Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 23 Juin 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Corée du Nord : pourquoi l’avantage pourrait bien être à Kim Jong-un

La réunion prévue en mai entre le leader Nord-Coréen Kim Jong-un et Donald Trump a été présentée comme une victoire pour le président américain qui aurait réussi à faire plier Pyongyang. Mais à y regarder de plus près, c'est plutôt l'inverse...

Gagnant-gagnant ?

Publié le
Corée du Nord : pourquoi l’avantage pourrait bien être à Kim Jong-un

 Crédit JUNG Yeon-Je / AFP

Atlantico : D'ici au mois de mai, Donald Trump devrait rencontrer Kim Jong Un. Le président américain affirme qu'un accord est en préparation" et pour Mike Pence cette rencontre bilatérale est "la preuve que la stratégie d'isolement du président Trump fonctionne". Que pensez-vous de la situation actuelle et des réactions comme celles de Mike Pence?

Juliette Morillot : C'est aller très vite en besogne. La feuille de route d'un accord et des discussions va être très longue.  On verra  déjà ce que donne le sommet entre les leaders coréens et si Washington exigera des garanties de dénucléarisation avant une quelconque rencontre.

Ce qu'il faut voir, c'est quelle garantie de sécurité les uns et les autres vont donner. Je pense que la Corée du Nord est sincère dans sa volonté de dialogue car elle obtient ce qu'elle a toujours voulu obtenir, c’est-à-dire des négociations bilatérales. Mais rien ne dit qu'il ressortira quelque chose de ces discussions si elles ont lieu. Là où le bât blesse, c'est la petite phrase qui figurait dans les déclarations de Kim Jong-un lorsqu'il disait que la dénucléarisation ne sera envisageable que si "toutes les conditions de sécurité sont réunies". La question est de savoir à quel moment la Corée du Nord, même si elle est sincère, va juger que les conditions que lui présentent les Etats-Unis sont suffisantes. Car, in fine, ce que veut Pyongyang, c'est le départ des troupes américaines de la péninsule coréenne. Ce qui, bien sûr, est impensable côté américain par rapport à la montée de la puissance chinoise.

Même si la Corée du Nord peut accepter qu'il y ait des manœuvres conjointes entre Washington et Séoul, ce ne sera pas toujours le cas. Ces manœuvres sont aussi considérées comme des exercices de guerre agressive contre le Nord  ("Bukchimjeonjaengyeonseup"). Cela fait partie des objectifs de la Corée du Nord de stopper ces manœuvres et on voit bien que les intérêts divergent, ce qui sera certainement un frein aux négociations.

A lire aussi sur Atlantico : Brise de détente avec la Corée du Nord : le régime de Pyongyang pourrait-il survivre en étant moins paranoïaque ? 

La presse a présenté cette rencontre comme la réussite de la politique de Donald Trump. N'est-ce pas là faire une mauvaise interprétation de la situation ?

Je ne pense pas que ces annonces soient une victoire de Donald Trump. Cette manœuvre ne sera un succès pour le président américain uniquement si à l'issue de ces négociations la Corée du Nord commence à dénucléariser et que la situation s'apaise à long terme. Dans ce cas hautement improbable, cela aura mieux marché que la patience stratégique de Barack Obama.

Donald Trump, en acceptant spontanément la proposition de Kim Jong-un, a dû froisser son entourage en rompant la tradition américaine. D'autant plus qu'en acceptant cette proposition il franchit lui-même la ligne rouge qu'il avait imposé qui était celle du "pas de négociations avant dénucléarisation". Il accepte là tacitement la nucléarisation du pays et reconnaît tacitement le pouvoir en place. Il s'est avancé très vite et peut-être qu'il devra faire machine arrière en demandant des preuves de démarrage de dénucléarisation  (je ne vois pas comment c'est possible en si peu de temps).

Mais au final c'est bien Kim Jong-un qui se taille un costume d'homme d'Etat à la fois d'un point de vue intérieur et d'un point de vue international.

D'un point de vue intérieur d'abord, il a finalisé son programme nucléaire et son programme balistique (même si on peut toujours argumenter sur ce point mais si ce n'est pas fait aujourd'hui cela sera fait bientôt). Vis-à-vis de son peuple il a démontré ses aptitudes à combattre "l'impérialisme américain" et sa capacité à le protéger. Si l'on prend en compte la propagande en Corée du Nord et que les Nord-Coréens  se sentent sous menace permanente américaine. Trump en gesticulant pendant la crise a finalement apporté de l'eau au moulin du régime plus qu'autre chose. Après quand Kim Jong-un a tendu la main à la Corée du Sud puis aux Etats-Unis, il est apparu comme un "homme de paix".

