Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 25 Avril 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Dans les coulisses du retour de Jean-François Copé

Le maire de Meaux sera, mardi, l'invité de Marc-Olivier Fogiel et sort, mercredi, un livre programme. Il entamera ensuite une série de visites de terrain qui devraient déboucher sur une déclaration de candidature à la primaire en mai-juin.

Back in the game

Publié le
Dans les coulisses du retour de Jean-François Copé

A vrai dire, ils ne font pas trop les fiers. A Meaux et ailleurs, les proches de Jean-François Copé sont inquiets. L'heure a sonné, celle du retour, celle du jugement qui, si les choses tournent mal, pourrait bien être le dernier. Ils l'ont tellement attendu ce moment et voilà maintenant qu'ils le redoutent. Jusqu'ici ils pouvaient, ensemble, s'entretenir dans une sorte d'illusion rassurante. De mirage apaisant. Se dire que la retraite de leur protégé avait créé un manque. Se raconter encore et encore l'accueil qui lui est réservé à chaque fois qu'il se déplace en province ou aux journées parlementaires comme cette année à Reims où il a enchaîné les selfies à la demande des militants.

 

Mais la province n'est pas Paris, les militants ne sont pas les électeurs. Et à l'approche du vrai retour, la petite bande s'inquiète: "c'est un quitte ou double. Où les journalistes, les élus et les Français lisent son livre et se disant wahooo, en effet, ça vaut le coup de s'y intéresser, ou il est mort", explique un proche pessimiste. Mais un autre de réfuter: "Je refuse cette idée du quitte ou double, un ancien président dont on a commémoré la mort récemment a connu de bien pires revers, je ne fixe pas pour Jean-François 2017 comme horizon, en 2022 il n'aura que 57 ans". Mais les plus audacieux ont beau fanfaronner, ce retour est un crash test d'importance. Et Jean-François Copé a tenté de mettre toutes les chances de son coté pour le réussir, il a aussi décidé de prendre tous les risques.

 

La première étape se déroulera sur le divan de Marc-Olivier Fogiel le 19 janvier prochain. Un choix étonnant et non sans risque. L'un de ses proches le reconnaît: "c'est une mise en danger pour lui". Ne pas faire de langue de bois sans tomber dans le pathos, le chemin est étroit mais, de son point de vue, nécessaire. L'ancien président de l'UMP a réalisé, durant ses longs mois de silence, "qu'avant de parler d'économie, d'éducation ou de sécurité, il devait parler de lui afin que les Français dépassent la caricature qui a été faite de sa personne. Il veut se livrer, répondre aux questions qui se posent, il veut faire connaître un autre Jean-François Copé, l'homme de Meaux, l'homme d'écoute". Ha, l'homme de Meaux, celui que ses amis et ses administrés connaissent mais qui n'a jamais passé le périphérique ! "Lorsqu'il arrive dans sa ville il n'est plus le même, il est moins stressé moins cassant", raconte une amie. L'homme de Meaux, celui qui sait fendre l'armure et que ses proches sponsorisent saura-t-il se matérialiser sur le Divan?

 

Le lendemain, le 20 janvier, ce sera au tour de son livre Le sursaut français de venir tapisser le chemin du retour. Un livre très personnel est annoncé, prise de risque encore: " Il y fait un mea culpa, il reconnaît quelques erreurs notamment au sujet de la guerre avec Fillon pour la présidence de l'UMP ». Mais là encore, l'entourage n'en mène pas large. « C'est un livre marquant mais comme on vit dans le monde du cynisme et du superflu, je ne sais pas comment il va être accueilli », reconnaît un fidèle compagnon de route. Mais Le sursaut français est aussi un livre politique dans lequel le député analyse la société française et propose une nouvelle méthode de gouvernance. Un ancien collaborateur explique : "Les Français qu'il a rencontrés durant ces longs mois lui ont souvent lancé : qu'est-ce qui nous dit que vous ferez ce que vous nous promettez. Et bien, il propose que dans les quatre mois qui suivent l'élection du président de la République une liste de mesures, qui auront été présentées pendant la campagne, soient mises en place par ordonnance. Car, dit-il, aujourd'hui les choses se font trop lentement, on nomme des experts puis des rapporteurs et au bout de deux ans la loi est enfin votée". Les ordonnances permettent de mettre les choses en place en quelques semaines et le Parlement servirait alors à contrôler et à améliorer le loi à posteriori. Voilà pour l'une des idées phare du livre, le reste est jalousement tenu secret afin de ménager l'effet de surprise.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Septentrionale - 11/01/2016 - 11:29 - Signaler un abus J'ai aimé son intelligence

    Je préfère définitivement Fr.Fillon.

  • Par Ex abrupto - 11/01/2016 - 12:43 - Signaler un abus Moi aussi

    je préfère définitivement Fillon.

  • Par clint - 11/01/2016 - 13:36 - Signaler un abus Copé le "coquin" veut entrainer Sarkozy et LR dans sa ruine !

    Il restera Fillon pour la droite et Juppé pour le centre !

  • Par raslacoiffe - 11/01/2016 - 13:38 - Signaler un abus Me BERTRAND dans son registre préféré l'antisarkozysme

    Tout ça pour ça!!! Elle se démène pourtant pour arriver à son postulat. Qu'elle le pose en titre et on ne perdra pas notre temps à la lire. Encore une fois fautes d'orthographe, les soit disant soutiens de Copé qui chargent Sarko ne sont naturellement jamais nommés : du journalisme au ras des pâquerettes comme d'habitude.

  • Par bjorn borg - 11/01/2016 - 16:17 - Signaler un abus Wauquiez

    ne sera pas aux primaires? Dommage !

  • Par Borgowrio - 11/01/2016 - 17:03 - Signaler un abus Très representatif

    Je n'ai pas de certitudes en ce qui concerne tel ou tel candidat à la primaire, simplement des opinions . Je voulais simplement dire que c'est lui qui a la meilleure prestance et je le trouve plutôt bon orateur . Les programmes , vous savez , se valent tous , Non ?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Christelle Bertrand

Christelle Bertrand, journaliste politique à Atlantico, suit la vie politique française depuis 1999 pour le quotidien France-Soir, puis pour le magazine VSD, participant à de nombreux déplacements avec Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Hollande, François Bayrou ou encore Ségolène Royal.

Son dernier livre, Chronique d'une revanche annoncéeraconte de quelle manière Nicolas Sarkozy prépare son retour depuis 2012 (Editions Du Moment, 2014).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€