Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 28 Juin 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Ces leçons que la droite française pourrait tirer du piège dans lequel se sont enfermés les Républicains américains en fermant les yeux pendant des années sur leurs éléments les plus radicaux

L'annonce du retrait de Marco Rubio de la course à l'investiture républicaine après sa défaite face à Donald Trump en Floride a sonné l'échec du parti républicain, dont le discours policé n'a pas su résister à celui bien plus rentre-dedans de Donald Trump. En France, la droite et le centre pourraient connaître une situation similaire s'ils continuent à se montrer incapables de réagir sur le plan idéologique.

L'exemple à ne pas suivre

Publié le
Ces leçons que la droite française pourrait tirer du piège dans lequel se sont enfermés les Républicains américains en fermant les yeux pendant des années sur leurs éléments les plus radicaux

Atlantico : Depuis plus de dix ans, la faiblesse idéologique des Républicains lui a valu d'être contaminé par l'idéologie néo-conservatrice, puis celle du Tea Party, et enfin par les outrances de Donald Trump. Le socle idéologique de la droite et du centre français semble également faible, voire inexistant aujourd'hui. Comment faire pour éviter une situation à l'américaine chez les Républicains ou à l'UDI ? 

Maxime Tandonnet : La vie politique française n'est pas très éloignée de la situation américaine, marquée par l'emprise croissante de la communication, des polémiques, petites phrases, coups médiatiques. La personnalisation de la vie politique ne cesse de se renforcer, tout comme la dictature de l'image.

Dans le camp de la droite, les batailles d'individualités pour la conquête du pouvoir semblent l'emporter sur les débats d'idées, la notion d'intérêt général et les projets de société. Il est vital, pour la reconquête du pouvoir par les hommes et femmes de l'opposition et surtout, la réussite de l'alternance, d'opérer une véritable révolution culturelle dans leur approche de la vie politique. Il faut impérativement sortir d'une logique de communication narcissique pour revenir à l'essentiel : le projet collectif. La politique doit se réconcilier avec elle-même pour redevenir ce qu'elle n'aurait jamais dû cesser d'être : le gouvernement de la cité.

L'idéologie du Tea Party et celle de Donald Trump se sont largement appuyées sur les classes moyennes, délaissées par le parti républicain. Quelle considération politique ont la droite et le centre français pour les classes moyennes dans notre pays ?

Pour l'instant, cette considération semble limitée. Qu'attend la classe moyenne, c'est-à-dire la majorité des Français ? L'autorité de l'Etat, la lutte contre l'assistanat, la maîtrise des frontières, le renouveau de l'école, la baisse des charges et la réduction des contraintes qui pèsent sur l'entreprise, la réforme de l'Europe pour la rendre moins bureaucratique et plus proche des citoyens. Certes, les multiples candidats à la présidence de la République mettent en avant des propositions qui recoupent ces attentes. Cependant, le déficit de crédibilité reste considérable. Il provient de l'image globale que donne la classe politique, y compris l'opposition, dominée par le sentiment que les intérêts personnels des dirigeants l'emportent sur les considérations de bien commun et qu'ils ne mettront pas en oeuvre leurs promesses. Le sondage CEVIPOF de janvier 2016 souligne que pour 88% des Français, les politiques ne tiennent aucun compte de ce que pensent les gens comme eux. La fracture entre la classe moyenne et la classe dirigeante ne cesse de se creuser. L'urgence d'y remédier, par la démocratie directe, le renforcement de la décentralisation, devrait être la priorité absolue de l'opposition. Or, personne n'évoque cette question...

Depuis 2012, le parti républicain américain a entamé un travail de réforme, incarné notamment par Marco Rubio, sénateur de Floride, qui s'est finalement retiré de la course à l'investiture républicaine face à Donald Trump. Ce travail a-t-il été entrepris à droite en France depuis la défaite de Nicolas Sarkozy ? Est-il possible pour la droite française de se réformer sans provoquer de rupture entre une droite policée et une autre qui met les pieds dans le plat ?

Au fond, il faut bien voir que le phénomène Trump n'est rien d'autre que l'exacerbation du pire dans l'évolution de la politique moderne en Amérique comme ailleurs : culte de la personnalité à outrance, triomphe de la communication, obsession narcissisque. Cette évolution touche aussi la France et l'opposition ne fait pas grand chose pour y échapper. Une droite policée et une autre qui met les pieds dans le plat ? Le problème est que ces deux droites sont avant tout dans la posture. L'une d'elle veut plaire aux médias bienpensants en s'appuyant sur un discours d'angélisme au sujet de l'immigration, de l'intégration, de la sécurité, de l'Europe. L'autre droite pense s'adresser au peuple en utilisant des formules musclées. Ce phénomène conduit-il à une rupture entre les deux ? La seule issue est de changer de mentalité, sortir des postures individuelles pour se focaliser sur les défis de la réalité, le projet, la volonté d'agir en faveur du bien commun. La seule attitude qui vaille, est celle de la recherche de réponses audacieuses, concrètes, volontaristes, dans tous les domaines et respectueuses à la fois des personnes et des interêts de l'Etat-nation. Il faut passer d'une politique centrée sur le paraître à une politique centrée sur le faire.  

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par guillorette - 21/03/2016 - 09:45 - Signaler un abus Du vent....

