Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 12 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

AMF : Emmanuel Macron assène deux longues heures de discours aux maires pour peu de contenu et beaucoup d'effets d'annonce

Le discours du président lors du 100ème congrès de l'Association des Maires de France a été l'occasion de l'annonce de la création d'une (nouvelle) agence pour les territoires, mais surtout d'un long panorama sur la situation des communes.

A quand la synthèse ?

Publié le
AMF : Emmanuel Macron assène deux longues heures de discours aux maires  pour peu de contenu et beaucoup d'effets d'annonce

Le président Macron a parlé pendant près de deux heures devant le 100ème congrès de l'Association des Maires de France. Des annonces ont été effectuées mais subtilement délayées dans une forme de verbiage que Jacques Chirac n'aurait pas renié.

Quel dommage de n'avoir pas été plus vite à l'essentiel car les questions de fond sont nombreuses et il est regrettable que la longueur du propos n'ait été actionnée que pour amadouer les participants.

En fait, il était assez pathétique de voir – grandeur nature – le premier des Français pratiquer la câlinothérapie pour mieux s'assurer quelques séquences d'applaudissements.

L'introduction du propos présidentiel a été réalisé par François Baroin qui n'a pas joué les chauffeurs de salle mais a posé avec dignité et densité un certain nombre de problématiques.

Après avoir abordé la question de la baisse des dotations ( moins 13 milliards en 5 ans ), il a souligné le " déficit de considération " dont souffre la plupart des élus locaux et singulièrement des maires.

François Baroin a plaidé pour une initiative que j'estime opportune et réaliste : la création d'un projet de Loi de finances pour les collectivités locales qui viendrait compléter l'existence du PLF ( le budget de l'Etat ) et le PLFSS.

Sur ce point, Emmanuel Macron n'a pas répondu et a eu une amorce de discours assez sirupeuse.

Il a proposé trois " combats " : celui de la préservation des moyens financiers, celui d'une plus grande autonomie des collectivités locales et enfin celui de " l'Etat facilitateur ".

Le président Macron s'est engagé à " une stabilité des concours financiers de l'Etat " et a érigé cette proclamation au rang solennel " d'engagement ".

Il est resté muet sur les considérations portant sur la solidarité entre les communes et a renvoyé ces questions cruciales de péréquations horizontale et verticale à l'agenda de la future " Conférence des Territoires " de décembre.

Un peu plus loin dans son propos, il a évoqué la mission confiée sur ce thème à Alain Richard et Dominique Bur en précisant qu' " une vraie refonte " de la fiscalité locale trouverait place dans les textes budgétaires de 2020.

On parle, on parle et le big-bang viendra peut-être dans plus de trois ans…

De manière plus immédiate, il a confirmé ce que le PLF 2018 comporte déjà à savoir la baisse de 80% de la Taxe d'habitation d'ici 3 ans. Ce qu'il faut noter, c'est l'incise présidentielle qui a souligné avec un regard appuyé que " la taxe d'habitation est aveugle sur la surface contributive ". 

Autrement dit, l'ancien inspecteur des Finances a d'office indiqué par avance que la future fiscalité locale serait liée aux revenus du contribuable ! Il n'est nul besoin d'être économiste pour en déduire que l'impôt local – peu importe son nom et ses alentours cosmétiques – sera plus onéreux que la situation présente.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 24/11/2017 - 10:25 - Signaler un abus Ah le socialisme (masqué car honteux) et les agences....

    une longue histoire de corruption qui coûte cher à la France mais ne rapporte rien...on se souvient de la dernière bourde en date de l’agence de sécurité (sic) du médicament qui a mis dans la panade des centaines de milliers de Français qui absorbaient, sans danger, « l’ancien levothyrox », mais que son directeur a obligé à absorber, avec danger, le « nouveau levothyrox »...il fallait bien qu’il justifie son salaire, le pauvre homme!

  • Par cloette - 24/11/2017 - 16:47 - Signaler un abus Il se fait une clientèle pour 2022

    ceux qui sont dispensés de taxe d'habitation , 80% , les autres pas grave il sera ainsi majoritaire dans les urnes . C'est ainsi que Chavez ou d'autres se sont maintenus ou se maintiennent au pouvoir . Alors que un bon leader ferait en sorte qu'avec un chômage en baisse des salaires plus forts pour tous, des conditions de travail meilleures, la dignité et le travail bien fait ainsi que la joie de vivre donnerait un pays qui va bien et qui réélit son leader parce qu'il est juste ,bon, compétent . Mais ça ça n'existe plus dans ce pays qui est devenu un pays de merde .

  • Par Beredan - 24/11/2017 - 18:52 - Signaler un abus Promesses , truismes et câlineries ....

    Dans un amphigouri brumeux où il excelle , le cabotin a magistralement anesthésié un auditoire désorienté ...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Yves Archer

Jean-Yves Archer est économiste, spécialisé en Finances publiques. Il dirige le cabinet Archer, et a fondé le think tank économique Archer 58 Research.
 
Né en 1958, il est diplômé de Sciences-Po, de l'ENA (promotion de 1985), et est titulaire d'un doctorat en Economie de l'Université Paris-I Panthéon-Sorbonne.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€