Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 25 Septembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

De la difficulté (ou du choix ?) pour les femmes ultra diplômées à trouver l'amour

Une tendance sociologique écrasante montre que les femmes très diplômées sont plus souvent célibataires, et pour longtemps, contrairement aux femmes peu, voire pas diplômées. Pour ces femmes, les études brillantes et la vie professionnelle sont autant d'obstacles à la création d'une vie de couple.

Bac+18

Publié le
De la difficulté (ou du choix ?) pour les femmes ultra diplômées à trouver l'amour

Une femme faiblement diplômée voire pas diplômée va "faire couple" et fonder une famille beaucoup plus tôt, 8 à 10 ans environ avant une femme qui a Bac+5. Crédit Reuters

Atlantico : Vous avez récemment précisé que le nombre de célibataires a plus que doublé en France en trente ans, passant de 6 à 12 % de la population. Les femmes étant les premières concernées : elles sont 4,4 millions aujourd’hui contre 3 millions d’hommes. Y a-t-il donc d'abord un effet démographique ?

Pascal Lardellier : Disons que cela est lié à un ensemble de facteurs que l'on pourrait dire socio-historiques ou socio-démographiques. Les femmes restent beaucoup plus longtemps célibataires depuis que le salariat féminin s'est instauré. La femme a toujours travaillé mais bénévolement. Elle était liée au "chef de famille", pour subvenir à ses besoins et à ceux de sa famille. Dès lors que la femme a acquis une indépendance financière et professionnelle, elle a été plus encline soit à s'assumer et à entrer en couple plus tard, soit à ne pas entrer en couple, voire à en sortir.  

Le célibat prolongé des femmes diplômées serait aussi dû à des exigences imposées par la vie professionnelle.

Faire carrière et s'épanouir professionnellement demanderait-il un certain sacrifice de la vie personnelle ?

C'est un phénomène implacable d'un point de vue sociologique ; une femme faiblement diplômée voire pas diplômée va "faire couple" et fonder une famille beaucoup plus tôt, 8 à 10 ans environ avant une femme qui a Bac+5 (1). Donc on constate cette tendance incontournable, qui est que plus une femme a un niveau de diplôme élevé, plus elle a une propension à rester seule, ou en tout cas à rester seule longtemps. Plusieurs choses l'expliquent. Des critères endogènes, par exemple elle va se montrer plus difficile sur le choix du conjoint. Une femme diplômée va aussi parfois faire peur aux hommes, parce qu'à certains égards, elle va s'être attribuée ce qui faisait leur pouvoir : la liberté, l'indépendance, l'argent. Il y a des critères exogènes également : le fait qu'une femme qui fait des études va plutôt, en règle générale, se consacrer à sa trajectoire universitaire et professionnnelle d'abord. Elle va faire un stage, puis une, deux, trois années d'expérience professionnelle, avant de "faire couple" ou en tout cas de fonder une famille. De plus, il est vrai que les entreprises peuvent mettre la pression sur les femmes pour qu'elles ne partent pas tout de suite en congé maternité après l'embauche...

Peut-on considérer que l'indépendance économique et le statut social donnés par le travail rendent la vie de couple moins nécessaire et désirable ?

Le couple traverse une crise profonde, une crise socio-historique de désinstitution. On rentre dans le couple plus facilement, on n'est pas obligé de se marier pour faire couple, on sort du couple beaucoup plus facilement. L'époque où l'on restait pour les convenances ou les enfants est quasiment révolue. La montée de l'individualisme fait que les grandes institutions sont remises en cause et que les trajectoires d'autonomie des individus prévalent sur ce que l'institution pouvait cimenter auparavant. Les cadres normatifs ne sont plus les mêmes.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Newdawn - 09/09/2015 - 14:02 - Signaler un abus Et le rôle du féminisme ?

    J'aurais bien aimé une étude large et objective sur les liens entre féminisme et célibat des femmes. Avec des statistiques, pour observer la corrélation. Et aussi davantage de détails sur le bonheur réel des femmes (par rapport à celui de leurs mères ou grand-mères), maintenant qu'elles sont "libérées"... et célibataires ^^

  • Par VV1792 - 09/09/2015 - 23:28 - Signaler un abus Cela demarre par la soi

    Cela demarre par la soi-disant liberation, sous entendu la lutte des femmes pour l' obtenir.. A croire que tout a ete oublie: jusqu' au debut des annees 60 et a moins d' avoir les moyens pour avoir du peronnel de maison, pour avoir une maison bien tenue, la femme, comme l' homme devaient bosser comme des dingues. LA LIBERATION des femmes n' a pas ete une lutte, mais la possibilite de ne plus etre harrassee 365j/365 par cette contrainte depuis que l' humanite s'est civilisee, ceci a cause de l' irruption capitale de la TECHNIQUE. Tout le reste est de la propagande de et pour les bougeoises; il suffit de demander a nos grands meres pour savoir combien elles en ont bavees, et pas a cause de l' homme... Ensuite que cette liberte donnee ( et donc non le resultat d' une lutte..) ait ses effets pervers, en augmentant la solitude et le mal-etre, certainement.. comme dirait les soixante huitards, elles etaient alienees, libres, certaines le restent de leur propre choix et volonte..on ne va donc pas les plaindre..

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Pascal Lardellier

Pascal Lardellier est professeur à l'université de Bourgogne, spécialiste du couple et du célibat. Les Réseaux du coeur. Sexe, amour et séduction sur Internet (F. Bourin, 2013) est son dernier livre paru sur le sujet.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€