Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 28 Septembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

L’étude qui montre que les villes qui ont expulsé les Juifs au Moyen-Âge continuent à en payer le coût économique

Les villes qui ont chassé les Juifs auraient ainsi amputé leur système bancaire, et les effets négatifs seraient encore visibles aujourd'hui.

S'ils avaient su...

Publié le
L’étude qui montre que les villes qui ont expulsé les Juifs au Moyen-Âge continuent à en payer le coût économique

Il y a quelque chose que tout le monde sait sur les Juifs au Moyen-Âge. Ils étaient victimes de discrimination, et, parfois, étaient chassés des pays où ils vivaient. Les lois qui les empêchaient de posséder les terres les ont orientés vers le commerce, et les lois qui empêchaient les Chrétiens de prêter à intérêt les ont orientés vers la finance.

La communauté juive, moteur de l'économie au Moyen-Âge

Au Moyen-Âge, donc, les Juifs étaient souvent les piliers de la finance, et ont participé à la naissance du système bancaire qui, à la fin du Moyen-Âge, a été un moteur trop longtemps oublié de la prospérité de la Renaissance.

Et si les Juifs étaient parfois chassés des endroits où ils vivaient, on comprend pourquoi ces lieux payaient un coût économique--mais, selon une nouvelle étude, les endroits qui ont chassé les Juifs payent encore ce coût.

Selon une étude publiée dans la Review of Economics and Statistics par le professeur Luigi Pascali, de l'université de Warwick et de l'université Pompeu Fabra, il y a une relation causale entre le fait pour une ville d'avoir chassé les Juifs au Moyen-Âge et le fait d'avoir une prospérité plus faible aujourd'hui.

Les villes qui avaient une communauté juive en 1500 ont eu un développement plus tôt et plus important du secteur bancaire. Et elles ont donc plus de banques aujourd'hui, et donc un meilleur développement, explique-t-il au Daily Mail.

L'étude du professeur Pascali décortique les données non seulement au niveau des villes, mais des entreprises. Une densité plus importante de banques à un endroit donné augmente la productivité globale de l'économie manufacturière, en allouant les ressources vers les entreprises les plus productives. Par ce mécanisme, les banques ont un effet démontrable sur le développement économique local.

Visible en Italie, mais aussi ailleurs

Le professeur Pascali se penche surtout sur l'Italie, car en 1503, le royaume de Naples du Sud de l'Italie, est passé sous le contrôle de la Couronne espagnole, dont la politique visait à la conversion des Juifs au chirstianisme ou bien à leur exil. Mais dans le Nord de l'Italie, en partie contrôlé par la France et en partie composé de villes-Etats indépendantes, les Juifs pouvaient rester.

Il a donc pu évaluer l'impact sur le développement économique de la présence, ou non, d'une communauté juive dans une ville donnée d'Italie. Et selon son étude, si les Juifs n'avaient pas été expulsés du Sud de l'Italie, le PIB de la région serait aujourd'hui plus élevé de 7%. Selon lui, un dixième de l'écart de revenus entre le Nord et le Sud de l'Italie s'explique par l'expulsion des Juifs il y a 500 ans. Si son étude se penche sur l'Italie, selon lui, l'effet est également démontrable dans d'autres pays.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Olivier62 - 14/03/2016 - 11:05 - Signaler un abus Argumentation bizarre

    On a du mal à voir comment un événement datant du moyen-âge peut encore influencer les résultats économiques. Quant à dire que ce sont les banques qui sont responsables de la croissance économique c'est tout simplement faux : les économies asiatiques, par exemple, se sont développées par l'action de l'état qui a mis en place de grands groupes industriels et qui a organisé l'économie. Les banques n'ont jamais été que des associations de spéculateurs parasites, et ça continue actuellement !.

  • Par Leucate - 14/03/2016 - 13:10 - Signaler un abus la Banca

    C'est curieux, il me semblait savoir que c'étaient les lombards (chrétiens) qui prêtaient, que les Templiers avaient inventé les lettres de change, que la "banca", le banc où les prêteurs et les changeurs attendaient le client étaient italien, que ce sont des italiens qui ont inventé la comptabilité "à l'italienne" et que la première grande banque d'échelle européenne fut celle des Medicis de Florence concurrencé par celle des Fugger, les banquiers du Saint Empire Romain Germanique.

  • Par Outre-Vosges - 14/03/2016 - 14:03 - Signaler un abus Opinion parpaillote

    J’ai tout le respect imaginable pour le professeur Luigi Pascali, professeur adjoint à l’université de Warwick, quoique je regrette qu’il ne se soit trouvé aucun admirateur pour rédiger sur sa personne un article dans Wikipédia. Je rappelle cependant que, pour l’instant, il ne s’agit que d’une opinion personnelle et que j’aimerais la voir appuyer par d’autres autorités. Il est vrai qu’on pourra m’accuser de n’être pas objectif car je dirais plus volontiers que c’est la Révocation de l’Édit de Nantes et, surtout, le refus de la Réforme au XVIème siècle qui est la cause du retard qu’a pris la France sur le monde anglo-saxon.

