Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 17 Août 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Le Brexit, une vue de l’esprit ? Pourquoi le Royaume-Uni ne risque pas de sentir de si tôt les effets d’une sortie de l’Union européenne

Après des semaines de débats, le camp du Brexit l'a emporté ce vendredi avec 52% des voix. Pour autant, le changement ne sera pas immédiat : l'Union européenne et le Royaume-Uni mettront deux à trois ans à dénouer les liens qui les unissent.

Délai imprescriptible

Publié le - Mis à jour le 24 Juin 2016
Le Brexit, une vue de l’esprit ? Pourquoi le Royaume-Uni ne risque pas de sentir de si tôt les effets d’une sortie de l’Union européenne

Atlantico : Le camp du Brexit l'a emporté ce vendredi matin avec 52% des voix. Le Royaume Uni devra renégocier l'ensemble de ses traités et accords économiques et commerciaux. Au cours de ces renégociations, dans quelle mesure le pays pourrait-il obtenir des garanties et avantages proches de ceux dont il bénéficiait du temps de son appartenance à l'UE ? A l'issue des renégociations, est-il possible que la situation du Royaume-Uni soit sensiblement la même que lorsqu'il était un état membre de l'Union ?

Jean-Claude Piris : Les Britanniques ne pourront certainement pas accéder aux mêmes avantages qu’un État membre de l’UE, et notamment à la participation au marché intérieur de l’UE, en devenant un pays tiers. 

Le "premier jour" ne serait pas celui du référendum, mais celui où le gouvernement britannique transmettrait sa décision de lancer la procédure dite de l'article 50 (qui est l'article du traité sur l’UE qui prévoit la possibilité de sortir de l'Union européenne). Cet article prévoit une négociation pour régler les conditions du divorce.

Pendant cette négociation, qui durerait au minimum 2 ans, et probablement davantage, le Royaume-Uni resterait membre plein de l’UE, en gardant son plein accès au marché intérieur et le bénéfice des accords commerciaux que l'UE a conclus avec des pays tiers.

C'est seulement à l'issue de ces 2 ou 3 ans, lorsque l'accord " de retrait " aurait été conclu, que le Royaume-Uni deviendrait un pays tiers. 

C'est à ce moment-là que serait négocié le cadre commercial des relations futures du Royaume Uni avec l’Europe. Le Royaume Uni essaierait probablement d'avoir le plus grand accès possible au marché intérieur de l'Union (la moitié de son commerce de marchandises se fait avec les 27 États membres). Mais, jusqu'à présent, l'Union n'a décidé de donner un tel accès au marché intérieur qu'aux trois États de l'espace économique européen (EEE), la Norvège, l'Islande et le Liechtenstein. En contrepartie de cet accès (quasi complet) au marché intérieur, ces pays doivent respecter les 4 libertés (biens, services, capitaux et personnes). Or, l'une des obligations de l'appartenance à l'UE que le Royaume Uni désapprouve est précisément la liberté de mouvement des personnes, et donc la libre immigration au Royaume Uni des nationaux de tous les Etats membres de l’UE. Par ailleurs, la Norvège, l'Islande et le Liechtenstein, sont obligés de recopier toutes les règles de l’UE régissant le marché intérieur, sans être représentés dans les institutions qui en décident (ni à la Commission qui les propose, ni au Parlement et au Conseil qui les adoptent). Cette situation des pays de l'EEE avait poussé David Cameron à conclure que jamais le Royaume Uni n'accepterait ces conditions, à savoir une soumission aux règles de l’UE sans participer à leur adoption. La solution du modèle norvégien semble donc peu probable.

Certains parlent de suivre l'option du modèle suisse. La Suisse a conclu environ 120 accords bilatéraux avec l'UE. Elle a choisi de ne pas faire un accord unique mais de faire des accords par secteur, mais elle n'a aucun accord sur les services. Or, les services (en particulier financiers) représentent les 2/3 de l'économie britannique. A cet égard, l'option suisse ne serait pas très avantageuse pour le Royaume-Uni.  

