Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 23 Mars 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Comment la France est en passe de devenir une non-puissance de premier plan

François Hollande débute ce jeudi 5 juin une journée qui pourrait être historique alors qu'il reçoit successivement la Reine d'Angleterre, Barack Obama, puis Vladimir Poutine en fin de soirée. Le pays des Droits de l'Homme a pourtant peu de chances de faire entendre sa voix alors que sa puissance morale, militaire et économique ne cesse de décliner au fil des ans.

Petit géant deviendra nain

Publié le - Mis à jour le 7 Juin 2014
Comment la France est en passe de devenir une non-puissance de premier plan

Le déclin de notre poids moral sur la scène internationale

  • Si elle se définit encore fièrement comme la patrie des Droits de l'Homme sur la scène internationale, la France des dernières années n'est pas forcément exemplaire en la matière. On peut notamment rappeler que le pays de Voltaire a été condamnée 23 fois par la Cour Européenne des Droits de l'Homme en 2011, et plus de 600 fois sur plus de 870 jugements depuis 1959. Elle compte ainsi parmi les mauvais élèves avec (dans l'ordre) la Turquie, l'Italie, la Russie, l’Ukraine, la Pologne la Roumanie et la Grèce. 
     

Christian Harbulot : Le magistère moral de la France, au-delà de son utilité, est évidemment de plus en plus difficile à défendre car il nous met face à nos propres contradictions.

Ayant choisi d’intervenir en Afghanistan et en Lybie, ayant failli intervenir en Syrie, la nation des Droits de l’Homme voit aujourd’hui son image se fissurer auprès des autres gouvernements de la planète. Arc-boutés que nous sommes sur une sorte de supériorité que plus personne ne valide, nous en finissons même à ne plus réussir à défendre notre vision du monde. L’affaire du Rwanda et du rôle de la France dans le génocide est ainsi une illustration exemplaire de ce paradoxe, puisqu’une grande partie des responsabilités ont été rejetées sur le gouvernement Mitterrand alors que d’autres puissances, notamment la Grande-Bretagne, ne sont pas nécessairement étrangères à l’engrenage infernal qui s’est déclenché en 1994.

Dans le monde qui est le nôtre au XXIe siècle, à quoi peut du reste servir un tel magistère ? On pourrait presque être tentés de répondre à la manière cynique d’un Staline : La morale, combien de divisions ? On ne saurait critiquer par essence le fait de se poser comme une puissance responsable, polissée dans sa relation avec les autres et respectueuse des droits de l’Homme, ce positionnement étant salutaire en soi. On oublie toutefois de préciser un (léger) détail en la matière : depuis que le monde existe, la posture morale n’a concrètement profité à aucun état ni à aucune puissance. Il faut rester réaliste et lucide et voir que de tels engagements sont non seulement improductifs sur les plans géopolitiques mais aussi impossibles à mener pour une grande puissance sans que cela pose de graves problèmes de cohérence (on le voit récemment avec la remise en cause du libéralisme américain après les guerres de l’ère Bush, NDLR). On pourrait me rétorquer que des pays comme la Suède, la Suisse ou la Finlande pourraient sur certains points correspondre à cette vision "positive" des relations internationales (défense des droits de l’Homme, de l’égalité homme-femmes, neutralité…). Il est toutefois possible de modérer de tels constats à la lumière de l’actualité, la Suède ayant récemment été confrontée aux problèmes des tensions ethniques que l'on sait avec les émeutes de mai 2013 tandis que la Norvège a été frappée par l’attentat du nationaliste radical Anders Breivik.

On voit donc des pays qui ne sont plus aussi clairs quant aux principes qu’ils choisissent de mettre en avant, et l’on parle par ailleurs de pays qui n’ont jamais été parmi les premières puissances mondiales. En conséquence, on peut affirmer que la position « morale » de la France, si elle peut être considérée comme louable, ne nous rapporte pas grand-chose actuellement. Elle peut même, dans des cas comme celui du Rwanda, finir par nous desservir.

François Géré : Il n’est de magistère moral que fondé sur la capacité à le soutenir et à le faire respecter non par la force mais par l’exemple. L’autre difficulté consiste en ce que l’universalité des valeurs proposées ne soient pas celles d’un Etat mais bel et bien acceptables par le « monde entier ». Faut-il rappeler que la perception du monde entier a fortement évolué entre 1789 et 1989… !

