Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 28 Juillet 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Conseil de politique nucléaire : le gouvernement a-t-il en tête l'avenir de la France... ou ses préconçus idéologiques ?

Le chef de l'Etat présidera ce vendredi un conseil de politique nucléaire qui réunit les acteurs de la filière. Il devrait, à cette occasion, réaffirmer les objectifs de la France en la matière. Des objectifs qui pourraient nous mettre sous la coupe des Russes, en émettant beaucoup plus de C02 qu'aujourd'hui et en dépensant des milliards d'euros par an qui seraient mieux employés à payer des chercheurs ou des médecins.

C'est de la bombe

Publié le
Conseil de politique nucléaire : le gouvernement a-t-il en tête l'avenir de la France... ou ses préconçus idéologiques ?

Le conseil pourrait aborder la question du nucléaire dans sa dimension stratégique, c’est-à-dire avec, comme préoccupation première, l’avenir de la France.

Le conseil politique sur le nucléaire entérinera-t-il ce qui a été présenté comme des décisions déjà prises, à savoir l’arrêt des deux réacteurs nucléaires de Fessenheim avant la fin de 2016 et l’abaissement de la part du nucléaire dans la production d’électricité de 75% à  50% ?
Plutôt que de se demander  « à quoi s’attendre », demandons-nous ceci : « que peut-on légitimement attendre » d’un conseil politique à l’Elysée sur le nucléaire ?

On peut attendre de ce conseil qu’il aborde la question nucléaire dans sa dimension stratégique, c’est-à-dire avec, comme préoccupation première, l’avenir de notre pays, la France, dans un contexte mondial travaillé par des rapports de forces où sont en jeu notre influence dans le monde et jusqu’à la possibilité de préserver chez nous les valeurs qui nous font vivre.

C’est dans ce contexte que doit être vu notre déficit commercial. Il nous oblige à nous endetter ; le débiteur perd de son indépendance. Les 66 milliards d’euros de pétrole et de gaz que nous avons importés en 2011 sont majoritairement versés à des pays, la Russie, les pays du golfe Persique ou d’autres, qui ne partagent pas nos valeurs – inutile d’insister – et qui ne cachent pas qu’ils ont là un moyen de peser sur nos décisions dans le monde et en France même.

Par ailleurs, quels que soient les efforts faits pour améliorer l’efficacité énergétique, un réacteur nucléaire de moins en France, c’est plus d’émission de CO2, c'est-à-dire plus de dommages causés par le réchauffement climatique - des dommages dont souffriront surtout les peuples pauvres. Si l’on porte son regard au-delà de son pré-carré, il apparaît qu’un pays qui maîtrise la production d’électricité nucléaire a, vis-à-vis des peuples pauvres, la responsabilité de l’exploiter pleinement. Comment un conseil stratégique présidé par le président de la République pourrait-il ne pas le voir ?

On ne voit pas comment la réduction de part du nucléaire de 75% à 50% répondrait aux enjeux stratégiques. Pourquoi donc cet objectif ? Serait-ce pour « ne pas mettre tous ses œufs dans un même panier » ? Mais il est facile de montrer qu’une très bonne sécurité d’approvisionnement en électricité est possible avec 75% de production nucléaire : il suffit de développer les usages où l’électricité peut être remplacée par une autre forme d’énergie qui, se stockant bien, sera disponible en cas de besoin. Il en sera ainsi avec les véhicules hybrides et les chauffages hybrides, comme je le montre dans Avec le nucléaire.

Pour sa sécurité d’approvisionnement en énergie et pour participer à la lutte mondiale contre le réchauffement climatique, la France devra beaucoup diminuer sa consommation de gaz, de fioul et de carburant pétrolier. Si la part du nucléaire dans la production d’électricité diminuait, les consommateurs devraient dépenser chaque année des dizaines de milliards d’euros de plus que si la capacité nucléaire augmentait. Ce ne sont pas des chiffres en l’air : des feuilles de calcul permettant d’évaluer les dépenses en fonction de la capacité nucléaire sont à la disposition de tous sur Internet.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par cloberval - 21/09/2012 - 10:25 - Signaler un abus Il ne fallait pas voter Hollande

    et ce gaspillage en vue sur notre énergie nucléaire , nos deniers publics et notre indépendance nationale en est une illustration de plus.

