Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 27 Mai 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

La chute de Rome a bien eu lieu et ceux qui la vécurent l’ont bien senti...

L'histoire de la chute de Rome nous apparaît sans fin, avec de multiples hypothèses. Dans cette émission, StoriaVoce en partenariat avec Atlantico, en explore les deux principales, dont celle du journaliste Michel de Jaeghere, qui explique que la chute de Rome est identifiée dans le temps, qu’elle provoqua le passage d’un monde à un autre. Il est interrogé par Christophe Dickès.

Radio Atlantico

Publié le
La chute de Rome a bien eu lieu et ceux qui la vécurent l’ont bien senti...

 Crédit NIKOLAY DOYCHINOV / AFP

 

Dans un livre paru il y a plus de trente ans, l’historien allemand Alexander Demandt avait recensé la totalité des théories permettant d’expliquer la chute de l’Empire romain. Il arrivait à un total assez surprenant de 210 hypothèses!  Certaines relevaient d’explication sérieuses: le déclin de la ville de Rome, les problèmes économiques ou fiscaux, la corruption politique… autant d’idées qui restent encore au centre des recherches de nombreux historiens. D’autres relevaient davantage de la sociologie: la chute de l’empire s’expliquerait ainsi par l’émancipation des femmes, par le relâchement des mœurs ou encore par l’influence de religions comme le judaïsme ou le christianisme. Enfin, d’autres thèses plus farfelues étaient avancées comme les épidémies, l’abandon des terres ou encore le changement climatique… Avec ces explications multiples, l‘histoire de la chute de Rome nous apparaît ainsi sans fin.

 Faisant les choux gras des éditeurs, le sujet est d’autant plus prégnant qu’il règne aujourd’hui comme une atmosphère de fin d’époque ou de décadence relayées non seulement dans la presse, la production éditoriale mais aussi dans ces arènes plus passionnées que passionnantes que sont les réseaux sociaux. Aujourd’hui, deux thèses s’affrontent principalement: celle qui se situe dans la lignée de l’historien Henri Irénée Marrou ou plus récemment de Peter Brown, estime qu’il existe une antiquité tardive et que la transition vers le monde médiéval occidental se fit sur le temps long. On la retrouve aussi dernièrement dans le livre de Bertrand Lançon, La Chute de Rome, une Histoire sans Fin (Perrin). L’autre thèse est celle développée récemment par le livre de Michel de Jaeghere, Les derniers jours (Belles Lettres/Perrin Tempus). L’auteur y explique que la chute de Rome est identifiée dans le temps, qu’elle provoqua la fin d’une civilisation, le passage d’un monde à un autre. Il est interrogé par Christophe Dickès.

L’invité: Michel de Jaeghere est journaliste, directeur du Figaro Histoire et du Figaro HS. Auteur de plusieurs ouvrages, son oeuvre d’historien se distingue notamment par son travail sur la Chute de Rome: Les derniers jours (Belles Lettres – Tempus). Il a aussi publié La compagnie des Ombres (Belles Lettres), une compilation de ses articles, études et éditoriaux consacrés à l’histoire.

Retrouvez le podcast de l'émission sur StoriaVoce

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 21/04/2018 - 13:28 - Signaler un abus Très intéressant car plein d

    Très intéressant car plein d'enseignement sur notre avenir.....J'en déduirai presque que pour sauver la civilisation occidentale, il vaudrait mieux accepter la soumission à un islam protecteur, et qu'en voulant sauver sa foi, on risque la submersion....

  • Par Dorine - 21/04/2018 - 15:21 - Signaler un abus Passionnant

    J'ai lu le livre de Michel de Jaeghere.Il est complet et plein d'enseignements. En lisant le passage sur les esclaves qu'on empêche de se reproduire pour qu'ils soient plus efficaces au travail, je pensais à cette jeunesse de maintenant qu'on exploite, à qui on empêche d’avoir une vie de famille au profit des sociétés, à ces sociétés qui proposent aux femmes de prélever et de congeler leurs ovules pour qu'elles puissent avoir des enfants à 40-45 ans, lorsque l'entreprise n'a plus besoin de leur compétence à bon compte.....

