Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 27 Juin 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

"Les Derniers Jours de l'humanité" : la guerre en horreur

Présentée par la Comédie-Française, la pièce de Karl Kraus, sur la guerre 14-18, constitue une "désacralisation" totale, agressive et loufoque de la guerre.

Atlanti-culture

Publié le
"Les Derniers Jours de l'humanité" : la guerre en horreur

Les personnages permettent, par leurs dialogues, de structurer scéniquement cette évocation de l'horreur de la première guerre mondiale, la dénonciation de la barbarie des hommes de pouvoir et de la bêtise des peuples qui les ont suivis. Crédit Christophe Raynaud de Lage / collection Comédie-Française

L'auteur

Karl Kraus (1874-1936), journaliste et écrivain d'une immense culture,révolté permanent, pamphlétaire incandescent, a fait sa carrière à Vienne et, dès 1914, s'est dressé en adversaire virulent de la guerre.

Thème 

Pièce écrite entre 1915 et 1917, "Les Derniers Jours de l'humanité" devait durer 24 heures. Elle associe tous les genres et mêle tous les lieux. Elle ne s'appuie, pour l'essentiel, selon Karl Kraus, que sur des propos réellement lus ou entendus.

Quatre personnages - l'optimiste, le râleur, l'abonné et le patriote - permettent, par leurs dialogues, de structurer scéniquement cette évocation de l'horreur de la première guerre mondiale, la dénonciation de la barbarie des hommes de pouvoir et de la bêtise des peuples qui les ont suivis.

Il s'agit ici d'une adaptation de David Lescot qui a choisi dans cette oeuvre tentaculaire, de plusieurs milliers de pages, de quoi monter ce spectacle cent ans après le premier conflit mondial. Conflit qui occupe une place essentielle dans son cursus universitaire et dans son oeuvre d'écrivain, de dramaturge et de metteur en scène.

Pour faire passer le caractère désespéré du texte, David Lescot a joué à fond la carte d'un traitement de type café-concert, avec une forte part de loufoquerie.

Par ailleurs, il a fort opportunément ajouter au texte lui-même des images d'archives de la Première Guerre Mondiale, regroupées par Laurent Véray.

Points forts

1 Il y a dans ce spectacle quelques moments forts:

       - Denis Podalydès en prêtre faisant une apologie joyeuse de la guerre, dans une interprétation extravagante de l'Evangile.

       - Le choeur des gazés.

       - Les blessés "à béquilles", se déplaçant en ombres chinoises géantes.

       - Les images d'archives montrant les déambulations de blessés de guerre aveugles et celles évoquant la Bataille de la Somme.

       - La lettre, digne d'Ionesco, d'une jeune femme infidèle à son mari au front.

       - Et, surtout, la longue litanie finale des monstruosités de la guerre et des dérives qu'elle suscite chez les hommes, litanie que tout le reste n'a fait, finalement, que préparer.

2 Juxtaposition de dialogues entre gens de la rue, militaires, journalistes ou politiques; d'archives de guerre projetées; d'une musique très présente, à la fois à travers l'intervention fréquente d'un pianiste, et de plusieurs chants lyriques dont les textes, paisibles, contrastent  violemment avec les images d'archives projetées en soutien: le caractère protéiforme de cette animation scénique renforce de manière impressionnante et parfois même  brutale la perception de la violence et de l'absurdité présumée de la guerre.

3 Hommage doit être rendu aux comédiens, capables d'interpréter chacun, pêle-mêle, toute une série de personnages très différents.

   Mention toute spéciale à Denis Podalydès, lui-même impressionné depuis longtemps par la personnalité et l'oeuvre de Kraus et qui, il y a 6 ans déjà, à la demande de David Lescot, avait participé à une lecture des "Derniers Jours" lors d'un colloque sur la guerre, au musée des Invalides.

   Il est époustouflant de naturel et de vérité dans l'accumulation des travestissements. Entre autres, en mime silencieux s'agitant frénétiquement devant des images d'archives, soutenu par un pianiste très présent; et en aumônier tirant au canon.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Sibylle Darblay pour culture-tops

Sibylle Darblay est chroniqueuse pour Culture-Tops.

Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).  Culture-Tops a été créé en novembre 2013 par Jacques Paugam , journaliste et écrivain, et son fils, Gabriel Lecarpentier-Paugam, 23 ans, en Master d'école de commerce, et grand amateur de One Man Shows.

Voir la bio en entier

Jacques Paugam pour Culture-Tops

Jacques Paugam est un écrivain et journaliste français. Très impliqué dans le domaine de la culture, il a produit et animé de nombreuses émissions et chroniques pour la télévision, la radio et la presse écrite. Il est le cofondateur du site Culture Tops, partenaire d'Atlantico.
 
Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).  Culture-Tops a été créé en novembre 2013 par Jacques Paugam , journaliste et écrivain, et son fils, Gabriel Lecarpentier-Paugam, 23 ans, en Master d'école de commerce, et grand amateur de One Man Shows.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€