  • Par ikaris - 14/03/2016 - 14:07 - Signaler un abus Pseudo informations

    Je ne sais pas si c'est les articles scientifiques qui sont aussi caricaturaux à la base ou si c'est le traitement qui en est fait. En remarquant deux phénomènes et en se posant la question de sa corrélation je ne vois pas très bien ce qu'on démontre. On pourrait tout aussi bien remarquer que dans le sud de l'Italie on mange plus d'olives que dans le nord.

  • Par clint - 14/03/2016 - 15:23 - Signaler un abus @ Outre-Vosges : je ne peux qu'être d'accord !

    L' exil de protestants provoqué par la révocation de l' Edit de Nantes pris par un Roi Soleil au crépuscule poussé par une personne qui voulait se donner une image de "sainte" dans sa vieillesse, a bien été une catastrophe pour l'entrée de la France dans le monde industriel. Au moins les pays anglo-saxons s'enrichissent d'avoir plusieurs églises et sensibilités chrétiennes.

  • Par Anguerrand - 14/03/2016 - 16:40 - Signaler un abus Démonstration peu convaincante

    Ça voudrait déjà dire que ce sont les juifs qui avaient déjà tout l'argent, ce qui est interdit de dire aujourd'hui. Comparer l'Italie du nord travailleuse, et le sud flemmard et en conclure que c'est à cause des juifs que le sud avait un niveau de vie plus faible ne m'a paraît pas pertinent. Il y a encore qq décennies avant l'arrivée massive de gens du nord dans le sud français, les méridionaux avait une sérieuse réputation de paresse et le niveau de vie etaient faible mais avaient reçu en héritage des terrains et maisons qui se sont revalorisé et leur permettent d'avoir un niveau de vie confortables sans trop s'en faire et ceci grâce à la demande excédentaire.

  • Par tiopere 1 - 14/03/2016 - 17:46 - Signaler un abus l'exemple espagnol est plus probant

    l'expulsion des juifs d'Espagne a été une catastrophe économique et a été la cause du long sommeil de ce pays pendant plusieurs siècles alors que les pays ou se sont réfugiés les séfarades ont connu la prospérité comme LES Pays-Bas ; On peut comparer ce phénomène a la révocation de l"édit de Nantes par Louis quatorze en France .

  • Par jurgio - 14/03/2016 - 20:30 - Signaler un abus Passer du Moyen-âge au XXIème siècle

    est fallacieux pour expliquer quoi que ce soit. C'est comme dire, selon les « historiologues » socialistes, que le départ d'une partie des parpaillots a ruiné la France ! Au XVIIe siècle, ce royaume était le plus peuplé d'Europe et le plus riche. Ce qui a facilité le départ est qu'il n'y avait pas de travail pour tout le monde puisque les guerres étaient toujours le meilleur employeur en ce temps-là, Renault et Peugeot n'existant pas encore, mais il est vrai que la Gauche sait utiliser les chômeurs ! Les commerçants qui sont partis ont naturellement entretenu des relations avec leurs parents restés au pays pour garder leur clientèle. Surtout, les exilés ont emporté partout la langue française qui deviendra bientôt la première d'Europe. Cela n'a donc pas empêché le Genevois Rousseau ni même Chopin, fils d'un professeur de français émigré en Pologne. Que ne faut-il pas entendre ou lire comme bêtises et préconçus !

  • Par jurgio - 14/03/2016 - 20:36 - Signaler un abus On peut ajouter à propos de l'Espagne

    que tout le monde sait qu'elle fut ma première puissance mondiale du XVIe siècle et du début du XVIIe (Isabelle la catholique a vécu au siècle précédent...) Son problème a été le nôtre quand elle a perdu ses possessions étrangères.... Mais pourquoi je perds ainsi mon temps ?

  • Par lepaysan - 14/03/2016 - 21:55 - Signaler un abus L'Espagne est l'exemple vivant

    En Espagne la perte de la Holllande et de l'Amérique latine n'explique pas tout. Le départ de juifs a profondément influé sur l'économie et ensuite sur les mentalités

  • Par patamoto - 15/03/2016 - 08:10 - Signaler un abus Il est intéressant de voir le

    Il est intéressant de voir le nombre de commentaires que suscite cet article. Les juifs restent pour tous un sujet sensible apparemment, et il est également intéressant de constater que ces commentateurs réfutent tous l'idée que ce peuple ait pût jouer un rôle économique majeur dans notre pays. Je n'en tire aucune conclusion...

