Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 11 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Assistanat : les vrais chiffres d'un fléau français

L'auteur Eric Brunet explique pourquoi des millions de Français ne se sentent plus aimés par leur pays et partent. Extrait de "Sauve qui peut !" (1/2).

Bonnes feuilles

Publié le
Assistanat : les vrais chiffres d'un fléau français

Le RSA est perçu chaque mois par 1,8 million de Français.

Un couple sans enfants bénéficiaire du RSA perçoit environ 700 euros, alors que le SMIC confère un salaire mensuel d’un peu plus de 1 000 euros. Le smicard gagne donc plus. Cependant, grâce à leur statut, les bénéficiaires des minima sociaux ont droit à de nombreux avantages que n’ont pas forcément les smicards : gratuité ou réduction sur les transports en commun, les cantines, les crèches ou les centres aérés, services de garde, tarifs sociaux du téléphone ou de l’électricité. À Paris, certains peuvent même prétendre à la coiffure à domicile.

Ces nombreuses aides (seize en moyenne, selon un rapport sénatorial) sont accordées par les municipalités et les conseils généraux. Les dépenses sociales accaparent aujourd’hui les deux tiers des budgets des conseils généraux et la dérive continue à s’accélérer.

D’après le professeur d’économie Yannick L’Horty, toutes ces aides locales peuvent représenter jusqu’à 20 % du revenu d’un foyer au RSA. Elles réduisent donc l’écart de revenu entre RSA et SMIC. Résultat, de nombreux Français se désintéressent des emplois industriels ou pénibles : faire les trois huit pour gagner 100 ou 200 euros supplémentaires est un choix que de nombreux attributaires des minima sociaux se refusent à faire. On comprend mieux dès lors que, trois ans après son lancement, le RSA ne soit pas parvenu à son objectif qui était de favoriser la reprise du travail. Il est aujourd’hui perçu chaque mois par 1,8 million de Français. Les deux tiers n’ont aucune activité et bénéficient du « RSA socle » qui correspond à l’ancien RMI et s’élève à 475 euros pour un célibataire sans enfant. Le tiers qui reste (600 000 personnes) a déjà un travail à temps partiel et reçoit le « RSA activité », en guise de complément, en moyenne 170 euros.

Le coût du RSA pour les finances publiques est loin d’être négligeable : 10 milliards d’euros, soit 4 milliards de plus que ce qui avait été annoncé à son lancement. Et encore, si les statistiques indiquent que 8 millions de personnes vivent sous le seuil de pauvreté (moins de 954 euros par mois), un bref calcul montre que près de deux bénéficiaires potentiels sur trois ne touchent pas le RSA. Si ceux-ci devaient soudain se manifester et faire valoir leurs droits, le coût de cette mesure pour les finances publiques serait multiplié par trois. Sans parler des fraudes, que la Cour des comptes évalue à 1,5 milliard d’euros (0,8 milliard d’allocations chômage indûment perçues, le 0,7 milliard restant pour la CAF).

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par la saucisse intello - 27/04/2013 - 11:01 - Signaler un abus Monsieur Brunet......

    oublie à mon avis un point important : C'est l'organisation du système qui porte en elle les abus. Les gens qui font "profession d'assistanat" ne font que bénéficier de textes LEGAUX. Permettez-moi de revenir sur mon cas personnel : Rupture conventionnelle TROIS ANS pile avant ma retraite. Avec mon indemnisation pôle-emploi mensuelle et en divisant par 36 mois la somme globale encaissée lors de mon départ, je retombais à une poignée d'euros prés sur mon dernier salaire net. Le décret du 4 juillet 2012 (carrières longues) m'a fait gagner quatorze mois.

  • Par la saucisse intello - 27/04/2013 - 11:06 - Signaler un abus Monsieur Brunet....suite (fausse manoeuvre !)

    J'ai donc bénéficié de 22 mois de "vacances" aux frais de la collectivité aprés avoir contribué plus de quarante ans quand même. Je ne connais pas un pays parmi les 18 où j'ai travaillé qui offre pareil système. Ce qui signifie que tant que l'on ne coupera pas le robinet, les abus continueront, trés souvent au détriment des plus fragiles. Voici comment un système généreux et empathique au départ se trouve totalement dévoyé. Et encore une fois, TOUTES ces situations outrancières sont LEGALES !