Par ailleurs, les relations entre l'Union et la Suisse sont en crise car il y a eu un référendum par lequel la Suisse a refusé de continuer à appliquer pleinement la liberté de circulation des personnes. L 'Union est actuellement en train de négocier un accord horizontal de nature institutionnelle qui s'appliquerait à tous les accords bilatéraux importants conclus entre les deux parties (la Suisse et l’UE). Cet accord contraindrait la Suisse à recopier toutes les lois de l'Union relatives au marché intérieur, comme le font les pays de l’EEE. Elle devrait accepter la liberté de circulation des personnes et obéir aux jugements de la Cour de Justice de l’Union européenne, sans y avoir de membre. L'UE a donc des exigences beaucoup plus dures à l’égard de la Suisse que celles qu'elle avait admises il y a plus de 20 ans pour la Norvège, l'Islande et le Liechtenstein. Pour toutes ces raisons, le "modèle" suisse ne serait pas accepté par le Royaume Uni.

Le Royaume Uni devrait très probablement se contenter d'un accord de libre-échange avec l'Union européenne, qui lui donnerait un accès nettement moins important que ce dont bénéficient la Suisse et les pays de l'EEE… En particulier, le Royaume Uni perdrait le "passeport européen", qui est fondamental pour ses banques et services financiers, dont la Suisse ne bénéficie pas non plus aujourd’hui.

Il est donc clair que les relations avec l’UE ne pourraient pas être aussi avantageuses pour le Royaume-Uni que sa situation actuelle. Plus cet État  aurait accès au marché intérieur de l’UE, plus il serait "colonisé" politiquement en étant contraint de recopier les lois et règles européennes sans participer à leur adoption.

Jean-Marc Siroën : Il y aura sans doute des négociations pour redéfinir la nature des relations économiques et commerciales avec l’Union Européenne, mais avant cela, comme pour un divorce, il y aura une négociation pour organiser la séparation. Pourquoi le Royaume-Uni quitterait-il l’Union si il devait se retrouver dans la même situation ? Si les partisans du Brexit pensent qu’ils retrouveront tous les avantages sans les inconvénients et les obligations, je pense qu’ils se trompent car l’Union Européenne encouragerait ainsi le départ d’autres pays. Certes, on peut envisager un traité de libre-échange, qui implique d’ailleurs une réciprocité, donc des inconvénients. Mais cela ne couvre qu’une partie des attributions de l’Union Européenne même si pour beaucoup de Britanniques, c’est la seule qui importe. Mais même ce point n’est pas acquis car le climat est moins que favorable à de tels traités comme le montre l’enlisement de la négociation du traité transatlantique ou l’incertitude sur la ratification du traité avec le Canada. Un traité de libre-échange n’empêcherait d’ailleurs pas l’Union européenne d’imposer des droits antidumping au Royaume-Uni ou de porter plainte contre ce pays à l’OMC –et réciproquement-. A fortiori un traité du type de ceux qui existent avec la Norvège ou la Suisse n’est pas non plus acquis car le contexte n’est pas le même : une alternative à l’adhésion n’est pas la même chose qu’un départ. On a peu vu de divorcés s’engager dans un PACS….

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Deneziere - 09/06/2016 - 10:12 - Signaler un abus Et il est où, le plan B ?

    Excellent rappel donné par les deux intervenants. On dit depuis le début que ceux qui, en France, veulent sortir de l'union européenne, n'ont pas de pan B crédible. Et effectivement, ils n'en ont pas. Et bien qu'ils se consolent, ils ne sont pas tous seuls : les anglais n'en ont pas non plus. Pas d'autre que de l'orgueil et des mouvements de menton, s'entend. Par contre, les intervenants partent du principe que l'UE négocierait d'un seul bloc bien ordonné avec les Anglais. Ce n'est pas forcément acquis... En tout cas, ils vont ouvrir une belle boîte de Pandore.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Claude Piris

Jean-Claude Piris est consultant en droit européen et en droit international public, ancien haut fonctionnaire français et européen

Voir la bio en entier

Jean-Marc Siroën

Jean-Marc Siroën est économiste. Il enseigne actuellement à l’université Paris Dauphine et est professeur au sein du département Master Sciences des Organisations. Il est spécialiste d’économie internationale. Il participe également au programme de recherche Nopoor, financé par l'Union européenne, sur les politiques de lutte contre la pauvreté. 

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€