Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 19 Octobre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

En bourse, le charme Donald Trump est rompu

Les marchés se demandent désormais si ce Président pro-business n'a pas perdu la main.

Accident de parcours

Publié le
En bourse, le charme Donald Trump est rompu

Le charme de Donald Trump avec les marchés est-il rompu ? Celui qui voulait mener la croissance vers 3% au moins, en simplifiant la vie des entreprises, facilitant le crédit, baissant les impôts sur les ménages vers 30% contre 35% et surtout ceux des entreprises vers 25% sinon 15%, en attendant un programme massif d’investissement (1000 milliards de dollars) pourrait bien avoir perdu la main. C’est un charme, construit en quatre étapes, qui rencontre aujourd’hui trois risques.

Etape 1 : Donald Trump commence par séduire les marchés, pour aller plus vite.Donald Trump sait bien que les marchés financiers, la bourse surtout, fonctionnent aux anticipations, autrement dit aux promesses.

Il veut les mobiliser pour qu’ils « achètent » sa politique, que la bourse monte et suscite ainsi un « effet richesse », soutenant la demande avant même que les effets de ses mesures soient visibles. Ce seront un an ou deux de gagnés. Cette promesse boursière permet aussi de conjurer l’inquiétude de la « stagnation durable » (Secular stagnation de Larry Summers) ou de la « génération perdue ». Il s’agit de battre ces idées qui minent le moral des ménages, des entrepreneurs et des investisseurs américains - poussant surtout ces derniers à aller voir ailleurs. Et oui, quand la crise est loin, huit ans, mais quand la reprise est plus faible que toutes celles qui ont précédé, une sombre inquiétude se répand : celle d’une croissance américaine qui ne connaîtrait plus 3 ou 4%, avec à la clef la promesse d’une vie meilleure pour tous. Soutenir la croissance par la bourse, en pré-vendant une baisse fiscale massive, c’est l’antidote Trump.

Etape 2 : Il lui faut convaincre les marchés que cette promesse fiscale est crédible. Ceci implique un forcing politique. Il ne s’agit pas du tout de défendre ici une solidité économique (très faible), mais d’une stratégie médiatique. Donald Trump entend galvaniser ses troupes, pour que le Congrès aille vite en besogne. C’est alors le temps du protectionnisme agité contre les voisins mexicains et canadiens, ce sont aussi les menaces contre la Chine qui manipulerait sa monnaie – comme l’Allemagne d’ailleurs, avec l’euro trop faible. Il s’agit de créer un rapport de force qui facilitera l’acceptation des baisses d’impôts par le Congrès. Ce n’est pas facile en effet, puisque les Etats-Unis sont au plafond de leur dette et qu’il faut convaincre que la baisse des entrées fiscales creusera certes le déficit, mais un temps. Le surcroît de croissance comblera largement la perte, promis. Impressionné, le Congrès devrait acquiescer.

Etape 3 : ceci suffit-il ? Pas forcément. Le joker, c’est alors le rapatriement « attendu » des 2 200 milliards de dollars des trésoreries des multinationales américaines. Mais ce rapatriement ne pourrait/devrait avoir lieu que si la baisse des taux d’impôts est suffisante. 15% avance même Donald Trump. Mais on comprend qu’il faut alors encore plus de forcing politique et encore plus de messages !

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Paul Betbeze

Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.

Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ; 2012 : 100 jours pour défaire ou refaire la France, et en mars 2013 Si ça nous arrivait demain... (Plon). En 2016, il publie La Guerre des Mondialisations, aux éditions Economica et en 2017 "La France, ce malade imaginaire" chez le même éditeur.

Son site internet est le suivant : www.betbezeconseil.com

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€