  • Par fms - 27/04/2013 - 11:23 - Signaler un abus désolé, j'ai ri en lisant cet extrait du dernier opus...

    de M.Brunet : utiliser une "formule emblématique" de la fondation de l'abbé pierre pour stigmatiser l'assistanat est une figure dialecticienne soviétique de la plus belle époque. respect M.Brunet respect ! bon sinon le reste est un tissu de conneries, de contresens et d'amalgames ridicules. le journalisme d'indignation fait vivre ses auteurs sur la peur de ses lecteurs.

  • Par MONTCLAR - 27/04/2013 - 12:05 - Signaler un abus @la saucisse intello

    Tout ce que vous écrivez est parfaitement exact. Mais comporte tout de même un oubli fondamental, la raison pour laquelle vous vous êtes trouvé sans emploi, économiquement improductif pendant 36 mois (et probablement désormais jusqu'à votre mort sauf reprise par vous d'un emploi). Cette raison c'est juste votre INUTILITE ECONOMIQUE. Vous pensez bien que si votre secteur d'activité avait eu un besoin impératif de vos compétences, vous auriez trouvé un emploi sans difficulté. Peut être même plusieurs employeurs potentiels auraient fait monter les enchères pour bénéficier de vos services. J'espère que vous comprendrez que je ne vise pas ici votre cas personnel. Mais dans cet espace économique unifié qu'est l'Europe, ce n'est pas par hasard que le taux de chômage global (officiel) dépasse 12%. Et il n'y a pas lieu de se glorifier que les Pays-Bas, généralement considéré comme l'un des modèles, n'affichent "QUE" 8%.

  • Par MONTCLAR - 27/04/2013 - 12:10 - Signaler un abus M. Brunet, si vous élargissiez votre champ d'analyse

    J'aimerais beaucoup que vous nous démontiez avec le même brio le système d'assistanat en vigueur en Espagne. Il n'existe pas ? Mais alors c'est merveilleux, l'Espagne est sauvée ! Allez vite porter cette bonne nouvelle à Madrid.

  • Par Cap2006 - 27/04/2013 - 12:35 - Signaler un abus vers le revenu de subsistance pour tous

    A la place de toutes les aides ....mettons en place le très libéral revenu d'existence. - un montant UNIQUE - attribué à chaque citoyen, de la naissance à la mort A priori nous avons même les moyens de le mettre proche de 500 €/mois.... Plus de fraude..... plus de couts de gestion.... avec la suppression du smic....

  • Par MONTCLAR - 27/04/2013 - 13:36 - Signaler un abus @Cap2006

    C'est évident. Et il est tout aussi évident que la multiplication des prestations de toutes natures (RSA, AF, APL,...............) va dans ce sens. Mais au lieu de chercher la simplification par la rationalisation, on complexifie en dénonçant l'assistanat au fur et à mesure qu'on le rend plus nécessaire. Donc on y va. A reculons. Bon moyen pour ne rien voir.

  • Par isaconfiture - 27/04/2013 - 13:50 - Signaler un abus L'électorat de la gauche!

    Et voilà comment on se fait un électorat sûr! Donc, notre Flamby National est bien certain de repasser en 2017. On appelle cela de la démagogie. Le revers de la médaille c'est que le niveau de notre société s'effondre ! Voilà comment les valeurs du travail sont anéanties. Allez donc proposer un emploi à des personnes qui n'ont jamais vu leurs parents se lever le matin pour aller travailler! Mission impossible! Et ces assistés n'auront aucune pudeur d'aller prétendre à leurs droits de retraite le temps venu. Voilà comment on détruit une civilisation. Isaconfiture.

  • Par Mario - 27/04/2013 - 14:10 - Signaler un abus Assistanat

    L'assistanat ne fait pas que coûter cher et empêcher de retourner au travail ,il détruit la solidarité des gens envers les autres,sachant que lorsqu'il y a un problème nous nous tournons tout de suite vers l'état ou ses représentants voire les associations . Déjà que nous vivons dans un pays ou l'affrontement et le rapport de force sont la règle ,l'assistanat finit de détruire le lien social.

