Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 28 Juillet 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

L'augmentation de la résistance aux antibiotiques représente "un immense danger pour la santé mondiale"

La résistance des bactéries aux antibiotiques est d’une façon générale un très sérieux problème qui touche aujourd’hui tous les continents. Dr Margaret Chan, la directrice générale de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) tire la sonnette d’alarme en affirmant qu'il s'agit d'un "immense danger pour la santé mondiale"

Les antibiotiques, c'est pas automatique !

Publié le
L'augmentation de la résistance aux antibiotiques représente "un immense danger pour la santé mondiale"

Atlantico : Margaret Chan, la directrice générale de l'OMS affirme que la résistance aux antibiotiques représente "un immense danger pour la santé mondiale". Cette menace mérite-t-elle ce degré d'alerte ? N'y a t-il pas une part de catastrophisme ? 

Stéphane Gayet : Il est vrai que la résistance des bactéries aux antibiotiques est d’une façon générale un très sérieux problème qui touche aujourd’hui tous les continents. Nous en sommes à un degré fort préoccupant sur le plan mondial et l’un des rôles de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) est bien sûr de tirer la sonnette d’alarme.

Mais cela demande à être largement nuancé. Cette nuance porte sur la signification et le niveau de résistance des bactéries, sur la répartition de cette résistance dans le Monde et sur son impact réel dans la thérapeutique.

Sur le plan de la signification et du niveau de résistance des bactéries, il faut préciser qu’il existe des genres bactériens (comme le genre Staphylococcus – staphylocoque en français courant - et le genre Klebsiella – klebsielle en français courant), qu’au sein de chaque genre il existe des espèces bactériennes (comme les espèces aureus – doré – et epidermidis - épidermique - pour le genre Staphylococcus ; les espèces pneumoniae et oxytoca pour le genre Klebsiella) et qu’au sein de chaque espèce il existe des souches ou clones bactériens (ils sont désignés par des codes alphanumériques). Au sein de certaines espèces, il existe de plus des variétés, en particulier du fait de la présence d’antigènes bien particuliers à la surface de toutes les bactéries d’une même variété. Aucun genre bactérien, aucune espèce bactérienne n’est sensible à tous les antibiotiques : il existe constamment une résistance dite naturelle qui varie selon les genres et les espèces. Les résistances acquises caractérisent quant à elles les souches ou clones et apparaissent en raison de l’utilisation des antibiotiques qui exercent des pressions de sélection. On connaît bien le phénomène de pression de sélection avec les pesticides, mais aussi dans notre société humaine. Pour revenir aux bactéries, on distingue plusieurs niveaux de résistance aux antibiotiques : du plus faible au plus élevé, il y a la résistance naturelle (systématique), la résistance habituelle ou courante, la multi-résistance (BMR : bactéries multi-résistantes aux antibiotiques), la haute résistance (BHR : bactéries hautement résistantes), l’ultra-résistance (BUR) et enfin la pan résistance ou toto résistance (BPR ou BTR).

Sur le plan de la répartition dans le Monde, les comparaisons internationales montrent que le Royaume-Uni et la France se situent à des niveaux de résistance bactérienne voisins, tandis que les pays d’Europe du Nord sont à un niveau plus bas, à l’inverse des pays d’Europe du Sud qui ont plus de résistances. Les États-Unis d’Amérique sont également confrontés à d’importants phénomènes de résistance bactérienne, et même plus graves qu’en France pour certaines bactéries. Le Japon, également à haut niveau de vie, n’échappe pas au phénomène, mais avec des profils particuliers de résistance.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par adroitetoutemaintenant - 01/02/2016 - 18:08 - Signaler un abus Merci pour ce bel article très didactique

    Aux Etats-Unis certains emballages de viandes sont marqués « sans antibiotiques ». Je n’ai pas encore vu cela pour les poissons mais je ne pense pas qu’il y ait des élevages de poissons ou de crustacés sans antibiotique. Mais ils sont marqués élevage ou sauvage comme en France. A quand le marquage des viandes en France ? Sans antibiotiques et non hallal (contamination coliforme) seraient les bienvenus.

  • Par Deudeuche - 01/02/2016 - 18:28 - Signaler un abus Sans antibio

    retour aux normes de santé du 19eme siècle.....brrrrrr!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Stéphane Gayet

Stéphane Gayet est médecin des hôpitaux au CHU (Hôpitaux universitaires) de Strasbourg, chargé d'enseignement à l'Université de Strasbourg et conférencier.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€