Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 16 Août 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

L’étude qui montre le vrai moteur du vote Trump (et la réponse n’est pas la pauvreté)

​Selon les résultats d'une nouvelle étude menée entre 2012 et 2016, l'élection de Donald Trump serait moins le résultat des enjeux économiques, que d'une anxiété culturelle​ qui toucherait la population blanche américaine.

Analyse

Publié le
L’étude qui montre le vrai moteur du vote Trump (et la réponse n’est pas la pauvreté)

 Crédit SAUL LOEB / AFP

​Selon les résultats d'une nouvelle étude menée entre 2012 et 2016 par la politologue Diana C.Mutz, de l'Université de Pennsylvanie, l'élection de Donald Trump serait moins le résultat des enjeux économiques, que d'une anxiété culturelle​ qui toucherait la population blanche américaine, se sentant menacée de perdre son statut de "groupe dominant". Cette étude apporte-t-elle une vision plus "réaliste" du vote Trump ? 

Jean-Eric Branaa : Il a effectivement été largement commenté dans un premier temps que l’élection de Trump ne reposait que sur les populations rurales, mâle et pauvres du centre de l’Amérique.

Une telle explication était d’autant plus étonnante qu’elle émanait des mêmes observateurs qui répétaient à longueur de temps pendant la campagne que cette frange de la population n’était plus aujourd’hui suffisamment nombreuse pour le faire élire !

Ce constat, un peu rapide, repose toutefois sur quelques faits objectifs avérés : la population américaine est dans une phase de mutation profonde, avec l’accroissement de groupes minoritaires, comme en particulier celui des hispaniques –mais pas seulement– et entraine une modification dans l’espace social, mais aussi politique. Toutes les projections indiquent que d’ici 20 ou 30 ans, les Blancs ne seront plus majoritaires dans le pays. Les conséquences vont donc être nombreuses.

Diana C. Mutz s’inscrit donc dans une pensée largement partagée par le monde de la recherche, qui suit ces évolutions et essaie d’en comprendre les fondements et de distinguer ce que cela nous prévoit pour l’avenir. Un autre chercheur, Justin Gest, a été beaucoup plus loin en divisant réellement l’Amérique en deux groupes et en disant très clairement que l’Amérique blanche s’est opposée à celle qui ne l’est pas, faisant ainsi remonter à la surface des sentiments de racisme et de rejet. Il restait donc à comprendre les raisons des craintes manifestées par cette population et qui l’ont poussé à choisir Donald Trump plutôt que n’importe quel autre leader ou, plutôt, face à tous les autres leaders. Comme d’autres, je me suis moi-même intéressé à ce phénomène, en mettant en évidence le sentiment de persécution ressenti par les Blancs et la certitudes qu’ils sont des laissés pour compte. Face au phénomène « Black Lives Matter » (la vie des Noirs compte), on a alors entendu monter un autre cri « All lives mater » (toutes les vies comptent). Mon analyse a aboutit à un premier livre, Trumpland, qui m’a permis d’expliquer une grande partie de ce phénomène dans le contexte du rejet de tout ce qui appartient à l’ère Obama, dans l’esprit de ses électeurs. Cette explication s’est pourtant révélée elle-même incomplète, car les racines sont plus profondes encore.

Quelle sont les véritables racines de cette anxiété ? 

Barack Obama a soulevé un espoir quasiment sans précédent aux Etats-Unis, avec sa proposition de construire une société post-raciale. Dans la droite ligne des combats menée dans les années 50 et 60, les minorités pensaient être arrivées au bout du chemin et ne rêvaient plus que d’égalité. Elles ont donc adhéré sans réserve au slogan « Yes we can » (oui, c’est possible). Force est de constater qu’il n’a pas réussi, que ce soit par manque de temps ou par manque de moyens. La société reste toujours autant divisée aujourd’hui et les angoisses des uns et autres ne se sont pas atténuées, bien au contraire parfois. On le voit bien d’ailleurs avec les Afro-Américains qui ont eu à déplorer bruyamment les violences policières et le racisme : les noms de Trayvon Martin, Eric Gardner, Michael Brown, et bien d’autres encore, sont devenus des symboles de cet échec de l’intégration.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Deudeuche - 26/04/2018 - 11:25 - Signaler un abus John Wayne est revenu et a cassé la gueule

    A Woody Allen et Madonna et mis une tarte à Will Smith. Pas plus compliqué que cela. Juste une image. Clint Eastwood peut vous expliquer!

  • Par Liberte5 - 26/04/2018 - 11:26 - Signaler un abus Jean-Eric Branaa fait un constat lucide à la lecture des études

    réalisées. Oui, l'identité des peuples est devenue centrale. Aujourd'hui les blancs refusent de disparaître dans un multiculturalisme où les minorités sont appelées à devenir des majorités. Cette marche forcée vers la fin d'une population blanche aux USA ou en Europe, imposée par une élite mondialisée, est de moins en moins acceptée. Le seuil de tolérance est atteint. D. Trump a su canaliser ce ressentiment, malgré les médias vent debout contre cette prise conscience. Cela se profile en France, le pays le plus avancé d'Europe dans le remplacement de la population blanche judéo chrétienne par une population arabo- africaine musulmane.

  • Par JEBRANAA - 26/04/2018 - 14:59 - Signaler un abus Image amusante

    @ Deudeuche. Votre métaphore est amusante. J'ai fait à peu près la même dans mon dernier livre "1968: quand l'Amérique gronde", sauf que j'ai pris Burt Lancaster ! :-)

  • Par vieux croco - 26/04/2018 - 17:49 - Signaler un abus et Marion reprendra le flambeau

    qu'on le veuille ou non le pays se dirigera vers elle . Les anciens devraient préparer leurs valises car comme au US trop c'est trop . Il ne suffit pas de dire comme Rocard que la France ne peut pas accueillir toute la misère du monde ou comme Chirac que les odeurs dans les parties communes sont insupportables , il faut des actes avec des résultats . Macron n'est que l'échappatoire de bobo-gaucho-socialo qui détestaient François Fillon qui lui aurait pu agir pour "bloquer" Marion . Tant pis pour eux .

  • Par adroitetoutemaintenant - 26/04/2018 - 18:00 - Signaler un abus Cojones !

    Trump a attiré les américains qui ont des couilles, hommes et femmes (qui comme ma femme en a mais les porte à l’intérieur). Aux autres il leur a dit « essayez ». Clint Eastwood oui mais pas Rock Hudson. Harvard au mérite mais pas Harvard au quota racial comme Obama. Oui au mur, non aux Fake News, Clinton au trou !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Eric Branaa

Jean-Eric Branaa est spécialiste des Etats-Unis et maître de conférences à l’université Assas-Paris II. Il fait partie de l'IRIS. Il est notamment l'auteur de Hillary, une présidente des Etats-Unis (Eyrolles, 2015), Qui veut la peau du Parti républicain ? L’incroyable Donald Trump (Passy, 2016), et d'American Touch (Parlez-moi de vous), aux éditions de Passy (2016). Il vient de sortir "Trumpland, portrait d'une Amérique divisée" aux éditions Privat (2017).

Son prochain livre, 1968: Quand l'Amérique gronde, Privat (mai 2018).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€