  • Par dreft - 27/04/2013 - 14:29 - Signaler un abus UK: 137 milliards d'alloc

    "la somme de 77 milliards d’euros en allocations diverses [...] cette politique publique ne connait aucun équivalent dans le monde."   £115 milliards (137 Md EUR) en Angleterre rien que pour les allocs.   http://www.ukpublicspending.co.uk

  • Par titine - 27/04/2013 - 15:02 - Signaler un abus Ne parler que de ce que l'on connait

    Cela évitera de raconter des conneries et d'être assis (confortablement) sur des certitudes qui n'en sont pas, en tout cas, pour ceux qui les délivrent. Vous en êtes un exemple vivant, M. Brunet. Et ne vous méprenez pas, je n'ai jamais été de ni à gauche de toute mon existence ; en revanche, j'ai survécu à un moment donné de mon existence grâce au RMI, sans pour autant être comme vous le dites "une assistée" car des années durant j'ai cotisé, ce qui me donne le droit de ne pas me culpabiliser en fin de compte même si culpabilité et honte font partie du lot à porter par les dits assistés... Tant soit peu de pudeur ne vous ferait pas de mal en abordant certains sujets. D'autant plus que je suis certaine que vous ne connaitrez jamais une telle situation dans la mesure où votre patrimoine est suffisamment conséquent pour vous en épargner. J'ai honte pour vous bien que je ne sois pas dupe de votre "stratégie" qui consiste à faire mal et à flatter ce qu'il y a de plus abject chez l'homme par pur clientélisme, sinon vous ne vendriez rien...

  • Par la saucisse intello - 27/04/2013 - 15:17 - Signaler un abus @ MONTCLAR.....

    Justement pas ! TOUTE mon "énergie" a été consacrée à NE PAS retrouver d'emploi. J'avais opté pour la R.C une fois nanti de mes annuités pour une retraite à taux plein afin de pouvoir me consacrer au patrimoine familial dont mon père veuf depuis peu et octogénaire ne voulait plus et ne pouvait plus s'occuper. A mon niveau de qualification, si j'avais été chômeur "classique", je n'aurais eu AUCUN MAL à rebondir. J'ai donc amusé pôle-emploi avec un projet (bidon) de création d'entreprise unipersonnelle. Puis, ayant déménagé en prévision de ma retraite, j'ai bénéficié d'un long délai de reprise de mon dossier. Là, j'ai joué la même partition avec un peu de "dépression" au milieu histoire de gagner du temps jusqu'à ce que l'opportun décret du 4 juillet 2012 me permette d'attendre la fin. Précision : Mon domaine d'expertise est le démantèlement des installations nucléaires à l'arrêt. Vous connaissez le vaste champ d'action de cette activité. Juste avant mon départ, j'avais été contacté pour une mission de longue durée sur Tchernobyl à un salaire qu'il serait indécent d'évoquer ici. Mon exemple est donc bien celui de l'assistanat dévoyé que j'évoquais plus haut.

  • Par la saucisse intello - 27/04/2013 - 15:22 - Signaler un abus @ MONTCLAR (suite)....

    Normalement tout devrait bien se passer. Mais si le besoin matériel s'en faisait sentir, la prospection des sites d'emploi m'indique que la reprise d'un poste sous une forme ou sous une autre ne serait en aucun cas un souci même à 60 ans. Pour vaincre un certain ennui, il n'est d'ailleurs pas dit que je ne vais pas envisager un temps partagé ou partiel. Le contexte (et c'est paradoxal) est tellement tourmenté que de multiples possibilités existent. Il faut quand même posséder un registre professionnel étendu. C'est mon cas.

  • Par BOUNTY - 27/04/2013 - 16:34 - Signaler un abus PLUS CA PUE !!!!

    Plus c'est eric brunet. Un grand très grand nullissime ne sachant lécher que la droite la plus ringuarde du monde !!! un loser quoi....

  • Par yvonman53 - 27/04/2013 - 17:06 - Signaler un abus Qui a installé le RSA ?

    Le RSA a été mis en place par la « loi no 2008-1249 du 1er décembre 2008 généralisant le revenu de solidarité active et réformant les politiques d'insertion ». Son financement est confirmé dans les lois de Finances.

  • Par réel79 - 27/04/2013 - 17:54 - Signaler un abus Vision caricaturale classique de droite.

    Ce qui me gêne dans votre commentaire c'est que vous généralisez, en assimilant à une catégorie des situations diverses. Beaucoup de bénéficiaires recherchent un emploi. D'autre part vous prenez le problème à l'envers: ce n'est pas le fait de vouloir travailler qui donne un emploi mais l'éventuelle croissance économique qui en créé. Il n'y avait pas beaucoup de chômage pendant les 30 glorieuses. Sans la gauche le RSA n'existerait pas. Et peux vous garantir que sans le RSA il y aurait encore plus de SDF. ça se voit que vous vous n'en avez pas besoin, essayez de vivre avec 400€/ mois vous n'aurez plus le même discours.

