Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 19 Décembre 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Les Bettencourt, derniers secrets : la maison l’Oréal arrose-t-elle encore les politiques ?

Au-delà du volet politique, Ian Hamel exhume les racines du conflit opposant les deux femmes et reconstitue le passé sulfureux du patriarche Eugène Schueller, fondateur du groupe et pronazi avoué, et d'André Bettencourt, son gendre. Extrait de "Les Bettencourt, derniers secrets" (2/2).

Bonnes feuilles

Publié le
Les Bettencourt, derniers secrets : la maison l’Oréal arrose-t-elle encore les politiques ?

Françoise Bettencourt Meyers au prix L'Oréal-UNESCO. Crédit Reuters

S’il venait à L’Oréal le désir de repeindre en rose son histoire, il lui suffi rait de payer très cher un membre d’une nouvelle profession que l’on a baptisée « historien d’entreprise ». Un salarié doté d’un pouvoir financier et éditorial très supérieur à celui d’un historien classique, chargé de livrer aux multinationales des sagas aux petits oignons, débarrassées de toutes les scories un peu négatives. « Le rapprochement entre grand capital et historiens s’est en effet traduit depuis les années 1990 par le lancement et la réalisation de nombreux travaux sur les groupes financiers intéressés, effectués sous leur égide financière », déplore Annie Lacroix-Riz.

Le plus grave, c’est que le lecteur ignore en général que ces « business stories » ont été rédigées par des historiens rémunérés non pas par une maison d’édition ou par un organisme public, mais par un capitaliste.

Plus besoin d’arroser les politiques

Pour le moment, les révélations sur le passé d’Eugène Schueller et d’André Bettencourt dans les années 1990, puis, aujourd’hui, la saga judiciaire autour de Liliane Bettencourt, une vieille dame de quatre-vingt-dix ans en situation de faiblesse psychologique et exploitée par une bande de vautours, n’ont jamais affecté l’excellente santé de L’Oréal. « D’un côté, il y a une affaire, de l’autre une entreprise qui se développe de façon superbe », constate l’actuel PDG, Jean-Paul Agon. Il n’y a pas contamination. Le leader mondial des cosmétiques peut donc continuer à traiter par le mépris tout ce qui freine son irrésistible ascension, qu’il s’agisse des frères Frydman ou de Monica Waitzfelder. Pour 2012, L’Oréal affiche un chiffre d’affaires de 22,46 milliards d’euros, en hausse de 10,4 % par rapport à l’exercice précédent. Elle emploie 69 000 collaborateurs dans le monde entier. Le résultat net a grimpé de 17,6 % à 2,86 milliards d’euros. Le dividende sera cette année de 2,30 euros par action, en augmentation de 15 % par rapport à l’exercice précédent. Pour 2013, le PDG de L’Oréal est très optimiste : « Au niveau mondial, la croissance des cosmétiques devrait être de l’ordre de 4,5 %. Nous avons l’intention de surperformer le marché. » La famille Bettencourt peut dormir sur ses deux oreilles.

L’Oréal a mis un siècle pour toucher un milliard de clients. La multinationale annonce qu’elle va en conquérir un milliard supplémentaire d’ici 2020 grâce aux pays émergents, nouvelles locomotives de la croissance, comme la Chine, l’Inde, le Brésil, le Mexique, l’Indonésie, et « après-demain l’Afrique ». Le 7 novembre 2012, l’entreprise créée par Eugène Schueller a inauguré à Jababeka, en Indonésie, sa plus importante usine. Dans ce pays, L’Oréal enregistre une croissance de 30 % par an2. Le 10 janvier, L’Oréal présentait son nouveau centre de Recherche et Innovation à Mumbai, en Inde, employant une centaine de chercheurs et de scientifi ques. Elle annonçait que le nombre de ses clients, dans ce pays de 1,2 milliard d’habitants, passerait de 25 millions en 2012 à 150 millions en 2020. L’Oréal, qui compte quarante- trois usines sur la planète, envisage d’en créer une nouvelle tous les deux ou trois ans, rien qu’en Asie. En 2012, L’Oréal a réalisé 8,2 milliards d’euros de chiffre d’affaires sur les « nouveaux marchés » – Asie, Pacifi que, Europe de l’Est, Amérique latine, Afrique, Moyen-Orient –, dépassant pour la première fois l’Europe de l’Ouest (7,4 milliards) et l’Amérique du Nord (5,2 milliards). Paris n’est plus qu’un tout petit point sur la carte.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Benvoyons - 26/05/2013 - 10:29 - Signaler un abus Euh! pas un mot sur Mitterand ami des Bettencourt et du père