Bref des valeurs universelles de la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen de 1789, transposées grâce à la subtilité de René Cassin en une DDH des Nations Unies avec l’espoir de la formation d’une véritable communauté internationale qui, en dépit de la rhétorique bien pensante, n’existe pas. Le magistère moral  se fonde sur de formidables ruptures dans l’ordre établi. Car la DDHC est indissociable de la Révolution qui abolissant les privilèges, brisa brutalement l’Ancien Régime. La DDH de San Francisco est le produit des désastres de la seconde Guerre Mondiale et de la faillite des principes de la SDN issue de la première guerre mondiale.

Au fil du temps et des mutations de l’équilibre de la puissance qui nous était défavorable, les chefs d’Etat français ont progressivement glissé de l’universalité de NOS valeurs à « l’exception française » en raison d’un besoin maniaque de se singulariser, faute de disposer des moyens d’une véritable grande puissance.  Cette démarche empreinte de  nostalgie de la puissance perdue est de plus en plus perçue comme arrogante à travers le monde.

Et pourtant ces valeurs proclamées mais pas toujours respectées séduisent quand même. Elles conservent à la France une aura dans le reste du monde en proie à ses convulsions particulières. Je dirais que nous bénéficions d’une universalité par défaut en ce sens que personne n’a jamais encore trouvé mieux. La Chine s’essaye à ce sport très particulier. Elle proclame la création d’une voie chinoise de démocratie fondée entre autres sur les principes du confucianisme. Mais il faudra des décennies pour aboutir, dans la pratique, à un résultat tangible.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par winnie - 05/06/2014 - 08:21 - Signaler un abus Orgueuil mal plaçé

    La France n'est plus ce qu'elle était c'est sure n'importe qui de sensé s'en ait rendu compte. Nous n'avons plus d'industrie ,un endettement considérable , plus de police et de justice efficaces , plus de patriotisme et pour ce qui est de l' armée elle se dissipe dans des conflits qui ne la concerne pas et n'assure plus sa fonction première qui devrait être la défense du sol Français Mais nos dirigeants continuent a faire la morale au monde entier et à péter plus haut que leur cul !

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 05/06/2014 - 09:54 - Signaler un abus Partager le petit beurre....

    La France n'est plus une grande puissance depuis 1940. Vaincue, elle ne représente plus grand chose politiquement sinon par son droit de veto au conseil de sécurité de l'ONU, que ses alliés, vainqueurs ont bien voulu lui consentir. Sur le plan économique, c'est encore pire car elle n'est plus qu'un nain...... 18éme en PIB(PPA) et 16éme pour le pouvoir d'achat par habitant. Et nos politiques continuent à nous leurrer avec la 5ème puissance mondiale ! Cela ne trompe plus personne sauf Mélanchouille qui veut croire qu'il suffit de partager le gâteau ! mais il n'y a plus de gâteau à partager, à peine un petit beurre......

  • Par crobard007 - 05/06/2014 - 17:16 - Signaler un abus Amorcé par et sous MITERRAND..

    ..assisté de Claude CHEYSSON, pitoyable ministre des affaires étrangères (attentats au Liban impunis, exécution d'un ambassadeur, attentas sur le sol national....) la tendance ne s'est jamais inversée depuis, il n'y a de plus rien à espérer de FABIUS qui à déjà démontré son incompétence à maintes reprises. La France diplomatique joue en seconde division...

  • Par vangog - 05/06/2014 - 22:45 - Signaler un abus La France, gardienne de la morale?

    Vous voulez rire!.... La France gauchiste ressemble de plus en plus à une république bananière qui se préoccupe plus de ses tontons-macoutes gouvernementaux que de son peuple... Un pays dont les élus sont piochés à 60% dans cette noblesse de fonction publique, nouveau clergé d'une dictature de la pensée unique qui n'ose même plus se cacher à ses médias inféodés au pouvoir... La France a perdu, depuis bien longtemps, le droit de donner au reste du monde des lessons que sa classe politique ignore cyniquement et de plus en plus....

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Christian Harbulot

Christian Harbulot est directeur de l’Ecole de Guerre Economique et directeur associé du cabinet Spin Partners. Son dernier ouvrage :Les fabricants d’intox, la guerre mondialisée des propagandes, est paru en mars 2016 chez Lemieux éditeur.

Il est l'auteur de "Sabordages : comment la puissance française se détruit" (Editions François Bourrin, 2014)

Voir la bio en entier

François Géré

François Géré est historien.

Spécialiste en géostratégie, il est président fondateur de l’Institut français d’analyse stratégique (IFAS) et chargé de mission auprès de l’Institut des Hautes études de défense nationale (IHEDN) et directeur de recherches à l’Université de Paris 3. Il a publié en 2011, le Dictionnaire de la désinformation.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€