  • Par dreft - 27/04/2013 - 18:23 - Signaler un abus @réel79 "Beaucoup de

    @réel79 "Beaucoup de bénéficiaires recherchent un emploi." . C'est bien la le probleme car le but caché du RMI est de sortir les gens des chiffres du chomage. 400000 beneficiares ne sont pas inscris a Pole Emploi.

  • Par didi59 - 27/04/2013 - 18:30 - Signaler un abus didi59

    je trouve les commentaires trés justes. Il faut connaitre le chomage, les conséquences sur la personne pour savoir quelle épreuve c'est. ET HEUREUSEMENT qu'il y a des lois pour que les personnes aient un minimum pour ne pas sombrer. Mais cela n'enléve pas la pertinence de l"article de M.Eric BRUNET; Par contre que proposez vous M.Eric BRUNET C'est bien beau de constater que notre systéme de redistribution est à bout de souffle mais il faut trouver des solutions aux personnes concernées par toutes les injustices dans la vie(désindustrialisation, maladie etc;;;° TOUT LE MONDE N'A PAS LA CHANCE D'AVOIR EU DES PESONNES QUI LES ONT AIDEES (héritage, oppOrtunité etc .. °c"est pour cela que des lois sont nécéssaires car si vous attendez que votre voisin vienne vous aider vous pouvez attendre longtemps Par contre que dans certaines situations d'aide, il y ait des injustices tout à fait d'accord c'est comme dans tout systéme, il y a toujours des personnes qui savent profiter mais au travail, c'est pareil, il y en a qui foutent rien et qui se font mousser et obtiennent les promOtions etc.. Mais vouloir casser la systéme c'est utopique ou remplacer par un encore plus injuste .il faut aménager

  • Par anubis - 27/04/2013 - 21:00 - Signaler un abus @bounty

    Toujours la remarque juste Toujours empreinte d'un profond sectarisme Tu ne sers vraiment a rien ..

  • Par Glop Glop - 27/04/2013 - 22:17 - Signaler un abus Article mal tourné ou impropre à la connaissance du réel (1/2)

    Nombre de gens se retrouvent au chômage sans pour autant être des assistés. A un autre moment, ils ont participé à la cotisation pour d'autres, et quelquefois, souvent même, leur tour arrive et c'est à eux de recevoir un droit pour tenter de rebondir, dans la majorité des cas survivre. Militaire de carrière, tout se passait pas trop mal pour les fins de mois et même assez bien quand il y avait mission à la clef. Je ne demandais rien, je n'avais pas besoin. Puis survient ce qu'on n'attend jamais, la maladie. Une maladie non reconnue, non prise en charge, par contre vous perdez votre carrière et cette maladie est professionnelle en raison de l'uranium appauvri. Vous ne mesurez pas la dimension que cela va prendre, vous vous dites que vous allez retrouver une vie active à trente balais avec vos diplômes et votre expérience. Que nenni... les symptômes sont déjà apparents et rien ne motive un employeur à vous prendre... même en vous prostituant sur votre salaire. EADS? Non, DCNS? Non, MATRA? Non, et aucune adminsitration même de l'état, ils savent déjà tout ou presque sur votre situation. Recours? Se refaire une vie, un nouveau profil. Méthode? Retourner à l'univeristé. Ce que j'ai fait

  • Par Glop Glop - 27/04/2013 - 22:25 - Signaler un abus Article mal tourné ou impropre à la connaissance du réel (2/2)

    Trois ans de droit à la reconversion en version chômage, et donc trois ans d'études universitaires s'ajoutant aux précédentes que je dois quelque part abandonner, oublier d'avoir fait, du moins partiellement. Mon secteur c'était la guerre électronique, forte demande dans ce secteur mais pas pour les handicapés non reconnus des ex-champ opérationnels de ces crises et conflits sans fin que sont ceux du Moyen-Orient. J'ai abordé la gestion, l'organisation des entreprises, le développement à l'international... pour finalement me retrouver, grâce à de vieilles connaissances et relations (GRAND MERCI A EUX) à la tête d'unservice d'une entreprise de matériels électroniques, puis à la direction de cette entreprise. La maladie, elle, ne s'arr^te pas en chemin non plus... et votre nouvelle vie s'efface pour lui laisser la place et c'est de nouveau le chôamge, la descente aux enfers, pas de soins, tout ce qui casse chez vous ne peut plus être remplacer et c'est le trou noir avec les vôtres que vous pensez à protéger en vous ôtant la vie. Et le miracle arrive, un business angel vous remet sur rails, monte avec vous votre entreprise, et je dis MERCI à tout le système qui peut garder à flots.

