Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 27 Septembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Dis-moi comment tu dors, je te dirai qui tu es

Selon un spécialiste du sommeil, il existe un lien direct entre les positions adoptées pendant le sommeil et la personnalité d'une personne.

Tu dors comment toi ?

Publié le - Mis à jour le 12 Septembre 2012
Dis-moi comment tu dors, je te dirai qui tu es

La position foetale révèle bien des choses... Crédit Flickr

Le sommeil, cette composante essentielle de la santé… Une bonne nuit de sommeil a en effet de nombreuses conséquences sur une personne, que ce soit sur sa libido, son poids, le risque d'attraper un cancer, et beaucoup d'autres choses. Mais saviez-vous que la position dans laquelle vous dormez révèle qui vous êtes ? Dis-moi comment tu dors et je te dirai qui tu es en somme ! C'est en tout cas ce qu'assure le chercheur Chris Idzikowski, expert du sommeil, qui a trouvé un lien direct entre les positions qu'un individu adopte pour dormir, et les traits de sa personnalité.

Si vous faîtes partie des 41% de personnes à dormir dans la position du fœtus, recroquevillées sur le côté, les genoux ramenés vers vous, vous donnez probablement l'impression d'avoir un fort caractère, d'être assez dur, quand votre petit cœur pourrait en fait être comparé à de la guimauve !

D'apparence sévère, vous êtes très sensibles, et même timides lors de premières rencontres. Mais cette carapace ne vous protège pas des méfaits qu'il y a à dormir dans cette position : si faire le fœtus diminue les ronflements, elle augmente les douleurs dans les cervicales et le dos, et entraine l'apparition de rides !

Sans forcément adopter une position fœtale, certaines personnes dorment toutefois sur le côté, ce qui permet notamment d'éviter les douleurs dans le cou et le dos – la colonne vertébrale étant maintenue allongée -  mais diminue également les remontée d'acide.  Vous êtes donc 15% à faire "la bûche" la nuit, position qui révèle beaucoup de sociabilité, une facilité à vivre avec les autres car vous ne craignez pas d'exprimer vos sentiments. Cette aisance à se mêler aux autres, à sympathiser avec des étrangers peut parfois devenir de la crédulité, et être source d'anxiété.

Une aisance moins marquée chez "les suppliants", qui dorment toujours sur le côté, mais avec les bras étendus devant eux. S'ils ont l'air réservés a priori, les "suppliants" font en fait seulement preuve de prudence, et sont très attentionnés et dévoués.

Un peu comme les 5% d'individus qui adoptent la position dite de l'étoile de mer – dormir sur le dos, les bras autour de l'oreiller – qui sont très généreux, attentifs, et n'aiment pas être au centre de l'attention. Ils s'y retrouvent pourtant toutes les nuits : ces dormeurs sont en effet de gros ronfleurs!

Tout comme ceux qui dorment allongés sur le dos, les bras le long du corps, en position "soldat". Ces 8% de dormeurs sont selon les chercheurs des personnes réservées, discrètes, qui attendent beaucoup des autres, mais aussi d'eux-mêmes. Ce qui explique peut-être qu'ils adoptent la meilleure position la nuit. Dormir sur le dos permet en effet à la tête, au cou et à la colonne vertébrale de maintenir une position complètement neutre. Et comme la tête est élevée, l'estomac se trouve au dessous de l'œsophage, ce qui empêche donc les reflux d'acide. Autre bonne nouvelle, cette position reporte l'apparition de rides, puisque rien ne pousse contre le visage. Pourquoi pensez-vous que la Belle au bois dormant adoptait cette position ? La peur des reflux d'acide et des rides bien sûr !

Il reste une dernière position : la bien nommée "chute libre", sur le ventre, la tête tournée sur un côté, les bras ramenés vers l'oreiller. S'ils paraissent intrépides, les dormeurs en chute libre sont en fait nerveux et très susceptible, des personnes charismatiques, souvent dominantes dans un groupe. A condition, bien sûr, que les maux de dos ne les clouent pas au lit ! Dormir sur le ventre est en effet déconseillé par les médecins car cette position entraine une pression sur les muscles, ce qui peut "irriter" les nerfs et entrainer des douleurs, mais aussi des picotements ou des engourdissements. Vos rêves pourraient toutefois être bien meilleurs. Une étude a en effet montré que dormir sur le ventre favoriserait les rêves érotiques. L'écrasement relatif des poumons rappellerait les émotions ressenties lorsque quelqu'un vous serre dans ses bras !

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par coolin - 11/09/2012 - 13:36 - Signaler un abus Rectification

    Ya une petite faute de frappe, c'est dormir sur le ventre qui favorise les réves érotiques . A rectifier " Une étude a en effet montré que dormir sur le dos favoriserait les rêves érotiques. "

  • Par ludovique - 11/09/2012 - 13:58 - Signaler un abus mais heu!

    Je pratique toute ces positons!

  • Par ciceron - 11/09/2012 - 22:19 - Signaler un abus @ludovique

    Coquine....!

  • Par Christine Adam de Villiers - 12/09/2012 - 09:02 - Signaler un abus Pourquoi certains dorment peu...

    Bonjour, article très intéressant...J'avais écrit il y a très longtemps, pour le lancement du journal VITAL, un papier sur "Pourquoi cerains dorment beaucoup...Et d'autres peu"...Mais, effectivement, je n'avais que peu étudié les positions, qui effectivement, ont forcément un sens!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Atlantico.fr

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€