Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 30 Juillet 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Après les débordements de Calais : entre extrême-gauche et extrême-droite, la plus grande menace pour l’ordre public est-elle celle que l’on croit ?

En marge d'une manifestation pro-migrants organisée à Calais ce weekend, plusieurs débordements ont été signalés. Après la manifestation, près de 500 personnes auraient forcé un barrage de CRS, et une trentaine d'individus ont été appréhendés par la justice pour s'être introduits dans un ferry britannique. La manifestation était composée de migrants et de militants No-Borders.

Evolution de la menace

Publié le - Mis à jour le 29 Janvier 2016
Après les débordements de Calais : entre extrême-gauche et extrême-droite, la plus grande menace pour l’ordre public est-elle celle que l’on croit ?

Atlantico : Financement, revendications, mode opératoire... En quoi ce mouvement consiste-t-il, et de qui est-il composé ?

Alain Bauer : Comme les Black Blocks, les No Borders sont un réseau politique anticapitaliste et anti frontières. Ce sont des militants déterminés et décentralisés qui fonctionnent depuis le début 2000 et qui se sont développés dans le monde entier. On ne note pas de structures ni d'investissements mais le mouvement s'inscrit dans une nébuleuse qui va des manifestations antiG7 ou 8 ou 20, anti COP, anti institutions, etc…. Le mouvement de Calais est le plus ancien et le plus structuré puisque les premières opérations des No Borders datent de 2009 (Calais Migrant Solidarité).

Christophe Naudin : Les mouvements anarchistes et nihilistes sont pluriels même s’ils partagent des valeurs communes : celles de vouloir anéantir la société occidentale dans l’espoir de bâtir un monde alternatif… Les no-borders sont opposés au concept de frontières. Pourquoi pas. Mais est-ce réaliste ? Pilotés par l’extrême gauche, voir l’Ultra-Gauche, ils sont persuadés d’être une minorité éclairée qui détient nécessairement raison et vérité. A contrario, le peuple est dans l’erreur et les politiques entretiennent ce manque de discernement. José Bové, pourtant député européen écologiste, ancien condamné multirécidiviste, appelle à la désobéissance et n’hésite pas à menacer le président de la république de troubles à l’ordre public parce qu’une minorité militante conteste une décision de justice prise par le TGI de Nantes. Pour les no-borders, les frontières doivent être supprimées. Utopie géniale irréalisable, car les droits dont bénéficient les militants et aussi les étrangers qu’ils défendent, ont besoin de limites pour s’exercer. Pas grave, le mode opératoire est toujours de provoquer une rupture auprès des forces de l’ordre en les débordant, ou de détruire les symboles (grillage, mûrs, portes, matériels de contrôle, etc.). A chaque fois, des centaines de milliers d’Euros de dégâts que seule la collectivité assume, parce que la justice bienveillante, veille à ce que ces actions soient requalifiées en acte de première nécessité, non sanctionnables en droit.

En fait, le dispositif intellectuel n’est pas si différent de celui des islamistes djihadistes. Manipulation mentale, déconstruction psychologique sont les ressorts les plus marquants de la stratégie des no-borders. Quant au financement, il est totalement occulte. Les cotisations des membres sont symboliques et insuffisantes. Beaucoup de ces mouvements usent du « street fund-raising », un système de donation anonyme de rue, qui ne permet évidemment aucune traçabilité des donateurs ou de l’argent récolté. Bien pratique…

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par de20 - 26/01/2016 - 10:09 - Signaler un abus A l ouest rien de nouveau:

    A l ouest rien de nouveau: une extreme droite psychorigide ringarde et une extreme gauche protéiforme choyée. On serait ravis de connaître les Elites complaisantes a l égard de ces derniers quoi qu il n a pas bien loin a aller chercher : Notre Ministre de l Education Nationale en est la lumière soit par couardise ou bien au motif de laize REPUBLIQUE.

  • Par tubixray - 26/01/2016 - 10:43 - Signaler un abus Et pour les habitants de Calais + Grande Synthe ?

