Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 29 Septembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Alain Juppé et Emmanuel Macron, chouchous 2016 des Français ; mais auront-ils les ressources politiques nécessaires pour échapper à la malédiction de ceux qui font trop tôt la course en tête ?

Publié ce dimanche 17 janvier, le sondage Odoxa-Le Parisien/Aujourd'hui en France présente Emmanuel Macron et Alain Juppé comme les candidats préférés des Français pour l'élection présidentielle de 2017. Le premier recueille 53% de bonnes intentions, le second 57%.

Désillusion en approche

Publié le - Mis à jour le 22 Janvier 2016
Alain Juppé et Emmanuel Macron, chouchous 2016 des Français ; mais auront-ils les ressources politiques nécessaires pour échapper à la malédiction de ceux qui font trop tôt la course en tête ?

Atlantico : D'après un sondage Odoxa paru ce dimanche 17 janvier, Emmanuel Macron et Alain Juppé font office de candidats préférés des Français, pour la droite comme pour la gauche. Alain Juppé remporte 57% de l'opinion et Emmanuel Macron 53%. Faut-il s'attendre, cependant, à ce qu'ils soient les candidats des deux grands partis en 2017 ? Qu'apprend-t-on concrètement de ce sondage ?

Roland Hureaux : Depuis que les sondages existent, ils favorisent  les personnalités qui se trouvent à la limite de la droite et de la gauche : à la gauche de la droite ou l'inverse.

Les exemples sont nombreux : Simone Veil, Jacques Delors, Bernard Kouchner, Jean-Louis Borloo. C'est normal : ils bénéficient d'opinions favorables dans leur camp (quand ils n'en changent pas comme Kouchner) et dans le camp d'en face.

Par ailleurs, les médias préfèrent les dissidents. Un socialiste qui se situerait dans le tout venant du parti socialiste ne les intéresse pas. Mais s'il est quelque part dissident en tenant des propos de droite, les micros se tendent vers lui. C'est le cas de Macron. Ce fut autrefois en sens inverse le cas de Roselyne Bachelot qui sortit de l'anonymat parce qu'elle était la seule femme de droite à être pour le Pacs. Si elle avait été pour le Pacs et socialiste, elle n'aurait pas intéressé. 

Mais ces hautes cotes de popularité n'ont jamais eu, à ce jour, de débouché électoral. Mitterrand, Chirac, Sarkozy ont été élus au centre de leur camp, pas à ses marges. Hollande aussi d'une certaine manière : "je suis un candidat normal" voulait dire "je suis un candidat socialiste normal".

Cela s'applique à Macron, que ses déclarations paradoxales pour un ministre socialiste ont propulsé très vite dans les sondages grâce à un apport important de suffrages de droite, sans qu'il ait pour autant une véritable assise quelque part. 

Le cas de Juppé est plus complexe. Il a, lui, une véritable assise historique (ancien Premier ministre), géographique (maire de Bordeaux), et partisane à l'UMP. Ses positions qui paraissent modérées puisque il ne veut apparemment rien remette en cause de l'héritage socialiste lui valent une certaine popularité à gauche, sans en faire pour autant une personnalité "volatile". 

En dépit de leur popularité auprès de l'ensemble des Français,  que représentent Emmanuel Macron et Alain Juppé auprès de leur camp respectif ? Disposent-ils de la capacité nécessaire pour rassembler chez eux avant de prétendre pouvoir concourir à l'élection de 2017 ?

Macron n'a pas d'assise propre, je vous l'ai dit. Personne ne le connaissait il y a quelques mois. Il a été propulsé sur le devant de la scène par François Hollande qui cherchait à élargir sa base vers la droite. Taubira pour l'extrême gauche, Macron pour le centre droit, il ratisse large. Mais Hollande veut se représenter, il ne pense même qu'à ça, dit-on ; Valls veut peut-être aussi se présenter. Ces deux là sont de vraies bêtes politiques avec une forte assise dans leur parti. Si Macron venait à leur faire ombrage, je pense qu'il serait vite renvoyé à la Banque Rothschild. Je pense en outre que la personnalité de Macron suscite quelques crispations à la gauche de la gauche, mais, après tout, ces gens ont bien voté Estrosi quand on le leur a demandé, alors ! 

Juppé, ce n'est pas pareil. Il fait aujourd'hui la course en tête au sein de  l'UMP, du fait de l'usure de l'image de Sarkozy et de la discrétion de Fillon. Si la primaire avait lieu demain et l'élection présidentielle après-demain, il serait à coup sûr élu. 

Son risque est de laisser trop d'espace entre Marine Le Pen et lui. Si l'espace est trop large, quelqu'un pourrait s'y engouffrer. Et si personne ne s'y engouffre (en dehors de Dupont-Aignan), il semble que 4 ou 5 % de l'électorat irait vers le Front national, ce que Juppé rattraperait assez facilement sur la gauche. Cela explique son démarrage en fanfare sur le thème assez droitier de la sécurité qui n'est pas mal pensé. 