  • Par Glop Glop - 27/04/2013 - 22:33 - Signaler un abus Article mal tourné ou impropre à la connaissance du réel (fin)

    Alors, Monsieur Brunet, je pense que vous devriez vous abstenir de commenter un monde que vous ne connaissez sans doiute pas, j'en suis heureux pour vous et prie que tout vous en préserve ainsi que toute autre personne. Mais sincèrement, même si je suis profondément convaincu qu'un certain nombre profite outrageusement de la vache à lait qu'est la France, je suis convaincu que le plus grand nombre essaie de faire quelque chose de ce lait. Si c'téiat le contraire, on ne verrez pas autant de diplômés derrière un scanner de caisse ou remplir les coffres de voiture dans un "drive" quelconque alors que leur place est dans un bureau d'etude, une administration financière, voire même une salle de soin (eh oui). L'assistanat existe mais il faut savoir le distinguer avant d'en parler. Ce qui me gêne le plus, c'est que ce sujet soit exposé par des personnes aux revenus conséquents dont bien peu voire aucun ne se dit un jour: "tiens, demain je prends un type sous mon aile, je le remets sur les rails, et lorsque je fermerai les yeux, je partirai en sachant que j'ai fait quelque chose de bien". Combein de personnes seraient sauvés si un seul footballeur (exemple parmi d'autres) se disait "go"?

  • Par Glop Glop - 27/04/2013 - 22:42 - Signaler un abus Carrément à côté Mr Brunet

    L'aSsistanat coûte très certainement bien moins cher à la communauté que les primes d'assurance pour réparer ce que des crapules détruisent sur des biens matériels ou sur des corps humains. Payer des retraites à des étrangers n'ayant jamais côtisé en France, ça c'est une gabégie, tout comme payer des roms pour rentrer au bled avant de revenir une nouvelle fois et une autre nouvelle fois encore, sans oublier les soins que la collectivité finance à ceux qui arrivent d'ailleurs et qui pensent, à juste titre, tant le flot d'argent consacré est grand, que le fric s'imprime un peu partout au fond des caves françaises. Payer des chambres d'hôtels à des bledards venus glander en France et cracher à la gueule des autochtones, ça c'est une connerie. Etc... etc... et quand on met tout bout à bout, c'est un budget énorme totalement injustifié que seule la France déploie en disant à ces contribuables que c'est la grande générosité de la France, pour s'éviter sans doute que nos voitures ne brûlent encore mieux que déjà.

  • Par MarieF92 - 28/04/2013 - 00:06 - Signaler un abus Pourquoi?

    Pourquoi parler d'assistanat pour les pauvres et de "subventions" pour les entreprises? 10 milliards pour le RSA mais 50 milliards de fraude fiscale et quelques dizaines de milliards de fraude à la TVA .... Arrêtez de taper toujours sur les mêmes...

  • Par daphné - 28/04/2013 - 08:08 - Signaler un abus monsieur Brunet est bien informé

    Effectivement Monsieur Brunet est bien informé sur ce qu'est la réalité de l'aide sociale. Mais ce qu'il dénonce est encore light par rapport à ce qui se passe en vrai. Pourquoi n'y a jamais t-il eu d'évaluation de la politique sociale en France ? Plusieurs gouvernements s'y sont essayé mais tous ont reculé devant les réalités qui étaient mises à jour. Il y a bien une raison, non. A quand une réelle évaluation des coûts exorbitants de cette politique tonneau des Danaïdes. Lisez les livres de Maurice ALLAIS, seul prix nobel français d'économie pour vous ouvrir enfin les yeux!

