Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 24 Mai 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Comment les priorités géopolitiques de Poutine pénalisent davantage l’économie russe que la conjoncture

Les difficultés économiques de la Russie sont en partie liées à des causes conjoncturelles mais ce sont des facteurs structurels endogènes qui pénalisent le plus durement l'économie russe. Pour asseoir son pouvoir, Vladimir Poutine s'est depuis l'année 2008 concentré sur les questions de politique étrangère au détriment de l'économie. Les handicaps dont souffre l'économie russe ne pourront être levés que si Vladimir Poutine fait preuve de davantage de rationalité...

Economie auto-destructrice

Publié le
Comment les priorités géopolitiques de Poutine pénalisent davantage l’économie russe que la conjoncture

Atlantico: Au cours des douze derniers mois, le PIB russe a baissé de 3,9% . On relève par ailleurs des signaux inquiétants comme le fait que la Russie n'attire plus les investisseurs étrangers. Les difficultés économiques russes sont-elles liées à des causes structurelles ou à des causes conjoncturelles? Comment expliquer la perte de confiance des investisseurs étrangers?

Cyrille Bret: Si l'on analyse la situation d'un point de vue macro-économique, on constate que la période de 1998, année qui marque la première grande crise post soviétique, à nos jours, est une période de relative prospérité avec des taux de croissance autour de 3-4%, à l'exception de 2008; année de contraction générale de la demande suite à la crise financière et de la séquence ukrainienne de 2014-2015 où il y a une stagnation puis une contraction du PIB autour de 4%. Les chiffres avancés par le FMI et par la Banque mondial en décembre laissent envisager une contraction du PIB pour 2016.

La situation macroéconomique de la Russie est donc négativement orientée pour l'année qui vient ce qui contraste avec les annonces qui ont été faites par Vladimir Poutine lors de sa conférence de presse du 17 décembre. 

La question des causes des difficultés économiques de la Russie se pose. Sont-elles conjoncturelles ou structurelles? Sont-elles endogènes ou exogènes? Il y a bien évidemment des causes exogènes et conjoncturelles. D'une part, les sanctions américaines et européennes et les contre-sanctions russes ont eu des conséquences sur l'économie russe: elles ont poussé les biens de consommation à la hausse, l'inflation, qui est un mal présent depuis les années 1990, a vu son taux repartir au-dessus de 10%, le tarifement  des financements sur les marchés internationaux a également été impacté suite aux sanctions et la Russie a du mal à financer ses propres investissements. D'autre part, les chocs exogènes de la baisse des cours du pétrole autour de 30$ alors que le point d'équilibre des budgets publics russes se situe autour de 80-90$, creuse bien évidemment le déficit public russe pour l'année qui vient.

Mais les causes sont surtout structurelles. L'absence de diversification de l'économie russe est un véritable problème: quand les exportations d'hydrocarbures représentent 20% du PIB d'un pays et plus de 50% des recettes de l'état fédéral, on est face à un pays qui est surdépendant à l'égard des hydrocarbures. Par ailleurs, la corruption handicape énormément le pays et décourage les investissements étrangers et les investissements des Russes en Russie. Cela consacre la fuite des capitaux et conduit au troisième problème d'ordre structurel: la faiblesse monétaire.  Le rouble est attaqué depuis des années et des années mais pour empêcher les trappes monétaires, la banque centrale durcit depuis des mois les conditions du crédit au-delà de 10% du taux de directeur ce qui décourage l'investissement.

Depuis 2008 et la guerre de Géorgie, les questions stratégiques et de politique étrangère semblent davantage intéresser Vladimir Poutine que les problèmes économiques du pays.  En se concentrant davantage sur la politique étrangère du pays, Vladimir Poutine a-t-il  négligé les problèmes économiques et fait les mauvais choix en matière de politique économique?

Il faut revenir sur le point d'inflexion que représente l'année 2008. 2008 c'est bien sur la guerre de Géorgie mais c'est surtout la crise financière mondiale qui replonge la Russie dans une récession après une décennie de forte croissance où elle était rangée parmi les BRIC. 2008 c'est aussi le lancement d'un programme de réarmement et de modernisation des forces armées qui crèvent progressivement les budgets publics. La Russie est l'un des pays au monde qui a l'effort de défense, c’est-à-dire le budget défense rapporté au PIB, le plus important: il est autour de 4% alors qu'en France il est autour de 2% à peine. Tout l'argent qui est investi dans l'effort de défense n'est pas investi dans l'économie. C'est donc un choix stratégique mais pas un choix économique.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par raslacoiffe - 20/01/2016 - 11:19 - Signaler un abus Surprenant cet article???

    L'auteur passe son temps à critiquer les choix stratégiques de Poutine plus orientés vers la politique extérieure qu'intérieure. S'il remplaçait Poutine par Hollande qui ne se soucie que de son image en s'appuyant sur sa "prétendue stature de chef de guerre" ferait-il la même analyse ?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Cyrille Bret

Cyrille Bret, ancien élève de l'Ecole Normale Supérieure, de Sciences-Po Paris et de l'ENA, et anciennement auditeur à l'institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) est haut fonctionnaire et universitaire. Après avoir enseigné notamment à l'ENS, à l'université de New York, à l'université de Moscou et à Polytechnique, il enseigne actuellement à Sciences-Po. Il est le créateur avec Florent Parmentier du blog Eurasia Prospective. @cy_bret

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€