Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 15 Août 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Alexander Fleming : "J’ai découvert les antibiotiques par hasard, mais contrairement à la rumeur, je n’ai jamais sauvé Winston Churchill de la mort"

Série de l’été : Entretien avec ceux qui ont change le monde : les grands inventeurs de l’histoire. Aujourd'hui Alexander Fleming.

Atlantico Business

Publié le
Alexander Fleming : "J’ai découvert les antibiotiques par hasard, mais contrairement à la rumeur, je n’ai jamais sauvé Winston Churchill de la mort"

 Crédit AFP

Alexander Fleming fait partie de ces médecins qui expliquent que leur découverte est le fruit du hasard alors qu‘elle a complètement révolutionné la médecine moderne et permis de sauver, à ce jour, un demi-milliard d’individus condamnés par la maladie et offert 10 années d’espérance de vie supplémentaire à toute l’humanité. Alexander Fleming était médecin et au début du 20ème siècle, il a découvert la pénicilline, la première substance antibiotique. Cette découverte lui a valu le prix Nobel en 1945.

Mais a aussi permis de faire des progrès énormes en immunologie et plus tard en chimiothérapie. Les travaux d’Alexander Fleming, qui ont permis le développement des vaccins ont contribué à sauver l’humanité de la tuberculose, puis de la syphilis, et sans doute de la grippe...

Il y a un débat parmi les biographes et les historiens sur les débuts de sa vie. La vie d’Alexander Fleming aurait été bouleversée dans son enfance par une rencontre extraordinaire, une sorte de miracle qu’il n’a jamais voulu confirmer quand la presse lui demandait de la raconter. Cette rencontre vraie ou pas, a contribué à la légende d’un homme hors du commun.

Légendaire ou pas, cette rencontre vaut d’être racontée... Ça pourrait commencer comme un conte de fée. Une rencontre entre un prince et un fils de paysan.

Il était une fois Fleming, un pauvre fermier écossais qui vivait dans le village de Moch Field, dans la région du Yorkshire. Ce paysan travaillait dur dans son champ, afin de subvenir aux besoins de sa famille composée de huit enfants.

Un jour, qui ressemblait à tant d’autres, il entendit résonner un cri, en provenance d’un marécage tout proche. Des hurlements sous forme d’appel au secours. Ni une ni deux, il abandonna ses outils de travail, s’y précipita et y découvrit un jeune garçon enfoncé jusqu’à la taille dans une mare de boue. Apeuré, l’enfant criait, tentant de s’en libérer.

Sans hésiter une seule seconde, le paysan n’écouta que son courage et évita au jeune garçon une fin des plus tragiques. Il le ramena à la ferme où son épouse prit soin de lui, avant de le laisser rentrer.

Le lendemain, un magnifique attelage, celui d’un homme riche, s’arrêta devant la ferme. Un seigneur élégamment vêtu descendit les trois marches de son fiacre et se présenta comme le père du jeune garçon sauvé la veille.

Je suis le père de l’enfant que vous avez sauvé hier. Monsieur, je ne saurais comment vous remercier. Je veux vous récompenser pour votre peine et votre courage. Vous avez sauvé la vie de mon fils, dit-il.

Non, je ne peux accepter d’être rétribué pour ce que j’ai fait. Nous aurions tous fait la même chose, c’est tout à fait normal. Ce que j’ai fait n’a rien d’exceptionnel, répondit le fermier écossais.

Ne pouvant contenir sa curiosité, le fils du fermier, âgé d’environ 10 ans, rejoignit son père à la porte.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Olivier62 - 08/08/2018 - 10:38 - Signaler un abus L'industrie pharmaceutique à l'oeuvre

    "Il a fallu attendre la deuxième guerre mondiale [pour qu'on utilise la penicilline] parce que l’industrie pharmaceutique avait beaucoup investi dans les sulfamides." Autrement dit on a bloqué la pénicilline pour maintenir les bénéfices de l'industrie pharmaceutique. Combien de morts à la clé ? Mais il est vrai que le comportement de cette industrie n'a guère changé, il suffit de voir les chimiothérapies anti-cancéreuses largement inutiles et vendues à la sécu un prix exorbitant !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Marc Sylvestre

Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.

Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.

Il est aussi l'auteur du blog http://www.jeanmarc-sylvestre.com/.

Voir la bio en entier

Aude Kersulec

Diplômée de l'Essec, Aude Kersulec est specialiste de la banque et des questions monétaires. Elle est chroniqueuse économique et blogueuse. 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€