  • Par Max43 - 21/09/2012 - 10:36 - Signaler un abus L'avenir de la France ?

    Il est sypathique de lire un article qui nous dit simplement que : - le nucléaire n'émet pas de CO2 ! Oui, mais il crée des déchets dont nous ne savons que faire ... Je sais pas vous, mais je préfère respirer du CO2 qu'être irradié ... - Il n'est pas cher : Ce qui est faux, aujourd'hui, le cout du Kwh nucléaire est pratiquement = au Kwh Eolien (terrestre), Ajoutons à notre facture EDF, les 228 milliards d'investissement (Entreprise public = Argent du contribuable) + le côut de la gestion des déchets pendant des milliers d'années + le cout des démantellement !!! Ce qui, en fait revient à admettre que l'électricité nucléaire est bel et bien la plus cher !! Et qu'on ne sait même pas combien elle coute ! - Notre indépendance énergétique : C'est encore faux puisque la totalité de l'uranium est importé ! Alors pourquoi diminuer la part du nucléaire ? En investissant dans les énergies renouvelables, on peut faire de la France un leader dans ce domaine ! Relancer notre recherche, nos industries avec notre savoir faire ! A l'heure actuel, ce n'est pas du luxe ! En diminuant notre consommation et en produisant plus localement, on peut abaisser des 30% la consommation Française ....

  • Par Charles25 - 21/09/2012 - 10:37 - Signaler un abus Heureusement que nous n'avons

    Heureusement que nous n'avons pas élu Sarkozy. Avec lui, nucléaire ad vitam eternam sans espoir de sortie. L'urgence, c'est surtout de trouver le moyen de consommer moins d'énergie. Il n'est que temps de prendre la voie de la sobriété.

  • Par Charles25 - 21/09/2012 - 10:39 - Signaler un abus Le seul avenir de la filière

    Le seul avenir de la filière nucléaire, c'est la filière du démantèlement des réacteurs. Ca sera l'occasion pour la France de développer des savoir-faire innovants en la matière ainsi que de prendre avant tout le monde le tournant de la sobriété et des nouvelles énergies.

  • Par Max43 - 21/09/2012 - 10:46 - Signaler un abus L'avenir de la France ? (suite)

    Comme le cout de l'électricité d'origine renouvelable ne sera pas plus cher de 30% à l'ectricité nucléaire, c'est même une économie pour les ménages ! 7% de l'éctricité est perdu dans les lignes de Transport de l'électricité ! En produisant plus localement, plus proche des besoins, on peut abaisser largement ce taux ! A coût et production identique, les énergies renouvelables sont plus crétrices d'emplois ! Les déchets: comment peut-on laisser à nos enfants, nos petits enfants ... le soin de traiter, de surveiller nos déchets pour notre consommation actuelle pendant des milliers d'années ? Le risque d'accident : Fukushima est la preuve que même dans un pays développé le risque 0 n'existe pas ! Dois t-on faire prendre ce risque aux Français et à nos voisins Européens et même plus loin ? Pourquoi fermer les vieilles centrales : parce qu'avec le cout des travaux suite à l'accident de Fukushima, la production d'électricité n'y sera plus rentable, tout simplement ! Pour plus d'info, je vous laisse lire le scénario négawatt : http://www.negawatt.org/telechargement/SnW11//Scenario_negaWatt_2011-Dossier_de_synthese-v20111017.pdf

  • Par NRV95 - 21/09/2012 - 12:31 - Signaler un abus Monsieur Prévot, la réponse par une autre question

