Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 23 Octobre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Tunisie : un président
pas comme les autres

Moncef Marzouki a un parcours original et il personnifie les espoirs de démocratie du Printemps Arabe.

EDITORIAL

Publié le

Dans un monde arabe choqué par les massacres en Syrie, et les dérives du nouveau pouvoir militaire égyptien, la personnalité originale, et le style de l'actuel président de la république tunisien Moncef Marzouki sont une source d'espoir.

Depuis qu'il a prêté serment le 13 décembre dernier, le style de cet opposant historique à l'ex-président Ben Ali (docteur en médecine, il a été président de la Ligue tunisienne des droits de l'homme), surprend, et tranche avec le passé. Il a une page Facebook qui a plus de 90 000 fans : il ne porte jamais de cravate, et arbore un pin's à l'effigie d'Ahmed Ouerghi, un jeune martyr de la révolution tunisienne.

"C’est le premier militant des Droits de l’Homme qui accède au pouvoir dans le monde arabe et musulman", comme le note Abed Charaf (hebdo La Nation). Et il est le plus fragile des chefs d'Etat maghrébin. "Ce n’est pas un général, comme le mauritanien Mohamed Ould Abdelaziz, ni un ancien apparatchik reconverti, parachuté au pouvoir par les avions de l’Otan, comme le libyen Mustapha Abdeljalil. Ce n’est pas non plus un islamiste de palais, comme Abdelilah Benkirane, et il n’a ni gaz, ni pétrole, ni l’appui d’une puissante armée, comme Abdelaziz Bouteflika" en Algérie.

De plus ce président tunisien "n’a même pas l’appui d’une majorité de Tunisiens. Son parti n’a pas remporté les élections à la Constituante d’octobre 2011. Son accès à la présidence est le résultat d’un compromis politique dans lequel les islamistes d’Ennadha ont joué un rôle central, en acceptant de ne pas tout accaparer à l’issue des premières élections post-Benali", ajoute Charaf.

Paradoxalement une de ses chances, c'est que la Tunisie "n’a pas de pétrole ni de gaz. Le pays n’a pas une importance stratégique majeure. Il ne constitue pas une menace éventuelle sur la rive sud de la Méditerranée, et n’a pas la prétention de jouer un rôle majeur dans les relations internationales. Rien ne pousse donc les pays occidentaux à s’y intéresser de manière particulière".

Son style différent s'est aussi exprimé lors sa tournée au Maroc, en Mauritanie, et en Algérie du 8 au 13 février. Au Maroc qu'il connaît bien pour y avoir vécu, avec son père obligé de s'exiler car il tait dans l'opposition tunisienne, et y avoir décroché son baccalauréat au lycée français de Tanger, il a préféré dormir che sa soeur , dans un quartier populaire de Marakkech, plutôt que dans la résidence officielle qui lui était proposée souligne Jeune Afrique.

Et si "arrivé au pouvoir à la suite d'une révolution, Marzouki s'est prudemment abstenu de donner des leçons de démocratie à ses pairs maghrébins" il a, par contre, "insisté pour rencontrer, à chacune de ses escales, des représentants de l'opposition et de la société civile". De plus "le président tunisien a demandé à se recueillir sur la tombe de l'avocat Youssef Fathallah, militant des droits de l'homme, assassiné par les Groupes islamiques armés (GIA) en 1994".

Cela n'empêche pas les critiques de le considérer comme un opportuniste, faisons crédit à ce président récemment arrivé au pouvoir, et souhaitons lui de réussir la transition démocratique de son pays.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par sam84 - 25/02/2012 - 14:15 - Signaler un abus Souhaitons

    Dans le désert on peut toujours souhaiter qu'il fasse moins chaud ou qu'il pleuve Les probabilités que vous soyez exaucés sont a peu prêt identique aux chances que la théocratie mise en place en Tunisie devienne une démocratie Mais on peut toujours le souhaiter,c'est un peu hypocrite....

  • Par zygo - 25/02/2012 - 14:18 - Signaler un abus Monsieur Klein...

    Vous dites: "De plus ce président tunisien "n’a même pas l’appui d’une majorité de Tunisiens. Son parti n’a pas remporté les élections à la Constituante d’octobre 2011". Comment voulez-vous gouverner un pays si vous n'avez pas l’adhésion du peuple ? Ce n'est pas de la démocratie dont vous parlez mais de la dictature ? on est tombé sur la tète ?

  • Par texarkana - 25/02/2012 - 16:28 - Signaler un abus en tous cas il tranche en bien

    avec les "hommes forts"du monde arabe style feu Kadhafi ou Bachar père et fils, si appréciés de certains secteurs en France.

  • Par Diego - 25/02/2012 - 18:33 - Signaler un abus Tunisie

    On peut faire confiance aux islamistes pour s'accaparer tous les pouvoirs et faire appliquer la charia. Comme ils le font partout où ils sont majoritaires.

  • Par Rosine - 25/02/2012 - 18:58 - Signaler un abus on verra

    s'il quittera le pouvoir après un mandat. On verra...

  • Par dlebouc - 25/02/2012 - 21:32 - Signaler un abus Amateurisme ou populisme ?

    Depuis son arrivée aux commandes du pays, Moncef Marzouki déçoit. Dans le meilleur des cas il fait preuve d'une inexpérience frisant l'amateurisme. Dans le pire, c'est un nouveau genre de populiste ("burnous man"). Les mêmes critiques peuvent aussi être adressées aux aux deux autres membres de la "troika", les socialistes d'Ettakatol (version tunisienne de la SFIO) et les islamistes d'Ennadha qui rejettent leurs responsabilités sur tout le monde sauf eux !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Gilles Klein

Gilles Klein, amateur de phares et d'opéras, journaliste sur papier depuis 1977 et en ligne depuis 1995.

Débuts à Libération une demi-douzaine d’années, puis balade sur le globe, photojournaliste pour l’agence Sipa Press. Ensuite, responsable de la rubrique Multimedia de ELLE, avant d’écrire sur les médias à Arrêt sur Images et de collaborer avec Atlantico. Par ailleurs fut blogueur, Le Phare depuis 2005. Est utilisateur quotidien de Twitter depuis 2007.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€