Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 18 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Dans la tête des Français : ce que semble penser la majorité silencieuse sur les grèves et les réformes

Si les différents sondages de popularité montrent que les Français se défient majoritairement de l'exécutif, il ne faut pas forcément y voir un refus en bloc de toute la politique menée par le gouvernement.

A froid

Publié le
Dans la tête des Français : ce que semble penser la majorité silencieuse sur les grèves et les réformes

Atlantico : Derrière les parties prenantes au conflit social qui débutera ce 22 mars, des manifestants au gouvernement, quelle est la position de la majorité silencieuse du pays sur la question du mouvement en cours ? 

Jean-Philippe Dubrulle : Difficile de parler pour la majorité silencieuse, mais en ce qui concerne les Français dans leur ensemble, 44%* estiment aujourd’hui que le mouvement de grève du 22 mars (principalement articulé autour des protestations des cheminots) est « justifié », soit une part importante de la population, mais pas la majorité. Or, il convient de comparer ces résultats au jugement qu’ont porté les Français à l’égard d’autres mouvements sociaux. On observe ainsi que la mobilisation des cheminots bénéficie de beaucoup moins de crédit que celles d’autres corps sociaux : derniers exemples en date, les mouvements des surveillants de prison en janvier et des policiers de l’automne 2016 étaient considérés comme justifiés par respectivement 95% et 91% des Français ; même la mobilisation contre la loi travail était considérée comme telle par environ 60% des personnes interrogées.

Il faut remonter jusqu’à la réforme des régimes spéciaux de 2007 pour trouver des jugements aussi négatifs que ceux portés à l’endroit de la mobilisation des cheminots en ce mois de mars.

* D’après le sondage Ifop-Fiducial pour CNews et Sud Radio « Balises d’opinion » #22.

Comment expliquer l'ambivalence de la position des Français, qui apporte un soutien minoritaire aux cheminots tout en apportant une vision de défiance majoritaire à la politique menée par le gouvernement ?

D’une part, si les différents sondages de popularité montrent bien que les Français se défient majoritairement des deux têtes de l’exécutif, il ne faut toutefois pas forcément y voir un refus en bloc de toute la politique menée par le gouvernement. L’embellie des popularités du président de la République et du Premier ministre cet automne ont montré une forme d’expectative ou de bénéfice du doute de la part de l’opinion, qui les a laissés agir dans l’attente de résultats. Or, lesdits résultats tardant à se manifester, la défiance augmente.

Pour autant, cette défiance ne vient pas en soutien du mouvement des cheminots, souvent dépeints et perçus comme une corporation jouissant de privilèges exorbitants. Que ces allégations correspondent ou pas à la réalité de leur statut, force est de constater qu’ils ne peuvent servir de réceptacle à la contestation sociale à eux seuls. La principale difficulté de ce mouvement vient donc du fait qu’elle passe, aux yeux de l’opinion, pour la défense d’une rente de situation ou de privilèges (avec force médiatisation de la gratuité des billets pour les familles de cheminots, etc.) d’une fraction de la population.

Comment anticiper la suite du point de vue de l'opinion ? Quels sont les éléments qui seraient susceptibles de faire basculer l'opinion de cette majorité silencieuse dans un camp ou dans un autre ?  

A travers différentes enquêtes, on constate que les Français sont globalement en faveur d’une réforme du statut des cheminots, qu’il s’agisse de la supprimer totalement ou de cesser de l’appliquer aux nouvelles embauches. Mais ce constat s’opère « à froid », c’est-à-dire avant prise d’effet des grèves annoncées ou exemples réels de convergence des luttes sociales. Le seul blocage des transports ne semble pas de nature à faire basculer l’opinion, pour les raisons qu’on a vues plus haut sur l’image des cheminots. C’est le pari actuel de l’exécutif que de balayer la possibilité d’une coalition des victimes proclamées de la politique du gouvernement, sous prétexte que les intérêts de chaque public (personnes âgées, bénéficiaires des APL, cheminots) sont trop divergents pour leur permettre de faire front commun.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 22/03/2018 - 10:09 - Signaler un abus C'est quoi la "majorité silencieuse"?...