    Si le parti soutenu par cet "historien" avait conservé le programme du RPR de 1995, le FN serait à 5% et Les Républicains dépasseraient aujourd'hui les 50%, compte-tenu de l'effondrement des socialistes.Mais voilà,depuis lors J. Chirac et son radical-socialisme (expression utilisée par les médias mais personnellement je préfère dire crypto-communiste) sont passés par là et ses héritiers revendiqués - Juppé, et consorts- ne feront que renforcer cette tendance à la grande satisfaction de NDA ou MLP. Triste à pleurer.

  • Par john mac lane - 21/03/2016 - 11:11 - Signaler un abus Ils ne comprennent rien a Trump. Et encore maintenant

    Trump utilise les républicains comme base, mais ses électeurs sont la population de la majorité silencieuse qui ne vote pas. Quand il dit "nous avons dépensé 2000 milliards pour une guerre en Irak, 2000 milliards pour une guerre en Libye et nous n'en avons rien récolté. Quand il dit nous avons soutenus au nom de la paix des gens pire que les dictateurs en place, et on aurait mieux fait de ne rien faire.... Quand il dit qu'entre le Mexique et les USA on ne construit pas de mur au nom d4un préjudice écologique parce que les serpents et des rats ne pourraient pas passer ...Quand il dit qu'il renverra les illégaux, simplement parce qu'iols sont illégaux...Quand il dit, j'ai payé la campagne Clinton, et quand je la veux à mon marriage, elle est obligée de venir..

  • Par Leucate - 21/03/2016 - 13:15 - Signaler un abus @guillorette - à droite pour la frime

    Le RPR chiraquien a adopté le politiquement correct que lui imposait le PS depuis les années 80. Mitterrand a baladé cet imbécile de Chirac qui tournait rad-soc à la Queuille comme il l'a voulu. Le RPR depuis et ses avatars UMP et LR depuis ne sont "de droite" qu'au moment des élections, en prenant bien garde d'ailleurs de ne pas franchir la ligne jaune que les gourous PS ont tracée sous peine de lynchage médiatique. Les électeurs de droite, braves benêts, y croient quand même et sont à chaque fois déçus, et pas depuis 1995 comme vous dites, depuis plus longtemps, depuis que Chirac a chouravé l'héritage gaulliste et transformé l'UNR en RPR. Pour ma part, j'ai quitté le RPR en 1986 car les positions anti-France et socialos que prenaient les leaders RPR me faisaient faire des bonds au plafond, ce qui est mauvais pour la santé. Depuis, je suis zen. D'autant que je n'attend rien de la fausse droite. L'UMPS est une réalité et je le sais depuis les années 80.

  • Par vangog - 21/03/2016 - 13:50 - Signaler un abus éternelles mises en cases des analystes...

    qui n'arrivent décidément pas à comprendre la politique autrement qu'en "classes" ayant des revendication propres et donc, en nécessaires conflits entre ces classes entre elles...Et si les revendications étaient celles de tout un pays, défavorable à l'oligarchie mise en place par le parti républicain, consanguine et vaine? il serait temps que les analystes comprennent que la corruption des élites auto-proclamées, et leur incompétence sont un moteur puissant pour le peuple, toutes classes confondues! ah oui, je sais! lorsque tout le peuple s'inquiète et réclame des réformes, cela se nomme "populisme"! alors vite, revenons à la conception marxiste de la société, avec ses cloisonnements artificiels, sinon les analystes seront paumés...

  • Par Liberte5 - 21/03/2016 - 15:54 - Signaler un abus Le conformisme des idées et des partis....

    ont conduit la vie politique à une impasse. Tout cela a bien fonctionné pendant 30 ans, tant que les Français pensaient qu'il suffisait de faire l'alternance pour que le modèle politique change. Or, ils constatent qu'en fait rien ne change. Que l'on vote PS ou Ump , les Républicains maintenant, nous avons toujours les même politiques: économique, migratoire, européennes, etc. La raison en est simple. Le pouvoir est confisqué par les hauts fonctionnaires tous issus de l'ENA. Seule l'étiquette change mais le contenu reste le même. Aucun d'entre eux n'a été confronté au monde de l'entreprise, ne comprend rein à l'économie, tous ont décidé que le grand remplacement devait s'opérer en France, que l'éducation nationale devait être détruite, que les criminels méritaient toute leur attention , quant aux victimes .......Que le FN fasse son miel de leur incompétence et du mépris qu'ils affichent pour le peuple est une chose avérée. Seule chose, est-ce que le FN saura adapter son programme économique à la réalité complexe d'un monde qui bouge , ou restera-t-il sur des positions du siècle dernier. A écouter M.MLP sur BFM hier, il semblerait que des changements soient en train de s’opèrer.

  • Par Borgowrio - 21/03/2016 - 20:08 - Signaler un abus Des Trump couvent sous les cendres de la démocratie

    De toute façon , il y aura de plus en plus de Trump en Europe et ailleurs , jusqu'à maintenant la machine médiatique à grand renfort de subventions maintien une opinion publique dans le " camp du bien "... Jusqu'à quand ?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Maxime Tandonnet

Maxime Tandonnet est historien, et ancien conseiller de Nicolas Sarkozy. Il est l'auteur de "Histoire des présidents de la République", Perrin, 2013, et alimente régulièrement son blog personnel.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€