Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 18 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Ces logiciels qui peuvent aider à venir à bout de maladies mentales

En raison d'un diagnostic souvent difficile et d'un traitement coûteux, les maladies mentales ne sont pas assez soignées. Une tendance qui pourrait changer grâce aux nouvelles technologies.

La technologie au service de la santé

Publié le
Ces logiciels qui peuvent aider à venir à bout de maladies mentales

Les maladies mentales sont des éternelles sous-estimées. On les pense rares, peu nombreuses, souvent somatisées, sinon exagérées voire inventées par les personnes qui en souffrent. La plus connue d'entre elles est la dépression. Dans un article publié sur le site d'Andreessen Horowitz, un fond américain de capital risque, il est indiqué que la dépression est la première cause d'invalidité aux États-Unis.

Au cours de l'année passée, un Américain sur quatre souffrait d'un trouble mental. Mais peu d'entre eux ressentent le besoin d'aller voir un psychothérapeute, ne se sentant aucunement malade. Et malgré les sommes énormes dépensées par l'État pour soigner ces maladies mentales (200 milliards de dollars par an aux États-Unis), celles-ci restent mal soignées, car difficilement diagnostiquées. De plus, leur traitement est coûteux et les spécialistes sont peu disponibles (les temps d'attente pour un rendez-vous sont de 25 jours en moyenne selon une étude).

Coach virtuel

Ainsi, 60% des Américains ne seraient pas supervisés par les programmes de santé mentale. Parmi eux, des personnes souffrant de problèmes psychiatriques qui ne bénéficient pas des soins adaptés. Mais la technologie pourrait bien nous venir en aide. Comme expliqué dans cet exhaustif article d'Adreessen Horowitz, les logiciels et nouvelles technologies pourraient nous aider à mieux suivre et soigner les personnes souffrant de pathologies mentales.

Des applications de suivi voient le jour sous la forme de startups expérimentales, telles qu'Omada Health ou Breakthrough (le site Forbes y avait dédié un article en 2014). Elles se déclinent sous la forme d'applications de suivi, en quelque sorte, de coachs virtuels capables de dispenser aux utilisateurs un traitement mental. En effet, il faut savoir qu'en lieu et place des antidépresseurs souvent distribués systématiquement, c'est avant tout le suivi d'un psychothérapeute qui permet de soigner les personnes souffrant de ces pathologies mentales. Et ces applications de substitution représentent une solution d'avenir car elles permettent de contourner un système de santé parfois inefficace quand il s'agit de traiter les maladies mentales. Grâce à des exercices d'auto-évaluation, de diagnostic et de suivi, les malades peuvent trouver un véritable accompagnement psychologique et bénéficier d'une psychothérapie cognitivo-comportementale. Les expérimentations qui ont été menées montrent des résultats encourageants, comparables, voire meilleurs que ceux obtenus à la suite d'un traitement "classique".

Avec l'avènement d'Internet, des technologies, du deep learning et des intelligences artificielles, ces coachs virtuels ont de bonnes chances de s'imposer comme une solide alternative aux psychothérapies dispensées par des humains en chair et en os. 

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Atlantico.fr

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€