  • Par Gégé Foufou - 28/04/2013 - 08:09 - Signaler un abus Trés bien

    Toutes ces aides permettent de conserver la paix sociale, OK MAIS RESERVEZ LES AUX PERSONNES AYANT UNE CARTE D IDENTITE FRANCAISE ET SEULEMENT A ELLES

  • Par zebulon54 - 28/04/2013 - 09:21 - Signaler un abus Il y a peu,

    le Pôle Emploi, comme il est habituel, me convoque pour un entretien qui ne dure que quelques minutes mais qui leur permet de mettre à jour leur comptabilité mensuelle. J'en sorts comme j'y étais entré, sans aucune perspective nouvelle. Un mail très court sur mon portable, quelques jours après, qui m'annonce qu'il y avait une offre d'emploi de chaudronnier, pour moi à venir retirer dans leurs locaux. Je m'y rends au plus vite et quelle surprise, on me tend un document stipulant le nom de mon futur employeur. En en prenant connaissance, je me rends compte que l'adresse de mon futur employeur n'était autre qu'une agence d'intérim qui possédait déjà mon CV. L'offrre d'emploi avait déjà été distribuée aux multiples agences d'intérim qui "fleurissent" avec la "crise" et sa valeur était déjà nulle avant d'être "captée" par un des agents de ce Pôle. Un simple exemple de l'anarchie que la situation économique a générée. Qui accuser? L'entreprise qui n'a aucune confiance en l'institution ou l'institution qui n'a pas su s'adapter à l'évolution de la demande?

  • Par Richard006 - 28/04/2013 - 13:54 - Signaler un abus Combattre la pauvreté c'est d'abord combattre nos préjugés !

    les pauvres sont des pros de la fraude aux aides sociales .. le cancer de l'assistanat ... - Fraude au RSA = 60 millions d'euros - Travail non-déclaré par les entreprises = 190 millions d'euros - Fraude Fiscale = 2989 millionss d'euros la fraude au RSA est dérisoire, comparée à la fraude aux cotisations sociales ou à la fraude fiscale .. mais quand on souhaite détourner la colère d'un peuple, on doit trouver des boucs émissaires et pendant que la masse crache sur les "fainéants qui profitent du système", les gens ne comprennent pas la vraie cause de leurs malheurs ..

  • Par Nathalie m - 28/04/2013 - 23:42 - Signaler un abus @richard006

    Quels préjuges? Ça fraude ? Oui...car quand l'argent est bien utilisé, il n'y a aucune raison de frauder... Depuis quand entretenir quelqu'un qui ne travaille pas est SAIN ? Le but de la vie est d'avoir un travail!!!! On traite les choses a l'envers? Ou est la dignité de l'être humain ? Ah, c'est sur, cela fait des années que l'on verse le rsa(1988), que c'est devenu normal et un du pour beaucoup de personne. Ou est la promotion de la valeur travail, effort, valorisation de l'être humain???? On tire le niveau par le bas depuis les années 80 (chercher l'erreur historique)+ les 35 h... Je ne vais pas quand même vous raconter l'histoire du "socialisme expliqué aux enfants"...c'est pourtant simple et d'une logique imparable... Et, il faudrait que nous nous affranchissions de nos préjugés? On rêve!!!! Au secours, la connerie nous envahi....

  • Par Richard006 - 29/04/2013 - 22:25 - Signaler un abus @ Nathalie m

    Il me semble que vous n’avez pas compris le sens de mon intervention. Vous me reprochez de prendre le parti des fraudeurs alors que, dans aucune de mes phrases, je ne trouve les mots qui ont pu vous laisser penser que : - le but dans la vie n'était pas d'avoir un travail - ne pas travailler était sain Je voulais simplement replacer le phénomène de la fraude aux prestations sociales dans un contexte plus général pour relativiser la portée du terme "Fléau" utilisé par l'auteur de cet article. Il se trouve que, dans le dictionnaire, ce mot désigne une grande calamité ( désastre ) : par exemple, on peut considérer qu'une guerre est un Fléau .. En ce qui concerne l'assistanat, je ne pense pas que ce terme soit approprié, de la même manière que le mot "cancer", eu égard au montant dérisoire de la fraude au rsa comparé à ceux de la fraude aux cotisations sociales ou de la fraude fiscale : 60 millions d'euros ( selon la CAF ) contre 3179 millions d'euros ! Concernant la mention "combattre la pauvreté c'est d'abord combattre nos préjugés", il s'agit du slogan de la campagne de ATD Quart Monde qui dénonce la stigmatisation permanente qui touche les personnes en situation de pauvreté.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Eric Brunet

Eric Brunet est l'auteur de l'Obsession gaulliste aux éditions Albin Michel (2017). Il présente Radio Brunet tous les jours sur RMC de 13 heures à 15 heures

Il a par ailleurs publié Etre de droite, un tabou français (Albin Michel, 2006) et Dans la tête d’un réac (Nil, 2010).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€