    Pensez vous que les socialistes agisssent par idéologie ou par stratégie citoyenne, bien que malheureusement dans leur esprit ce soit la même chose.? Sortir du nucléaire est une inepsie sans nom, l'énergie propre et pas chère n'existe que dans les esprits "verts" . La France a conquis une grande avancée technologique avec sa filière nucléaire, c'est un fait très rare dans notre pays! et les "bien pensants"( je suis gentil) veulent détruire ceci! L'énergie éolienne est inneficace car dépend du vent ( CQFD) et du vent il n'y en a pas toujours, elle coute des fortunes à la construction et destruction en fin de vie, son prix de revient est très élevé. Pareil pour l''énergie solaire. les deux ne produisant pas grand chose et polluent agressivement les paysage terrestre ou marin. Comment va t'on compenser le manque de production? des centrales au gaz? au charbon?les gaz de schiste ? Allez messieurs les écolos rogolos gauchisants, revoyez votre copie, nous avons besoin de réel, pas d'idéologie! Pauvre France

  • Par LION - 21/09/2012 - 12:55 - Signaler un abus Arrêt non pertinent

    Cette décision ne répond pas à un impératif de sûreté comte tenu de l'avis de l'ASN, elle ne répond pas à un impératif économique dont la décision est celle de l'exploitant, elle ne répond surtout pas à un impératif de surproduction électrique compte tenu de la situation de l'UE en 2016, situation qui sera très tendue. On peut donc dire qu'elle ne répond qu'à un engagement politicien entre EELV et le PS. Est-il raisonnable de fermer une installation de cette puissance compte tenu de la situation économique du pays? Le gouvernement doit faire face aujourd'hui à une multitude de plans de licenciement dans tous les secteurs. Est-il convenable qu'il rajoute des pertes d'emplois inutiles? Et dire que l'on conservera les emplois pour la déconstruction revient en quelque sorte à dire aux employés de Peugeot d'Aulnay sous bois qu'ils n'ont pas de soucis à avoir car ils seront employés à la déconstruction de l'usine!

  • Par Capricorne - 21/09/2012 - 13:49 - Signaler un abus C'est cher pour 2,5% des voix...

    François Hollande reprend le sxcenario de Lionel Jospin en sacrifiant un bouc émissaire à l'alliance avec les Verts. Creys-Malville et le canal Rhin-Rhône jadis, Fessenheim et le gaz de schiste aujourd'hui, et tout cela pour 2,5% de voix vertes.

  • Par sirius9 - 21/09/2012 - 15:39 - Signaler un abus du vent!

    C'est fou les idioties que l'on peut lire. Par exemple que l'éolien serait local, alors qu'au contraire il conduit à renforcer les lignes de transport, car le vent ne souffle pas partout en lême temps. Ou encore qu'il suffirait de dépenser de l'argent en recherches pour rendre les énergies "renouvelables" utilisables. Ou encore les comparaisons de coût qui font fi de la régularité. Certains semblent heureux de la défaite de Sarkozy, qui leur ouvre la porte à la casse du nucléaire. C'est oublier que le même Sarkozy a bafoué la vérité scientifique en interdisant gaz de schistes et OGM. Hollande fait de même sur ces deux points, et en plus casse Fessenheim. Entre deux maux il fallait choisir le moindre.

  • Par sbgf43 - 21/09/2012 - 16:50 - Signaler un abus Le pouvoir de nuisance des verts et autres minorités agissantes

    En avant pour conserver 2°/° de voix pastèques vert dehors rouge a l'intérieur.....en toile de fond le vote FSE /Mariages de toutes sortes/ Votes des étrangers etc etc....Vive la France !!!!

  • Par energiegouv - 21/09/2012 - 16:59 - Signaler un abus Halte aux mensonges antinucléaires

    -Pour une production électrique, on ne peut comparer le kWh variable de l'éolien au kWh nucléaire. -Le nucléaire contribue à l'indépendance de la France, puisque même si l'uranium est importé , le stock de matière fissile augmente (uranium appauvri à réenrichir, uranium de retraitement, plutonium) -On sait quoi faire des déchets puisqu'on a plusieurs solutions : vitrification avec piégeage dans l'argile le temps que la radioactivité décroisse. Les actinides prennent la place des alcalins beaucoup plus mobiles. D'autre part, les actinides peuvent être fissionner en réacteurs rapides ou en réacteur ADS comme Guinevere. -Le renouvelable, c'est plus de lignes électriques puisqu'il faut s'approvisionner de plusieurs sites pour avoir le moins de risques de coupures. Et il faut s'approvisionner plus loin (Mer du nord pour l'éolien, Andalousie pour le Solaire) -L'éolien c'est 15g de CO2, le PV 50g de CO2, le nucléaire 5g de CO2, parce que l'éolien, c'est 10 fois plus d'acier et de béton que l'éolien. -Nos réacteurs REP n'ont rien à voir avec Fukushima, ils se refroidissent par convection naturelle, comme l'a montré le Blayais. Bref le nucléaire est très supérieur aux ENR officiels