    de Liliane Eugène Schueller qui lui avait donné un poste de directeur dans une filiale du groupe. Bon faut pas en parler c'est au moment où Mitterrand parlait au Maréchal me voila et de la Francisque. Après Mitterrand a touché aussi ainsi que le PS car il est notoire et historique qu'il arrosait tout le monde gauche et droite. Il faudrait que Hamel relise son manuel de déontologie journalistique car il est très élastique sur la vérité. Écrire sur les mauvaises langues c'est quoi??? Écrire en raccourcissant les faits c'est quoi???? Bon l'argent n'a pas d'odeur pour monsieur Hamel faut remplir la gamelle du chien de Baskerville.

  • Par Thot7 - 26/05/2013 - 11:18 - Signaler un abus Le passé récent

    Il faut savoir que l'oréal et toutes ses marques ont longtemps été boycottées en Israël. Mais depuis que la jeune héritière a pondu un livre sur le judaïsme (s'est-elle convertie ?) les produits l'oréal sont sur le marché. Dans quelques années, tout le vilain passé sera effacé. Ce n'est pas comme cela que l'on fait l'histoire ?

  • Par ZOEDUBATO - 26/05/2013 - 11:30 - Signaler un abus Oui l'Oreal continue allègrement à arroser le PS y compris

    pour les dernières élections mais là, alors que MME BETTANCOURT était seule, il n'y a pas eu de procès en abus de faiblesse contre le PS et Hollande PS :Je rappellela vérité historique sur la Gauche : Le Parti Nazi 1/ a été inscrit de ~~1933 à ~~1946 à l'Internationale Socialiste . La Gauche au nom d'un pacifisme mal compris prônai la collaboration ("mieux vaut être Nazi que combattre") et elle a élu le militant socialiste Pétain Chef de l'Etat avec tout pouvoir et il a, avec son gouvernement socialiste, voté les lois juives 2/ Les communistes russes ont accordé aux Nazis des territoires , des d'usines et des matières premières pour former et entraîner la WERMACHT. et parallèlement les SS, SA dans les Goulags 3/ Que le droite et l'extrême droite ont été les premiers résistants jusqu'à fin 1941 (sauf exceptions personnels)

  • Par Duffy - 26/05/2013 - 12:13 - Signaler un abus Toutes les grandes entreprises arosent tous les pzrtis

    susceptibles de gouverner, afin que ceci continuent de protéger leurs monopoles commerciaux, ce système inventé à Babylone et en Egypte est simple, de bon gout et marche toujours. Pourquoi changer, les gens n'y voiient rien?

  • Par myc11 - 26/05/2013 - 18:40 - Signaler un abus Le mari de La fille des Bettencourt,

    est un très proche de DSK, donc du parti socialiste. C'est lui le gestionnaire de l'Oréal maintenant. Intéressante affaire!

  • Par pierre60 - 27/05/2013 - 06:12 - Signaler un abus Arrosage

    Les Schueller-Bettencourt (à part en 45, 68 et 81) n’ont pas eu besoin de l’état Français. Le fait que Mitterrand ait pu toucher de l’argent ne prouve pas que la «gauche» ait été arrosée.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Ian Hamel

Journaliste d'investigation, Ian Hamel suit l'affaire Bettencourt pour Le Point et l'Agefi, quotidien de la finance à Lausanne. Parmi ses nombreuses enquêtes : Sarlo et Cie, la République de copains et des réseaux (l'Archipel,2011).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€