Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 23 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

DSK, le retour politique en trompe-l’œil : ces autres péchés beaucoup plus discrets que le Carlton que l’ancien patron du FMI voudrait faire oublier

Après la relaxe dont il a bénéficié dans l'affaire du Carlton, Dominique Strauss-Kahn est visé par une plainte d'un ancien actionnaire de LSK, le fonds d'investissement qu'il a cofondé. Un fait qui remet en perspective sa récente apparition sur Twitter.

"Jack is Back"

Publié le - Mis à jour le 10 Juillet 2015
DSK, le retour politique en trompe-l’œil : ces autres péchés beaucoup plus discrets que le Carlton que l’ancien patron du FMI voudrait faire oublier

DSK a fait un retour politique en trompe-l’œil. Crédit Reuters

Atlantico : La création d'un compte Twitter par Dominique Strauss-Kahn a suscité un vif émoi sur la toile comme dans les médias. Plusieurs journalistes ont par ailleurs évoqué que l'ancien Ministre engageait un retour dans la vie politique française. Le 30 juin dernier, un ancien actionnaire du fond d'investissement qu'il avait créé, LSK, a porté plainte contre lui pour escroquerie. Dans quelle mesure les deux éléments peuvent-ils être liés ? 

Jean-Yves Archer : Nul ne peut exclure que les récentes actions de communications de DSK aient pour objet de faire monter sa cote dans les milieux d'affaire puisqu'avec DSK le mot habileté n'est jamais loin de la partie de cartes à laquelle ressemble sa vie. Il est évident que pour redorer son blason et chercher à améliorer son jeu au poker des affaires, il est prêt à recourir à de multiples expédients y compris ce fil Twitter un rien prétentieux où il ne prend pour abonnements que le compte de sa compagne et ceux de Prix Nobel d'économie dont il a très certainement le numéro de portable.

Cet homme manie décidément la communication au détriment d'un vrai lien avec les internautes comme ont su le montrer certains top-Executive guère dupes d'une posture (Jack is back) à portée de gesticulation.

Quel bilan peut-on faire des tentatives de l'ancien Directeur du FMI dans le monde des affaires ? 

Dominique Strauss-Kahn offre à nos regards une vie essentiellement publique ce qui cohérent avec sa formation et son goût pour la politique. N'a-t-il pas voulu tenter d'atteindre la magistrature suprême ? Ouvertement en 2007. De manière impossible en 2012.

Nous pouvons tous dresser un bilan de son action publique : ministérielle ou à la tête du FMI. Connu pour sa densité et sa puissance cognitive, cet homme public est aussi connu pour sa capacité d'esquive. Souvenons-nous de l'affaire MNEF et de certains dossiers lorsqu'il était avocat d'affaires. Bilan nuancé sur ce point, donc.

En fait, on ne sait pas clairement si DSK reprendrait à son compte l'intéressante formule de Charles Pasqua :"Pour moi, l'argent n'a jamais été capital si j'ose dire !".

Compte-tenu de son mode de vie, dont il n'a jamais cherché à se cacher, il est patent qu'il faut une surface financière conséquente pour l'assumer. Le seul poste, obtenu il y a quelques années, de conseiller pour le Gouvernement de Serbie ne semble pas à la hauteur des besoins du quotidien.

Comme d'autres, il a donc le statut (mais l'envergure) de conférencier économique international.

Tout ceci ne procède toutefois pas d'une fibre entrepreneuriale comme celle de Thierry Breton, Francis Mer ou encore Claude Bébéar. Voire celle de son ami Denis Kessler. (SCOR).

Le passé de DSK dans les affaires en général est truffé de passif tandis que son avenir en businessman reste à écrire. S'il le veut. Et si les circonstances lui permettent de rencontrer la confiance de partenaires bien assis.

Le 30 juin dernier, Jean-François Ott, ancien PDG d'une société immobilière luxembourgeoise, a porté plainte contre LSK. Selon lui, les comptes qu'on lui aurait soumis avant qu'il n'y injecte 500 000 euros ne reflétaient pas la santé réelle de la société. Son avocat a d'ailleurs estimé qu'elle aurait dû être déclarée en faillite beaucoup plus tôt. Au-delà des erreurs de jugement de DSK, peut-on à ce stade d'information parler d'escroquerie ? 

Les faits sont potentiellement suffisamment significatifs voire graves pour tenter d'être aussi précis que clair. Dans un premier temps, un actionnaire s'estimant lésé a déposé plainte pour "faux en écriture", "abus de biens sociaux" et "escroquerie" contre les anciens administrateurs de la société LSK dont DSK faisait effectivement partie.

Quels sont les griefs de Jean-François Ott qui seront opposés en l'espèce au futur argumentaire de l'éminent Jean Veil, avocat de DSK ? Cet investisseur a participé à une augmentation de capital de LSK à l'été 2014 via sa société chypriote pour un montant de 500.000 euros.

Il a déboursé cette somme à la lumière de documents financiers et comptables supposés refléter la réalité de la situation financière de LSK (due diligence). Or, selon Monsieur Ott, on lui aurait présenté une situation arrangée digne d'une opération de "window-dressing" (dont Enron reste le totem mondial) à tel point qu'il affirme que LSK aurait du être déclarée en faillite dès le printemps 2014.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Bulldozer - 06/07/2015 - 12:24 - Signaler un abus DSK reviens !

    Je suis sûr qu'il ferait un excellent ministre de la Santé, des Affaires sociales et... des Droits des femmes.

  • Par winnie - 06/07/2015 - 16:02 - Signaler un abus Jack is back ...

    For fuck us ? S'il vous plaît, oublions ce triste sire !

  • Par gwirioné - 07/07/2015 - 00:05 - Signaler un abus Effrayant!

    Entendre-ou lire- des "économistes" soupeser les capacités d'un type qui n'a jamais rien réussi est effrayant!

  • Par cadi67 - 07/07/2015 - 06:42 - Signaler un abus profil

    Compte tenu du profil qui semble nécessaire pour entrer à la BCE, il me semble que M. Strauss-Kahn, tant d'un point de vue professionnel que personnel, rempli parfaitement les conditions.

  • Par abracadarixelle - 07/07/2015 - 12:40 - Signaler un abus LSK

    LSK c EXQUIS....formule publicitaire fort ancienne vantant, je crois ,du chocolat en poudre . Cette formule ne ferait plus recette !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Yves Archer

Jean-Yves Archer est économiste, spécialisé en Finances publiques. Il dirige le cabinet Archer, et a fondé le think tank économique Archer 58 Research.
 
Né en 1958, il est diplômé de Sciences-Po, de l'ENA (promotion de 1985), et est titulaire d'un doctorat en Economie de l'Université Paris-I Panthéon-Sorbonne.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€