Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 13 Novembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Brexit : un accord possible pour éviter le chaos en Grande Bretagne et fracturer la majorité qui soutient encore Theresa May

Selon Michel Barnier, le négociateur européen, un accord est possible, mais cet accord va définitivement fracturer la classe politique britannique.

Atlantico Business

Publié le
Brexit : un accord possible pour éviter le chaos en Grande Bretagne et fracturer la majorité qui soutient encore Theresa May

 Crédit EMMANUEL DUNAND / AFP

D’un côté, on a Michel Barnier et Theresa May qui se seraient enfin mis d’accord sur un projet de divorce à l’amiable. 

De l’autre, une opposition politique des partisans d’un hard Brexit, menée par Boris Johnson de plus en plus violent avec comme conseiller de l’ombre, le lobbyiste américain Stephen Bannon, l’ancien conseiller politique de Donald Trump. 

Selon Michel Barnier, le négociateur de la Commission européenne sur le dossier du Brexit, la première phase du Brexit pourrait aboutir à un accord dans le courant du mois de novembre : "Je pense que, si nous sommes réalistes, nous sommes capables de parvenir à un accord sur la première étape de ces négociations, à savoir le traité sur le Brexit, dans les six ou huit semaines".

D’où un sommet extraordinaire au début du mois de novembre.

Avec un peu d’effort, le calendrier pourrait donc être respecté « puisque le Royaume-Uni a décidé de partir en mars de l'année prochaine, le 29 mars, a-t-il rappelé, en tenant compte du processus de ratification, de la Chambre des communes d'une part, du Parlement européen et du Conseil d'autre part " a ajouté Michel Barnier.

Peu probable d’arriver à un accord avant le 18 octobre, date initialement prévue pour un sommet des chefs d'État et de gouvernement de l’UE à Bruxelles, mais Michel Barnier pense que ça serait jouable pour le début du mois de novembre.

La principale question en suspens entre l'UE et le Royaume-Uni reste celle de la frontière entre la province britannique d'Irlande du nord et l'Irlande, membre de l'UE, personne ne souhaitant le retour de cette frontière. Par conséquent, cette affaire se soldera pour l’Irlande par le maintien du statut quo, seul moyen d’éviter de créer un foyer de désordre et de violence à la frontière.

Pour le reste, on aurait un embryon d’accord de principe sur une indemnité de divorce de 39 milliards d‘euros, avec des facilités de paiements et surtout le maintien d’un accord commercial de libre échange entre la Grande Bretagne et l’Union européenne, dont les conditions seraient très proches des conditions antérieures.

Pour Theresa May, cet accord pour lequel elle s’est engagée est le seul moyen d’éviter un chaos économique et social de la Grande Bretagne. Elle, qui défendait le scénario d’un Brexit dur, s’est aperçue qu’elle ne parviendrait pas à trouver très rapidement avec les Etats-Unis des marchés qui lui auraient permis de compenser la perte des marchés européens, elle s’est aperçue qu‘elle courait un vrai risque de voir l’industrie financière se vider de ses emplois, elle s’est aperçue qu‘il y avait une menace réelle de désordre très grave avec la gestion des populations résidentes mais étrangères qui se seraient retrouvées abandonnées. Idem pour les britanniques résidant sur le continent.

Enfin, les services de sécurité britannique ont publié des analyses très alarmantes sur les atteintes à l’ordre public en cas de Brexit sans accord en avril ou en mai.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 12/09/2018 - 10:17 - Signaler un abus Ils prévoyaient 100 milliards d’indemnités de départ....

    J’avais écrit que la moitié serait plus raisonnable...39 milliards, c’est bien! Le maintien du statu-quo sur la frontière Irlande du Nord-Irlande annonce déjà que la GB restera dans la zone de libre échange , avec des taxes douces sur certains produits (sinon- cela favorisera tous les trafics à cette frontière restée ouverte). La GB obtient donc le même statut que la Suisse et échappera aux diktats de la grosse commission, de la CJUE et de la CEDH, un peu fascistes (socialistes) sur les bords...pas mal pour la GB! J'avais prévu que des négociations dures finiraient en douceur...

  • Par Aghir - 12/09/2018 - 17:49 - Signaler un abus Ils ont décidé

    du brexit, en quoi serions nous dans l'obligation de les ménager ???

  • Par Deneziere - 13/09/2018 - 00:47 - Signaler un abus Bouffons de brexiters

    C’est un accord qui, à valeur faciale, semble raisonnable, sous réserve qu’on en connaisse le détail. On notera cependant que ce n’est pas encore assez pour ces grosses baudruches démissionnaires de brexiters qui continuent de brailler. Ces bouffons ont pris en grippe les Polonais, et autres Européens, alors que leurs filles se sont faites prostituer par des gangs de pakis et qu’ils son débordés par la criminalité ethnique. Et JMS qui appelle BoJo le clown un « négociateur »...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Marc Sylvestre

Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.

Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.

Il est aussi l'auteur du blog http://www.jeanmarc-sylvestre.com/.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€