D'un point de vue international la stratégie du leader fonctionne également. Maintenant qu'il est fort de l'arme nucléaire et a une réelle capacité d'autodéfense ("Jawi"). Il peut se permettre de mener la danse d'un point de vue diplomatique. Et il ne faut pas imaginer que les diplomates Nord-Coréens ne sont pas au niveau. Donald Trump aura le plus grand mal à trouver des négociateurs aptes à reprendre la main dans ce dossier.

On voit bien là que c'est une victoire de Kim Jong-un et non pas de Donald Trump, qu'importe ce qu'en dit Mike Pence

Au final est-ce que Trump dans cette affaire n'est pas condamné à endosser le mauvais rôle ?

Du point de vue des Nord-Coréens, bien évidemment. L'échec probable des négociations sera certainement réutilisé par la propagande. Trump va certainement être pointé du doigt de son côté aux Etats-Unis, certainement par les républicains qui diront "qu'il ne fallait pas dialoguer", et risque d'apparaître comme celui qui aura échoué à négocier alors que la main était tendue.

A mon sens le leader Nord-Coréen est gagnant sur tous les plans. Cela n'en aurait pas été ainsi si Donald Trump, au moment des premières tensions en 2017 avait pris l'initiative de la visite au lieu de se perdre en lignes rouges (qu'il franchira par la suite). Il aurait eu la marge de manœuvre nécessaire pour renverser la situation que l'on connaît aujourd'hui. Aujourd'hui, c'est la Corée du Nord qui a tendu la main et Donald Trump qui se retrouve en bien mauvaise position.

Propos recueillis par Nicolas Quénel

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par A M A - 11/03/2018 - 13:00 - Signaler un abus Examinons la carte

    Examinons la carte géographique de l'environnement de la Corée du Mord, et les zones qui sont à portée de ses missiles: Russie, Japon, Corés du Sud, Inde, Pakistan, Chines, Viêt-Nam, et loin, très loin,.... les USA. Ne faut-il pas en déduire que Quim Jong Hun est le pion de base de Trump dans la région pour contenir les ardeurs des Etats cités qui ne sont alliés des Etats-Unis que jusqu'à un certain point.

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 11/03/2018 - 13:04 - Signaler un abus Le petit Kim est la

    Le petit Kim est la marionnette de Pékin. Si Trump accepte une réunion tripartite avec la Chine, il s'en sortira avec les honneurs. Si il accepte de discuter directement avec "guignol", il passera pour un con car il l'aura rendu crédible ...

  • Par cloette - 11/03/2018 - 14:16 - Signaler un abus Kim Jong un

    pion de Pékin ou de Trump ? ou plutôt caillou dans le soulier ?

  • Par vangog - 11/03/2018 - 14:22 - Signaler un abus @Paulquimousse je ne suis pas d’accord avec votre analyse!

    et, évidemment, pas d’accord avec Juliette Morillot, fidèle rapporteuse de la position démocrate Obama-Clinton... Si Donald avait accepté de négocier avec Chine et Corée du Nord, il aurait consacré la stratégie du pitbull orchestrée par la Chine socialiste, et aurait dû inclure dans les négociations, les revendications impérialistes de la Chine, notamment en mer de Chine...en mettant la pression et en isolant Pyongyang, et en profitant du relatif refroidissement des relations Sino-Coréennes, Donald joue un coup gagnant! S’il parvient à négocier un agenda de de-nucléarisation de la Corée du Nord, parallèlement au retrait progressif des Américains de Corée-du sud, il aura fait échec et mat à la stratégie chinoise, et aura même le luxe de gagner un nouvel allié nord-coréen dans la région...je l’en crois capable!

  • Par Liberte5 - 11/03/2018 - 15:54 - Signaler un abus Une analyse biaisée avec l'oeil démocrate de J. Morrillot

    " Dans ce cas hautement improbable, cela aura mieux marché que la patience stratégique de Barack Obama." .Comment peut-on écrire cela alors que B. Obama n'a rien fait et rien obtenu durant 8 ans .Un gauchiste voulant le déclin les USA.Il a partiellement réussi. Voilà ce qu'était B. Obama. Mes ces pseudo spécialistes ne comprennent rien à la stratégie de D. Trump. Ils sont dépassés. Seule la haine de D. Trump les anime. D. trump a joué le durcissement des sanctions et il a obligé la Chine à les appliquer. Voilà pourquoi Kim Jong-Un négocie.Ses réserves en devises arrivent à terme en septembre prochain. Voilà la raison .

  • Par gerint - 11/03/2018 - 22:41 - Signaler un abus Liberte5

    Vous pourriez bien avoir raison et de plus il y a peut-être eu en aparté des menaces américaines assez crédibles pour intimider Kim Jung. Obama était une poupée de chiffon

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Juliette Morillot

Juliette Morillot est journaliste, historienne et écrivaine spécialiste de la Corée du Nord et du Sud. Elle a publié aux éditions Robert Laffont "Le monde selon KimJong-un" coécrit avec Dorian Malovic.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€