    Le peuple (Ooooooh, populiste!) moins les élites auto-proclamées?...

  • Par Ganesha - 22/03/2018 - 12:25 - Signaler un abus Assommés par une propagande,

    Assommés par une propagande, dans tous leurs médias, digne des pires pays totalitaires, deux-tiers des participants du second tour on voté contre Marine Le Pen, qui, comme chacun le sait, est une véritable Adolf Hitler en jupon. Ayant accompli, comme de braves boy-scouts, cette magnifique ''bonne action'' (B.A.) une bonne partie du peuple a plongé dans une douce léthargie, composée d'un mélange de ''The Voice'' et de football, pour se remettre de cette intense émotion. Mais progressivement, nous commençons à ouvrir les yeux et nous constatons que nous avons mis à la tête de notre pays une sorte de mélange de Sarko et de Hollande, un Matteo Renzi, qui voudrait appliquer, 35 ans plus tard, dans un monde qui a beaucoup changé, la politique de Margaret Thatcher ! Et, nous nous demandons comment nous allons nous sortir de cette impasse !

  • Par vangog - 22/03/2018 - 13:11 - Signaler un abus Actuellement, une centaine de fascistes-zadistes

    s’attaquent aux forces de police, profitant de cette manifestation pour manifester leur haine de la France. Les journaleux à la botte du pouvoir gauchiste les nomment improprement « jeunes » pour tenter de créer une solidarité factice avec la jeunesse de notre pays...Faux! Ce sont des fascistes-zadistes de tous âges, mais d’ideologie commune d’ultra-gauche...

  • Par lasenorita - 22/03/2018 - 17:48 - Signaler un abus Macron n'a pas tenu ses promesses!

    C'est la raison pour laquelle les Français ne font plus confiance à l'exécutif!.. Hier soir, je suis allée aux urgences de l'hosto; là je suis tombée sur des gens qui saignaient des doigts.je demande au docteur: ''Pourquoi y a-t-il tant de monde? Est-ce une épidémie? Je peux attraper çà moi aussi?._çà dépend ce que vous avez fait en mai? _Qu'Est-ce qu'ils ont fait en mai??_Ils ont voté Macron et ils s'en mordent les doigts!''.. Ceux qui se sont abstenus doivent aussi s'en mordre les doigts!...Voir https://www.youtube.com/watch?v=PEkftef0NEg et voir https://www.youtube.com/watch?v=XgFYBWxlkDw..Macron fait comme Hollande: il salue des gens imaginaires!...

  • Par walchp - 22/03/2018 - 18:01 - Signaler un abus Facile: ceux qui ne paie pas d’impots Trouve que c’est justifié

    La fonction publique dirige ce pays au lieu de le servir Les 100% de fonctionnaires du gouvernement Hollande on fait en sorte que 60% de français ne paie pas d’impots Autant de français en faveur de dépenses publiques débridées Faites leurs payer la note, vous verrez le revirement!! Pays d’abriris médiocres

  • Par walchp - 22/03/2018 - 18:04 - Signaler un abus Pardon je voulais dire d’abrutis médiocre

    ´

  • Par walchp - 22/03/2018 - 18:08 - Signaler un abus Si on en a marre des déficits galopants on est ultraliberal

    Ganesha n’as pas la moindre idée de l’etat de l’Angleterre avant Tatcher Sa seule référence politique c’est la chanson de Renaud.....

  • Par walchp - 22/03/2018 - 18:19 - Signaler un abus 13000 cheminots 34000 fonctionnaires

    Les groupuscules des bras cassés

  • Par ajm - 22/03/2018 - 20:33 - Signaler un abus L'Angleterre des années 60-70

    Avant Tatcher, la GB était la lanterne rouge de la croissance en Europe depuis la fin de la guerre, un pays roboratif qui transpirait la médiocrité et exhibait une pauvreté égalitaire avec une fiscalité ecrasante. Je me souviens du Londres des années 60 et du début des années 70 , sombre et poussiéreux, Paris à côté faisait riche et joyeux.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Philippe Dubrulle

Jean-Philippe Dubrulle est chargé d'études au département opinion et stratégie d'entreprise à l'Ifop. 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€