Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 29 Juin 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Apprendre à gérer ses émotions au travail et gagner en efficacité et en épanouissement au bureau

Deuxième épisode de notre série sur les émotions. Ne pas être capable de gérer ses crises d'angoisse, de stress au bureau peut être mal vécu. Dans la mesure où les émotions ne peuvent être ignorées indéfiniment, apprenons à mieux connaitre celles qui nous font défaut pour ensuite être capable de les gérer.

Bien travailler

Publié le - Mis à jour le 31 Décembre 2014

Atlantico : En 2014, les risques de Burn Out concernent 12% de la population active française, selon une étude réalisée par Technologia, un cabinet d'évaluation et de prévention des risques au travail. Dans quelle mesure peut-il s'agir des conséquences d'une mauvaise gestion de ses émotions au travail ?

François Baumann : Le Burn Out n'est pas uniquement en rapport avec une mauvaise gestion des émotions au travail. Mal gérer ses émotions signifie laisser celles-ci s'exprimer, en positif comme en négatif, au mauvais moment. C'est certainement un handicap remettant en cause la personne, qui s'est exprimée parfois un peu vite, et ses relations avec les autres en général. L'exemple de la colère qui est globalement une émotion négative est très significatif. On peut regretter après coup une colère subite qui peut se traduire, pour les collègues, par un manque de contrôle de soi et peut être le début d'une souffrance au travail ou d'un Burn Out.

Mais il existe bien d'autres raisons de développer un Burn Out dans la mesure ou la bonne ou la mauvaise conduite de ses émotions n'étant qu'une partie du problème. Cette gestion difficile s'associe plus généralement à un caractère perfectionniste qui, précisément, peut empêcher de relativiser les événements bons ou mauvais de la vie. Ceci entraine irrémédiablement des réactions inconsidérées et donc l'expression d'émotions déplacées ou inadéquates. Ainsi les remarques de collègues ou de supérieurs hiérarchiques, même si elles ne supposent pas toujours une agressivité importante ou menaçante pour la personne, peuvent entraîner des réactions vives, dépressives, comme, par exemple, des crises de larmes , des insomnies, de la tristesse; tout cela n'étant sans rapport avec la gravité de la cause initiale.

Le Burn Out est généralement dû à l'accumulation d'un surmenage important qui est, dans tous les cas, mal toléré par la personne. Sur cinq personnes soumises au même stress, deux ou trois pourront développer un Burn Out, alors que les autres, mieux défendus ou probablement préparés émotionnellement, n'iront pas jusqu'à cette maladie grave .

Catherine Berliet : Personnellement, mon expérience au cœur des entreprises m’oblige à apporter un bémol en évitant d’associer exclusivement le Burn Out au facteur de la mauvaise gestion des émotions au travail.  L’homme étant traité comme « une ressource humaine » et, utilisée en tant que telle, les conditions de son exploitation deviennent aujourd’hui bien souvent inhumaines. N’en déplaise aux diktats Corporate brandissant des valeurs de façade érigées en totems et viatiques pour préfigurer un univers professionnel conforme, normalisé, pasteurisé et à priori dénué de risques psycho-sociaux. Vœux pieux et propositions dévoyées. L’incertitude grandissante, les contraintes incessantes, la pression du rendement, la nécessité de la performance, exercent un joug qui pourrait être structurant et motivant s’il était associé à une reconnaissance, à une loyauté, à un véritable respect. Or il n’en est rien, les dés sont pipés, les règles du jeu bafouées,  ceux qui managent sont eux-mêmes livrés aux fluctuations et aux errances d’un marché mondial devenu incontrôlable et imprévisible, laissant libre cours à tous les contournements.

En France, la montée du chômage a inversé le rapport de force. Ce rapport crée une pression et un cercle vicieux qui n’agit pas en faveur de la sérénité des salariés. Le ratio est déséquilibré et pousse chacun à se surpasser, souvent sans vision, avec le sentiment de ne pas avoir la main et de ne plus comprendre le sens, avec le spectre d’être interchangeable aussi.  Qu’en serait-il si le rapport de force s’inversait dans un contexte de pénurie de main d’œuvre ? Prenons l’exemple des industries à haute valeur ajoutée dans la Silicone Valley où le rapport est plus équilibré, où les horaires sont flexibles, où les salaires sont très élevés, et les avantages en nature substantiels, parle-t-on autant de Burn Out dans ce contexte là ? Et si c’était un mal français ?

