Européen entre Nordistes et sudistes, une aggravation de la désindustrialisation, une déflation majeure due à un défaut de demande, une aggravation du chômage et de la dette des pays sudistes... Alors? On reste là, les bras-ballants en se disputant: "c'est la faute à Mitterand", "c'est la faute à Trichet", "c'est la faute à Merkel"...peu importent les coupables, il faut des solutions d'urgence! Faire un audit de l'UE, estimer le moment où elle a commencé à partir en couilles ( bien avant 2008, selon les économistes Australiens...) abroger les traités et tout remettre à plat. Ceci aboutira à conserver le statu-quo pour ceux qui le désirent: si les nordistes veulent conserver l'Euro, ils verront probablement des pays nordistes auparavant réticents à l'Euro se joindre à eux. Et pour les sudistes: aucune autre solution que de revenir aux monnaies nationales, avec dévaluations compétitives et tout le tra-la-la...car créer un Euro-du-sud dévalué de 20% reproduirait ce décalage de compétitivité et de croissance, dans le sud...

  • Par 2bout - 10/10/2014 - 12:37 - Signaler un abus Qu'est-ce qu'on fait vangog ?

    L'UE refuse le budget français ... et nos élus et fonctionnaires européens finissent leur travail : une monnaie unique avec une harmonisation budgétaire et fiscale commune à tous les pays de la zone, sinon l'Euro n'a pas de sens.

  • Par vangog - 10/10/2014 - 13:16 - Signaler un abus @2bout qu'est-ce qu'on fait? Je maintiens!

    Vous avez oublié l'harmonisation sociale, obligatoire elle-aussi! Demandez-vous pourquoi cette harmonisation fiscale et sociale n'a pas été possible, avant Euro? Car les gaucho-sudistes de l'époque, avec la France de l'hypocrite Mitterrand à leur tête, ne voulaient certes pas une harmonisation par le haut, basée sur les systèmes fiscaux et sociaux les plus efficients, car ils y auraient trop perdu. Et à l'inverse, pour quelle raison des paradis fiscaux comme le Luxembourg ou l'Irlande, ou simplement des "mieux-disant fiscalement" auraient-ils aggravé leur fiscalité et leur système social pour se mettre au niveau d'enfer fiscaux et sociaux comme la France? L'absence d'harmonisation fiscale et sociale n'était pas un oubli, mais un choix délibéré! Les socio-démagogues des années 90, les Mitterrand-Delors-Lamy qui ont conçu l'Euro sur le modèle du Mark ont fait l'erreur mortelle de croire que l'UE s'uniformiserait selon le modèle français...fatale erreur! Et les raisons qui empêchaient cette uniformisation sont, non seulement, les mêmes aujourdhui, mais encore aggravées par le dumping fiscal et social de pays qui ont vu dans l'UE une opportunité de vol de leur croissance aux plus naïfs

  • Par 2bout - 10/10/2014 - 13:52 - Signaler un abus vangog,

    Ai-je seulement une fois pensé le contraire ? L'harmonisation fiscale et budgétaire, c'est aussi l'harmonisation sociale. 65 ans et pas de régimes spéciaux, etc ... Mais si aujourd'hui, un ex-gouverneur de Californie (5ème PIB mondial) daigne encore se déplacer jusqu'à l'Elysée, quand sera-t-il demain ?

  • Par vangog - 10/10/2014 - 15:01 - Signaler un abus @2bout l'UE ne refusera pas le budget français!

    On parie?...Il y aura bien quelques améliorations à la marge et quelques remontrances pour la forme, mais le budget français sera accepté tel quel...un budget reac, sans réformes, sans investissements d'avenir, sans ambitions...

  • Par zouk - 10/10/2014 - 15:45 - Signaler un abus Europe, euro....

    Oui, l'Union Européenne est un échec. Réécrire les traités? A 28, nous y serons encore dans....combien de siècles?Reste la solution de détruire l'euro, comment, au profit de 28 monnaies nationales ou de deux ou trois? Resterait alors à créer une véritable sentiment supranational dans les deux ou trois zones monétaires comme l'UE n'a pas réussi à le faire, qui pariera sur la réussite. Au passage, c'est la pression de J.Chirac qui a installé J.C. Trichet à la tête de la BCE alors que l'on connaissait le personnage: commissaire du Gouvernement au conseil du Crédit Lyonnais; il a témoigné devant les juges n'avoir rien su des décisions du Président Haberer, son collègue Inspecteur des Finances, il est vrai.

  • Par brennec - 10/10/2014 - 16:17 - Signaler un abus Euro

    Avant la destruction de l'euro, il y a la possibilité de le déboulonner de son statut de monnaie unique pour le transformer en monnaie commune (pour les échanges inter états) chaque état retrouvant sa propre monnaie. Il me semble que c'est la manière la moins dommageable de se débarrasser du boulet euro.

  • Par cloette - 11/10/2014 - 08:51 - Signaler un abus echec

    Constat d'echec , point barre. Que faire ? Commencer par une monnaie commune et non unique ...et y aller par palier dans la déconstruction

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Sylvie Goulard

Sylvie Goulard est députée européenne, membre du groupe ADLE (Alliance des démocrates et des libéraux pour l'Europe) au Parlement européen, et membre du Groupe Eiffel Europe (www.groupe-eiffel.eu)

Voir la bio en entier

Béatrice Mathieu

Béatrice Mathieu est rédactrice en chef adjointe de l’Expansion.

Voir la bio en entier

Nicolas Goetzmann

Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.

Voir la bio en entier

Coralie Delaume

Coralie Delaume est une blogueuse, journaliste et essayiste française. Elle est diplômée de l’Institut d'études politiques de Grenoble, elle devient ensuite journaliste et chroniqueuse pour plusieurs médias. Spécialiste de la gouvernance économique européenne, elle crée le blog L'arène nue en février 2011.

Voir la bio en entier

Philippe Villin

Philippe Villin est un banquier d'affaires, ancien élève de l'Ena. Il a été le vice-président directeur général du Figaro puis président de France-Soir.

Voir la bio en entier

Gérard-François Dumont

Gérard-François Dumont est géographe, économiste et démographe, professeur à l'université à Paris 4-Sorbonne, président de la revue Population & Avenir, auteur notamment de Populations et Territoires de France en 2030 (L’Harmattan), et de Géopolitique de l’Europe (Armand Colin).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€