  • Par zelectron - 22/04/2018 - 08:42 - Signaler un abus les nouveaux adorateurs

    les catastrophistes de tous poils se délectent de la (pseudo) chute (non) prévisible de l'Europe et encore plus de l'occident

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 22/04/2018 - 10:01 - Signaler un abus Autre point intéressant, l

    Autre point intéressant, l'islam au 7ème siècle a adopté la culture de l'empire Romain d'Orient....... L'empire Romain d'occident s'est vautré dans la barbarie a régressé, et n'est revenu au niveau gallo-romain que 10 siècles plus tard. L'Islam à donc grâce aux acquis romains fait la course en tête jusqu'au 15ème et n'a plus évolué.

  • Par Dorine - 22/04/2018 - 10:25 - Signaler un abus Paul qui roule

    L'empire romain ne s'est pas vautré dans la barbarie. Dans les derniers siècles de Rome, il y a eu une alternance de rejet et d'assimilation en fonction des empereurs. Rome n'a pas trouvé de solution.

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 22/04/2018 - 13:05 - Signaler un abus Si....! Ça a fini au 5ème

    Si....! Ça a fini au 5ème siècle par un délitement de cette société puis 1000 ans d'obscurantisme avant que la renaissance ne réinvente ce qu'avait déjà inventé la civilisation gallo-romaine.

  • Par Deudeuche - 22/04/2018 - 14:50 - Signaler un abus @Paul machin

    Votre anti christianisme vous fait tirer de bien piètres conclusions. Ceci dit il est clair que l’Islam nous débarrasserait de l’humanisme athée, mais à quel prix?

  • Par Dorine - 22/04/2018 - 15:39 - Signaler un abus Paul qui roule

    La renaissance a eu lieu sous les carolingiens et le Moyen-âge a été une période extrêmement intéressante contrairement à ce que vous pensez.

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 22/04/2018 - 20:19 - Signaler un abus Dorine

    Il est certain que les sciences et les arts ont fait un bond phénoménal à l'époque mérovingienne, carolingienne et au moyen âge....!

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 22/04/2018 - 21:00 - Signaler un abus Je ne suis pas antichrétien,

    Je ne suis pas antichrétien, car ce sont mes origines..Aujourd'hui en tant qu'athée, les chrétiens ne me posent aucun problème et sont souvent d'un commerce agréable surtout parcequ'ils ne mélangent pas religion et politique...A l'inverse l'islam m'insuporte par sa volonté d'emprise sur la vie politique son intolérance et ses appels au meurtre dignes de la pire des sectes malfaisantes

  • Par Deudeuche - 22/04/2018 - 22:18 - Signaler un abus En effet

    Lorsque les athées affirment à tout bout de champs qui a le droit d’avoir un avis politique c’est OK? Ce gag commence à suffit et à en gonfler plus d’un. Les «origines » c’est du n’importe quoi, un cache misère pour affirmer qu’on laisse crever ce que l’on feint de regretter. Ce remarquable athéisme est le grand facilitateur de l’islamisme par le vide de sens qu’il crée (et que les imams remplissent. De la part d’un athée de tradition devenu chrétien !

  • Par Dorine - 23/04/2018 - 09:28 - Signaler un abus Paul qui roule

    A la fin des années 90, un historien de pacotille, FM de son état, disait que l'Histoire de France avait commencé en 1789....

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 23/04/2018 - 13:48 - Signaler un abus L'avantage de l'histoire

    L'avantage de l'histoire science éminemment humaine c'est qu'on peut tout lui faire dire..... Et son contraire !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Christophe Dickès

Historien et journaliste, spécialiste du catholicisme, Christophe Dickès a dirigé le Dictionnaire du Vatican et du Saint-Siège chez Robert Laffont dans la collection Bouquins. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages consacrés à la politique étrangère et à la papauté (L’Héritage de Benoît XVI, Ces 12 papes qui ont bouleversé le monde). Il est enfin le fondateur de la radio web Storiavoce consacrée uniquement à l’histoire et à son enseignement.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€