Le Burn Out survient lorsque les personnes concernées ont le sentiment de ne pas disposer des ressources nécessaires pour accomplir leurs objectifs et qu’elles n’ont plus le choix. Ce qui m’amène à penser que ces mêmes personnes n’ont pas su, à un moment donné, alerter leur hiérarchie, dire non, parler d une difficulté ou d’une surcharge de travail. Il s’agirait donc plus de la non expression d’un ressenti ou d’un manque de communication. Le mutisme est de mise et vient plomber les esprits sans les délivrer.

On ne peut pas constamment cacher ce que l'on ressent. Mais nos émotions, autant positives que négatives, constituent le plus souvent une gène. Quelles méthodes peut-on donner aux salariés pour apprivoiser leurs émotions ?

François Baumann : Il n'y a pas de méthode "magique" pour apprivoiser ses émotions. Il est simplement nécessaire de réfléchir avant d'exprimer une idée ou bien de ne pas confondre émotion superficielle et sentiment profond. On peut avoir le sentiment d'une injustice et se révolter de façon logique. Par contre une réflexion déplacée de l'un ou de l'autre peut entraîner une réaction émotionnelle qu'il sera alors préférable de contenir par le fait qu'elle est plus superficielle et aussi plus passagère. Pourquoi ne pas en parler pour l'évacuer ?

Catherine Berliet : Nos sociétés fabriquent des personnages lisses, des univers  tout aussi édulcorés où chacun est soumis à la double contrainte : assurer quoiqu’il arrive et faire comme si tout allait bien, comme s'il approuvait, comme si rien n’avait prise sur lui. Le doigt sur la couture du pantalon, je suis un parfait robot… Surtout ne jamais faire de vagues,  voilà bien ce qui musèle et désespère sur le long terme. Les salariés  se donnent le rôle de l’enfant soumis au bon vouloir d’une direction qui souvent perd le sens du bien être au profit du cap financier.

La plus grande méprise réside dans le fait que les collaborateurs pensent que les émotions n’ont pas leur place dans l’entreprise. Erreur fatale, car s’il n’y a pas de place pour l’affectivité et le pathos, il reste une place immense pour le ressenti. L’émotion qui monte en nous surtout si elle est négative, comme la colère, la tristesse, la honte ou la peur sont des baromètres qui nous apprennent beaucoup sur nous mêmes et sur ce qui menace notre intégrité, nos valeurs, notre éthique. Reconnaissons ces émotions, laissons-les émerger, sans les ignorer. Et c’est en leur donnant la parole qu’elles s’exprimeront à bon escient, de façon régulée,  sans monter au cocotier.

Les méthodes sont multiples, et la psychologie humaniste nous apporte une hygiène de vie qui fait appel à la fois à l’intelligence émotionnelle,  à la mise en avant de l’attitude permanente positive, de l’optimisme, de la respiration ou de la préparation mentale. Apprivoiser ses émotions est l’apanage de l’âge et ce n’est rien d’autre qu’une approche des émotions par l’intelligence des situations. Vous pourrez utiliser la stratégie rationnelle émotive qui consiste à décortiquer toutes les étapes d’une situation anxiogène : identifier l’élément déclencheur, pointer les réactions associées, capter la pensée automatique qui vient à l’esprit, et lui opposer à postériori une pensée rationnelle. Tout ceci suppose une distanciation salutaire proche de la secondarité et bien éloignée de la spontanéité et de la primarité du jeune enfant qui n’utilise aucun filtre entre son ressenti et le monde qui l’entoure.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

François Baumann

François Baumann est médecin généraliste, fondateur de la Société de Formation Thérapeutique du médecin Généraliste (SFTG). Intéressé par toutes les dimensions des Sciences Humaines et Sociales qui participent à une meilleure santé des hommes, il a publié de nombreux ouvrages sur ces thèmes. Il est également enseignant à l'Université Paris V et membre du comité Scientifique International de l'UNESCO (département de Bioéthique).

Il est auteur de Burn Out : quand le travail rend malade, paru aux éditions Josette Lyon. "Après le burn-out" sort en librairie le 30 septembre 2015. En janvier 2016, il publiera également "Le bore-out, quand l'ennui au travail rend malade".

Voir la bio en entier

Catherine Berliet

Catherine Berliet intervient depuis 15 ans en conseil, formation, coaching de cadres et dirigeants pour le compte de grandes entreprises françaises. Diplômée en communication, elle est également thérapeute, praticien en Rêve Eveillé libre. Elle est co-auteur de : Et si je choisissais d’être heureux  ! : Le bonheur mode d’emploi  paru en juillet 2014 aux Editions Eyrolles, Manager au quotidien et Les outils de développement personnel du manager aux Editions Eyrolles. Elle est auteur de Et si je prenais mon temps aux Editions Eyrolles.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€