Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 20 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Attali, Finkielkraut et les antiracistes : qui sont les vrais réactionnaires ?

Contrairement à ce qu’on lit : Alain Finkielkraut est un intellectuel « de gauche » qui défend, tout comme Jacques Attali, notre idéal humaniste et uni-versaliste français, les vrais réactionnaires sont plutôt du côté des « anti-racistes ».

Couvrez ce réac que je ne saurais voir

Publié le
Attali, Finkielkraut et les antiracistes : qui sont les vrais réactionnaires ?

A l’inverse d’Alain Finkielkraut qui l’affirmait chez Guillaume Durand, je ne suis pas désespérée.[1] Mais on comprend qu’il puisse l’être : tel est le prix à payer, depuis la nuit des temps, par ceux qui sortent du consensus culturel de leur époque.

L’idéologie dominante, dont l’obsession journalistique et intellectuelle est le glissement à droite de la société française, produit une opposition factice entre deux lectures du monde. Celle représentée par Alain Finkielkraut, qui refuse de faire table rase des origines dix-huitièmiste, autant que du passé culturel, de la France d’avant 1968 et celle d’Attali, tournée vers l’avenir, d’un optimisme triomphant, qui s’appuie sur les progrès de la science et valorise la mondialisation de l’économie, qu’il voit comme l’avant garde du projet kantien de Paix Perpétuelle, étendant la démocratie française à l’échelle planétaire.

Ils sont légions, à vouloir faire passer ce qui oppose ces deux grands intellectuels français sous la grille d’un conflit droite/gauche. J’y vois, au contraire, un combat interne à ce qu’on appelait « la gauche » avant les années 1980. Ce dinosaure qui, par suite d’une inversion de ses valeurs, est en voie de disparition.

Du reste, les ennemis intellectuels d’Alain Finkielkraut, « gaucho-bobos », au Monde-Challenges-Libé-Obs et j’en passe,  journalistes tendance néo-caviar, voient en lui « l'incarnation suprême du néo-réactionnaire français », « l’intellectuel le plus à droite de France», mais ne soutiennent pas pour autant l’universalisme planétaire de Jacques Attali, qui les dérange, puisqu’il fait l’éloge d’une économie dont la finance est mondiale et fut appelée à la détestation, par leur candidat à la Présidence, François Hollande, qui, pour partie, se fit élire sur le thème populiste de la haine des riches.

Pour comprendre le conflit qui ronge désormais ceux qui se prétendent « de gauche », mais ne le sont plus, et ceux qui se font traiter de fachos ou que l’on méprise, mais sont pourtant les uniques défenseurs d’une pensée « de gauche », il faut déconstruire ce qui fait consensus, depuis 1983, chez les universitaires, les chercheurs, le monde intellectuel et médiatique, non seulement en France, mais dans toute l’Europe et une grande partie du monde : « l’idéologie anti-raciste ».

Elles est née du dernier conflit mondial, dominé par l’extermination de millions d’Hommes, au nom du nazisme, qu’Hitler développa dans Mein Kampf et dont, au passage, il faut se réjouir de la prochaine réédition critique, en Français, soixante dix ans après la première guerre mondiale, et vint six ans après l’effondrement du mur de Berlin. La compréhension du passé est essentielle, pour éclairer l’avenir. Et l’on ne saurait trop recommander, Mein Kampf à la main, la visite du musée berlinois, « Topographie de la Terreur » pour comprendre ce que fut le nazisme, en vrai. [2]

La doctrine nazie pensait le monde à travers les races. De sorte qu’aujourd’hui, la terreur suscitée par le nazisme, a fait du mot « race », dont l’emploi, dans la langue française servait à décrire une réalité biologique,[3] un mot interdit, un mot tabou. Face à cet océan de bêtise, avec des centaines d’autres philosophes et universitaires, je refuse de me prosterner devant la nouvelle religion, cette « idéologie anti-raciste », dont le Président François Hollande, par démagogie, s’est autoproclamé adepte en promettant, durant sa campagne, en 2012, que « lui, Président » le mot race serait supprimé de la Constitution. Le culte antiraciste, est devenu religion d’Etat. Et, comme toute religion, il retire à l’Homme son pouvoir d’autonomie : sa capacité à réfléchir, se poser des questions et penser par lui-même.

C’est sans doute, aussi, par lassitude d’entendre et de lire les mêmes âneries, rabâchées par des cerveaux formatés dans les grandes écoles ou les universités, auxquels on a seriné, depuis trente ans, via le savant relativisme anthropologique des structuralistes, une grille de lecture différentialiste et anti-humaniste, les moulant dans une logique anti-raciste qui s’est muée en l’absurde critique de l’ « islamophobie », que plus de 30% des Français votent aujourd’hui, pour les candidats du Front National.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par cremone - 23/10/2015 - 19:07 - Signaler un abus Sancho

    Pança ? Non, c'était Don Quichotte qui se battait contre les moulins.

  • Par vangog - 24/10/2015 - 00:32 - Signaler un abus Y'a un problème là, non?

    Les anti-racistes qui abusent de l'anathème encore mieux que les supposés-racistes, eux-mêmes...si le mot "race" existe, c'est qu'il correspond à une réalité universelle, mais reconnaître les races n'est pas hiérarchiser les races! Cet amalgame à raz-de-terre, les anti-racistes s'en sont gavés jusqu'à en avoir une indigestion et à la transmettre aux Français...beurk!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Nathalie Krikorian-Duronsoy

Nathalie Krikorian-Duronsoy est philosophe, analyste du discours politique et des idéologies.
 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€