Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 12 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Docteurs follamour ? Ce que à quoi pourrait aboutir les biologistes qui piratent l’ADN

Les médias s'intéressent depuis peu au mouvement du biohacking, qui consiste à mettre le maximum de moyen en oeuvre pour démocratiser les technologies qui sont le plus souvent bloquées et réservées à une élite. Se faisant, le mouvement permet à toute une communauté de penser de nouvelles façons d'utiliser des technologies pour des résultats parfois plus pratiques.

Tout appartient à tout le monde

Publié le
Docteurs follamour ? Ce que à quoi pourrait aboutir les biologistes qui piratent l’ADN

Ce que à quoi pourrait aboutir les biologistes qui piratent l’ADN Crédit Reuters

Atlantico : Depuis peu la presse s'intéresse à un mouvement que l'on nomme "biohacker". L'hebdomadaire "The Economist" les a décrit comme les "participants de ce qui ressemble à une classe de cuisine expérimentale" le 6 septembre 2014 (voir ici). Qu'entend-on aujourd'hui par Biohacker ?  Comment définir ce mouvement concrètement ?

Thomas Landrain : Parlons étymologie un instant. Biohacker est la contraction évidente de "biologie" et de "hacker".

Si on veut définir le mouvement du biohacking, il faut donc se référer au mouvement hacking en général. C'est une volonté de revendication mais qui, cette fois, ne se concentre pas sur l'informatique ni sur les données mais qui s'interroge sur l'autonomie de l'individu de façon générale, et d'un point de vue technologique. Traditionnellement le mouvement se concentre sur l'électronique, les appareils, mais ici c'est sur l'intégrité physique : on s'intéresse à la biologie, au corps humain, à notre environnement et notre capacité à gérer l'énergie qui nous entoure. Ce qui, concrètement, va toucher les matériaux qu'on utilise, aura un impact sur ce qu'on va construire, sur notre santé, sur la capacité dont nous disposons à nous surveiller nous même, à nous diagnostiquer mais aussi à produire notre alimentation, entre autres. Le principe du mouvement biohacking, c'est se réapproprier tout ce savoir. 

Jetons un œil sur l'histoire de l'informatique : le bond de géant qui a eu lieu dans les années 1980-1990 n'a eu lieu que parce que le prix des ordinateurs avait baissé. Si tout a commencé, c'est parce certaines personnes ont décidé de s'approprier cette technologie dans les années 70 quand les prix des composants électroniques commençaient à devenir plus accessibles. Ces gens-là se sont mis à concevoir des ordinateurs pour qu'ils répondent à leur propres besoins auxquels personne n'avait pensé à l'époque. Des usages qui ne correspondaient pas nécessairement à ce qu'envisageaient les grands groupes américains, mais qui ont fait d'Internet ce qu'il est aujourd'hui. Ce qu'on veut pour le mouvement, c'est pouvoir imaginer une révolution de la  même ampleur. Pas pour l'informatique ou Internet, mais qui touche aux aspects physiques de notre vie et dont les répercussions peuvent être énormes. L'enjeu c'est d'abaisser le coût d'accès à la technologie comme ça a été le cas pour l'informatique. C'est une situation inexistante pour la quasi-totalité des technologies en dehors du hardware, mais c'est en passe de se réaliser dans des domaines comme l'électronique. Il faut dépasser ces champs là pour s'en aller vers des domaines plus traditionnels qu'on ne retrouve normalement que dans les laboratoires des grands groupes de recherches. C'est le fond du biohacking : démocratiser ces technologies nécessaires à l'autonomie de la personne.

En quoi consiste les activités menées par les biohackers ? Sur quels matériaux travaillent-ils ?

Les activités que nous menons sont très diverses. Dans le cadre de la biologie, par exemple, nous pratiquons le diagnostic génétique, qui permet de mettre en place la médecine personnalisée, consistant à s'analyser soi même. Concrètement, avec du hardware, quelques capteurs et un peu d'intelligence il est possible de reproduire des appareils de diagnostics gratuits pour l'utilisateur et bien moins couteux à assembler. Ce qui vaut également pour  les analyses génétiques puisqu'aujourd'hui on peut trouver sur eBay des appareils très simples pour quelques centaines d'euros et qui permettent de réaliser ses propres analyses. Pour un peu moins de 1 000 euros, il est possible de se procurer un ensemble d'appareils : une machine PCR, une machine électrophorèse, des centrifugeuses...

Cela rentre dans la démarche de l'open source : jusqu'à présent ces machines de laboratoire étaient construites pour des scientifiques, chers, inaccessibles au consommateur lambda et pratiquement impossibles à modifier. Aujourd'hui, il s'agit d'offrir de nouveau à tout le monde la possibilité de les modifier, et de les rendre plus accessibles financièrement parlant. Quitte à avoir moins d'options. Une machine PCR d'analyses ADN coûte entre 3000 et 10 000 euros, quand la version «open PCR» inventée par des ingénieurs américains ne coûte que 400 dollars.

L'idée, c'est aussi de récupérer une capacité à produire nos propres matériaux et ne plus avoir à faire face à des problématiques relevant de l'ordre de la transparence – comment sont fabriqués les matériaux des fournisseurs – de transports, ou de recyclage. L'encre, par exemple, est une des matières qu'on utilise le plus (et en cela elle peut être considérée comme symbolique dans ce cadre) et l'une des plus polluantes. Pour la reproduire, des biologistes et des designers ont travaillé main dans la main pour que cette encre soit à la fois biodégradable et non toxique. Et finalement, cet exemple peut se décliner à une large majorité des objets de notre quotidien, via la bioproduction : utiliser la capacité transformative, recyclable, de la matière biologique. Le vivant a une capacité presque alchimique à transformer les éléments.

La question qui demeure, c'est comment adapter ce format de bioproduction à une échelle locale et personnalisable. La méthanisation (qui consiste à recycler les déchets sous forme d'énergie) fait parti de ces exemples, applicables à un cercle restreint d’individus, comme un quartier.

Un autre exemple, peut-être un peu plus macabre sur lequel on intervient également, c'est la gestion des cadavres dans le cadre de graves catastrophes comme on a pu en voir aux Philippines. Il est vital de faire quelque chose pour ne pas se retrouver avec une crise sanitaire, mais le deuxième problème qui se pose c'est d'identifier les morts. Le concept que nous développons consiste à récupérer un morceau d'ongle et procéder à des analyses ADN pour identifier l'individu et essayer d'éviter à la famille le tribut psychologique que peut être la recherche du proche. La Croix-Rouge et Médecin du Monde sont très intéressés mais finalement ils disposaient des moyens nécessaires : c'est simplement le processus qui est nouveau. Laisser à tout un chacun la liberté d'utiliser ces technologies qui ne sont normalement pas accessibles permet de faire germer des idées simples mais pratiques et efficaces.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par perceval - 06/09/2014 - 18:11 - Signaler un abus en tant normal?

    vraiment?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Thomas Landrain

Thomas Landrain est co-président et co-fondateur de la plateforme "La Paillasse" à Paris, dédiée au biohacking.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€