Mais est-il nécessaire de dire que si  les sondages donnent aujourd'hui à Alain Juppé des scores à la Balladur cru 1994, cela ne préjuge évidemment pas de l'avenir ?   

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Ganesha - 18/01/2016 - 08:01 - Signaler un abus Stavisky, le retour

    Dissolution de l'Assemblée Nationale ! Faisons faire un petit tour de piste à Juppé, Fillon ou Sarko, en tant que premier ministre. Copé ou Macron ? Pourquoi pas Stavisky ou Tapie ? Au bout d'un an, Marine Le Pen aura ''crevé tous les plafonds de verre''...

  • Par cloette - 18/01/2016 - 08:50 - Signaler un abus Bon article

    qui met en évidence que c'est ce qui tire le pays vers le bas depuis 20 ans ( le centrisme ) qui serait en haut des sondages !

  • Par Gilly - 18/01/2016 - 09:24 - Signaler un abus Qu'a fait Macron ?

    Une loi fourre-tout passée au 49-3 dont les décrets d'application ne sont pas tous sortis et qui n'auront pas d'effets sur la croissance, une montée au capital de Renault pour 14 millions d'actions qu'il ne peut pas vendre et qui vont peser dans l'accord avec Nissan, un accord avec Général Electric pour racheter Alstom avec la "surprise" de 765 licenciements en IDF... Monsieur Macron spécule avec l'argent de l'Etat et les emplois... Il parle beaucoup... C'est tout ce dont il est capable...

  • Par Gilly - 18/01/2016 - 09:25 - Signaler un abus Quant à Juppé

    Ce qu'il dit aujourd'hui ne sera pas valable demain si le vent tourne....

  • Par jurgio - 18/01/2016 - 10:23 - Signaler un abus Juppé devrait abandonner la politique dès demain

    À quoi cela peut-il lui servir ? Il n'aura pas le temps de faire quoi que ce soit pour le pays qui, entre nous, ne l'intéresse plus vraiment... J'ai lu ce week-end, sur Le Point, son interview-dialogue avec Finkelkraut et j'ai été écœuré. Quel étroitesse d'esprit et d'entêtement sur des notions non avérées ! Le philosophe, dit de gauche, qui m'avait époustouflé dans son « L'identité malheureuse » (à partir de la page 88... ) a donné une leçon d'idées claires et justes à ce vieux débris de classe qui se dit « catho » (mais de la race qui laisse brûler les églises et subventionne les mosquées... ) Juppé, donc, nous ressort les poncifs de l'Histoire « revisités » bien sûr par l'ENA et autres officines : « Tuez les tous ! Dieu reconnaîtra les siens » dont tout historien sérieux connaît la fausseté. Ça a rappelé à un ancien l'image d'Épinal plaqué dans les vieux livres d'Histoire, du chevalier d'Assas, grand héros, mort en criant « Vive la République » (ou quelque chose d'approchant.)

  • Par jurgio - 18/01/2016 - 10:24 - Signaler un abus Finkielkraut

    voilà que j'écorche les noms au clavier.

  • Par Lafayette 68 - 18/01/2016 - 10:44 - Signaler un abus "deux aspirations contradictoires"

    Roland Hureaux met ici l'accent sur le tempérament profond du Français: contradictoire .Ce n'est pas d'aujourd'hui (en 40-45 France pétainiste puis vite gaulliste et résistante à la libération) car on vit dans une société de grande redistribution et chacun a des "bénéfices secondaires " à défendre ."Rouge à l'extérieur et blanc à l'intérieur"(André Siegfried) ...comme les fromages de Hollande ! A ce côté contradictoire , ajoutons l'inculture historique et géographique. Mais "douce France" finalement pour la très grande majorité

  • Par DANIEL74000 - 18/01/2016 - 11:34 - Signaler un abus Déclin et perte de mémoire !

    MACRON, je l'admet mais JUPPE, n'y a t'il pas un bog ? Je crois à l'avenir de notre pas qui peut être sauvé par un esprit intelligent et neuf pas un cacique de la politique quel qu'il soit !!!

  • Par vangog - 18/01/2016 - 11:47 - Signaler un abus Macron, candidat de la grande-famille et spécialiste des fusacqs

    fusacqs...de la gauche avec le centre-girouette? Avec l'aide de Rotschild, il peut arriver à fusionner, mais quelqu'un l'a-t-il prévenu qu'il est "candidat à la Présidentielle", ou est-il simplement l'homme de la "fusacqs avec le centre"?...

  • Par zouk - 18/01/2016 - 12:37 - Signaler un abus Macron et Juppé FAVORIS

    A plus d'un an de l'élection, le sondage probablement peu significatif. Mais écrire chouchou au lieu de favori est au contraire très significatif de la dégradation croissante du franaçis. Les Britanniques et les Italiens ont un tout autre respect de leur langue.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Roland Hureaux

Roland Hureaux a été universitaire, diplomate, membre de plusieurs cabinets ministériels (dont celui de Philippe Séguin), élu local, et plus récemment à la Cour des comptes.

Il est l'auteur de "La grande démolition : La France cassée par les réformes"

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€