Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 22 Juin 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

"Et encore… je ne vous dis pas tout !": un livre qui vaut beaucoup mieux que son titre

Décidément Bernard Ménez n'a pas de chance: excellent comédien, il reste souvent prisonnier de son image de benêt dans des films comme "Le Chaud Lapin"; et là, ne vous fiez pas au titre de son livre, "Et encore..je ne vous dis pas tout!", car ce livre est intelligent, drôle, plein de recul et fait honneur à sa carrière et à son métier.

Atlanti-culture

Publié le
"Et encore… je ne vous dis pas tout !": un livre qui vaut beaucoup mieux que son titre

LIVRE

Et encore… je ne vous dis pas tout !

De Bernard Menez

Éd. L’Archipel 

 264 pages

RECOMMANDATION

EXCELLENT

THÈME                                                                                                            

A bientôt soixante-treize ans, le comédien Bernard Menez se retourne sur son parcours professionnel et publie un recueil de souvenirs.

POINTS FORTS

1) Il y a un malentendu « Bernard Menez », comme souvent avec les comédiens prisonniers de leur image ou de leur emploi. Un malentendu que ce livre bien écrit et bien construit (bravo à Carole Wrona qui a tenu la plume) dissipe complètement. Parce que Bernard Menez a joué presque toujours des rêveurs naïfs et des bredins maladroits, on a eu vite fait de le confondre avec ses personnages. Or on découvre au fil de ces pages qu’il fut un élève brillant (maths sup, maths spé), puis un bon professeur de mathématiques, qu’il est à ses heures pilote d’avion et qu’il s’est même lancé un temps dans la politique.

Se passant très bien d’un agent, il négocie lui-même ses contrats. L’anecdote qu’il raconte à ce propos sur le tournage de « La Grande Bouffe », à ses débuts, est très révélatrice. Les grands comédiens sont toujours plus complexes qu’il n’y paraît.

2) Même si son nom reste attaché à de nombreuses grosses comédies françaises et à pas mal de nanars (il le reconnaît lui-même et les assume totalement), c’est oublier un peu vite qu’il a commencé dans le métier avec trois grands cinéastes : Jacques Rozier, François Truffaut et Pascal Thomas, auxquels il rend un hommage reconnaissant.

3) Jolie déclaration d’amour au théâtre de boulevard, si souvent décrié par les têtes pensantes. Bernard Menez a joué une quinzaine d’années au Théâtre Michel les pièces de son directeur, Marc Camoletti, l’auteur de « Boeing Boeing ». Et le moins que l’on puisse dire est qu’il ne crache pas dans la soupe. « Le théâtre de boulevard ne peut être rangé dans la catégorie des sous-genres », affirme-t-il. 

Il rappelle aussi son bref passage à la Comédie-Française. Invité comme pensionnaire par l’administrateur général de l’époque, le grand metteur en scène Jacques Lassalle, il n’est resté que six mois dans la maison de Molière. Victime d’une cabale et d’un accueil glacial, il a donné sa démission sitôt son contrat signé !

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par gerard JOURDAIN - 16/05/2017 - 15:37 - Signaler un abus meilleur acteur que politique...

    tout est dans le titre....

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Philippe Jousserand pour Culture-Tops

Est chroniqueur pour Culture-Tops.

Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).  Culture-Tops a été créé en novembre 2013 par Jacques Paugam , journaliste et écrivain, et son fils, Gabriel Lecarpentier-Paugam, 23 ans, en Master d'école de commerce, et grand amateur de One Man Shows.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€