    Tous ceux habitants à proximité de ces 2 camps vivent dans la terreur, combien d'articles pour exposer leur détresse ???? Ne serait il pas temps d'en finir avec les solutions "humanitaires" et utiliser des moyens en rapport avec la guérilla urbaine organisée par les associations d'extrême gauche anti républicaines ?

  • Par Lafayette 68 - 26/01/2016 - 11:48 - Signaler un abus Les extrêmes en France

    En France "la peste rouge" a toujours été ,sinon considérée , acceptée voire excusée (voir médias , enseignement , manuels scolaires, partis politiques de gauche qui s'allient...). Mais , même calme ,à l'autre bord , où sont les hordes de casseurs ?le FN , jugé d'extrême droite , fasciste , nauséabond , infréquentable , pas républicain on l'a vu aux régionales , peur de la guerre civile (Valls)et j'en passe ...(Bourdin qui ose une comparaison avec daesh) 2 poids 2 mesures en France...Justifié ?

  • Par Anguerrand - 26/01/2016 - 14:30 - Signaler un abus Ces " gentils " immigrés qui sont sur notre sol

    Sans la propagande officielle, ils apparaîtraient comme des lâches qui ont abandonné femmes et enfants à Daech. Chacun sait ce qu'il advient à ces femmes et aux enfants. Au pire ils sont dès déserteurs qui n'ont pas le courage de lutter contre leur ennemi Daech et demande à l'Occident de les prendre en charge, de leur procurer un habitat décent, prennes le droit de violer nos femmes qui sont des putains car non voilées, ( viols dans12 lands sur 16 en Allemagne et pas seulement aCologne) et d'accepter qu'ils manifestent ou se tabassent entre eux. Ça ne les dérangent pas que nos soldats se fassent tuer à leur place.

  • Par vangog - 26/01/2016 - 19:50 - Signaler un abus Allez sur le site de la CNT confédération nationale (sic)

    des travailleurs (re-sic)-vous savez, ceux qui ont tagué la statue de De Gaulle- et vous comprendrez leurs méthodes...les termes employés laissent peu de doutes sur la manipulation mentale opérée sur des esprits faibles: "méthodes de voyous, entreprise négrière, atteinte à la liberté syndicale, complices des voyous, répression syndicale..." Tout est fait pour exciter la solidarité aveugle et la colère...ceci permet de comprendre que ceux à qui l'on répète, comme un mantra, que les autres sont des voyous, se comportent, eux-mêmes, comme des voyous...ces méthodes sont les méthodes du trotskysme, faites d'entrisme et de manipulation mentale et elles ont parfaitement fonctionnées sur des gouvernements faibles, depuis quarante ans...on est atterré de lire que les dégradations commises par les syndicalistes et les groupuscules d'ultra-gauche ne sont pas condamnées! A propos de financement, ne cherchez plus! Il provient du syndicalism, c'est-à-dire des con-tribuables et des mutuelles étudiantes qui, autrefois, servaient à financer le socialisme, et qui financent, aujourd'hui, les fascistes d'extrême-gauche...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Alain Bauer

Alain Bauer est professeur de criminologie et enseigne à Paris, New-York, et Pékin. 

Il est notamment l'auteur de "Les polices en France" (PUF, 2010), "Les politiques publiques de sécurité" (PUF, 2011),"Dernières nouvelles du crime" (CNRS, 2013) et "Le terrorisme pour les Nuls", coécrit avec Christophe Soullez (First, 2014).

Voir la bio en entier

Christophe Naudin

Christophe Naudin est criminologue, docteur de la Sorbonne, chercheur enseignant pour l’Université Paris II Panthéon-Assas. Spécialisé dans la lutte contre la criminalité identitaire et le terrorisme aérien, il est également formateur pour la police nationale et la gendarmerie nationale. Il a exercé pendant 20 ans dans de nombreux pays sur les 5 continents, dans le cadre de la coopération technique policière et de défense.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€