  • Par Leucate - 15/03/2016 - 11:56 - Signaler un abus Le cas de l'Espagne

    L'Espagne fut la première puissance militaire d'Europe, son roi Charles 1er de Habsbourg étant également empereur du Saint Empire Romain Germanique sous le nom de Charles V (Carolus Quintus). C'était bien après l'expulsion des arabes et des juifs. Une des raisons du déclin espagnol se trouve sans doute dans le grand effort de peuplement des Amériques entrepris dès la conquête d'immenses territoires par les aventuriers et capitaines de fortune Hernan Cortès et Francisco Pizzaro. Partis en même temps que les portugais à la découverte du monde et du Nouveau Monde bien avant les autres royaumes maritimes européens, ces pays implantèrent rapidement des colonies sur les immenses territoires. Quand les Provinces Unies, l'Angleterre et la France se lancèrent à leur tour dans la découverte du monde, elles trouvèrent déjà bien implantées et capables de se défendre et attaquer des colonies déjà bien peuplées et c'est pourquoi ces royaumes implantèrent leurs colonies loin des espagnols, en Amérique du Nord principalement. La tentative hollandaise de prendre pied au Brésil échoua également.

  • Par Leucate - 15/03/2016 - 12:10 - Signaler un abus La légende de la France catholique affaiblie

    Depuis les gallo-romains et jusqu'aux guerres napoléoniennes et de la république qui lui coutèrent en pertes humaines l'équivalent des pertes militaires de la guerre de 14/18 non compris les pertes civiles de Vendée, La France fut le royaume organisé le plus peuplé et le plus puissant de toute l'Europe avec un vaste territoire en mesure de nourrir sa population - Heureux comme Dieu en France, disaient les allemands. Puissance continentale et en même temps puissance maritime de part ses côtes atlantiques et méditerranéennes, elle a donc toujours eu le dilemme entre privilégier le "grand large" ou s'engager en Europe. Ne pouvant mener de front les deux à la fois, elle connut donc des périodes d'expansion maritimes ou terrestres. Son peuple mangeant à sa faim, elle peupla beaucoup moins ses territoires colonisés que ses concurrents et en particulier le petit royaume d'Angleterre qui, depuis qu'il avait été expulsé du continent, ne pouvait convenablement nourrir sa population et misa tout sur ses colonies..

  • Par Leucate - 15/03/2016 - 12:25 - Signaler un abus La légende de la France catholique affaiblie (suite)

    Lors de la guerre en Amérique entre les colonies américaines et la Nouvelle France (le Canada) entre 1756 et 1759, les 13 colonies anglaises avaient une population de plus d'un million de colons alors qu'il n'y avait que 60.000 colons français. Même avec les tribus indiennes, Montcalm n'avait que peu de chance contre les troupes anglaises et coloniales qui l'attaquaient. Engagé sur le continent (Guerre de Sept ans 1756/1763) le royaume doit donc négliger sa flotte et donc les colonies ultramarines sont isolées. Sous Louis XVI, la paix sur le continent permis à la France de reconstruire sa flotte de guerre qui fut en mesure de surclasser la flotte anglaise. C'est cette domination maritime qui permit aux 13 colonies anglaises révoltées d'obtenir leur indépendance. Au moment de la Révolution de 1789, le royaume de France était le plus puissant et le plus peuplé d'Europe, le plus civilisé aussi, et les Cours européennes, francophones, copiaient ce qui se faisait à Paris et à Versailles. Sans la Révolution, l'Europe et donc le monde aurait parlé français.

  • Par Leucate - 15/03/2016 - 13:30 - Signaler un abus @jurgio - guerres napoléoniennes

    La perte des colonies américaines espagnoles est plutôt la conséquence de l'attaque napoléonienne sur la péninsule ibérique. Les colonies s'affranchirent d'une métropole en proie à la guerre étrangère et à la guerre civile. Pour ce qui est du Portugal, la famille royale s'exila au Brésil qui devint indépendant (l'Empire du brésil, gouverné par les Bragance). L'Espagne fut déstabilisée durablement et l'ensemble du XIX° siècle fut marqué par une guerre civile d'origine dynastique, les trois guerres carlistes (1833/1876) opposant les anciens vieux royaumes du nord (Galice-Leon, Navarre, Catalogne) au pouvoir castillan et à l'Espagne de la Reconquista du sud. La déliquescence du pouvoir royal permit à quelques "caudillos" (le mot signifiant simple chef de guerre, il y eut des "caudillos" sud-américains) de détenir provisoirement le pouvoir. Cette guerre civile latente entre les deux Espagne après 1876 est une des causes de la Guerre Civile Espagnole de 1936/1939 opposant Madrid à Burgos.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€