  • Par dlener44 - 21/09/2012 - 18:37 - Signaler un abus Écoutons mieux les vrais ingénieurs et tenons compte des réalité

    Que nos concitoyens ne croient pas les avis des scientifiques, on peut le comprendre ne serait-ce que par ignorance. Mais que les hauts responsables pouvoir d'État n'écoutent pas, ou parfois ne consultent même plus, les membres éminents des corps d'ingénieurs d'État me paraît très inquiétant. Pourtant ces hommes et ces femmes ont pour mission d'éclairer les gouvernants de l'État sur les aspects scientifiques qui peuvent intervenir dans les domaines qui relèvent de l'État ils ont été formés pour cela, ont acquis de l'expérience au service de l'État, et ont même fait serment de servir la nation. C'est en particulier le cas de M. Henri Prévot. Aussi je pense que ce qu'il écrit s'appuie sur des faits et sur des données vérifiées. Il ne doit pas y avoir de bataille entre le clan nucléaire et celui des énergies renouvelables. L'un constitue une source solide et maîtrisée dont le développement de la France bénéficie depuis plus de 30 ans, l'autre une perspective pour l'avenir. Je ne vois pas comment on pourrait financer le développement de filières renouvelables à très grande échelle si on commence par abattre la vache à lait.La facture énergétique de la France exploserait

  • Par Salvatore Migondis - 21/09/2012 - 21:00 - Signaler un abus Bonne bourre-ka..!

    C'est tout le mal que je souhaite à tous ceux qui refusent ou font semblant de ne pas voir la corrélation pourtant saisissante entre les courbes ascendantes de l'islamisme pétro-dollaresque et les dogmes antinucléaires..

  • Par grandgousier - 22/09/2012 - 03:21 - Signaler un abus Arrêtons de rêver

    Arrêtons de rêver au leadership dans le domaine du renouvelable et à ses multiples emplois. Par exemple Alstom Renewable Power filiale du groupe français Alstom vient de signer une lettre d’intention pour un projet de livraison et d’exploitation au Brésil de 68 éoliennes de 2,7 MW chacune. Où seront-elles construites ? Dans une usine ouverte en 2011 dont la capacité de 300 MW par an sera doublée en 2013. Elle est située au Brésil dans l’Etat de Bahia.

  • Par Nikopol - 22/09/2012 - 11:48 - Signaler un abus Développer aussi le nucléaire, c'est éviter les guerres.

    Bravo pour cet article ! Si on peut effectivement regretter la fermeture prématurée de Fessenheim, on doit faire confiance à Hollande pour faire face aux enjeux à venir. L'essentiel est de conditionner l’arrêt des centrales les moins sures par des centrales plus sures et qui garantissent enfin l'avenir. Car l'énergie abondante, non intermittente, et sans CO2 fossile est une des clés du sauvetage de la civilisation humaine. Pour cela, la généralisation de l'électrique est une solution. La technique électronucléaire est donc le meilleur bouclier face au nucléaire militaire et aux guerres du pétrole et du gaz : agir pour le développement humain partagé. De quoi financer les EnR solaires là où elles sont utiles : dans les pays du sud. En parallèle, enfin un gouvernement lance enfin une politique d'isolation. Soutenons-le et agissons localement à notre échelle.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Henri Prévot

Henri Prévot est ingénieur général des Mines. Spécialiste des questions de sécurité économique et de politique de l'énergie, il tient un site Internet consacré à la lutte contre les émissions de gaz à effet de serre.

Il est l'auteur du livre "Avec le nucléaire" paru chez Seuil.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€