Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 01 Octobre 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Affaire des concombres : « l'Allemagne est l'arroseur arrosé »

L'Espagne vient de réclamer à l'Allemagne un dédommagement suite à l'accusation à tort de ses producteurs de fruits et légumes. Un nouveau différend qui intervient dans un contexte de recrudescence des conflits entre Etats-membres de l'UE, symptômes d'un malaise profond de la solidarité européenne.

Désunion européenne

Publié le

Atlantico : L'Espagne pourra-t-elle obtenir un « dédommagement à 100% » de la part de Berlin, comme elle le demande?

Guillaume Klossa : Il faut d'abord souligner qu'il y a un véritable préjudice : si l'Allemagne avait consulté préalablement l'Espagne et qu'il y avait eu une vraie discussion entre États, Madrid aurait été beaucoup moins fondée à formuler cette réclamation.

Mais cette réclamation reste une posture du gouvernement espagnol, car il y a peu de chances qu'elle aboutisse. Le gouvernement allemand n'a pas de fonds de dotation spécifique pour ce type de crise : il faudrait donc faire voter par le Parlement allemand une aide exceptionnelle à l'Espagne.

Cela me paraît difficile, car cela créerait un précédent européen problématique, qui pourrait concerner d'autres sujets.

Au niveau de l'UE, il n'y a pas non plus de modalités de règlement simples. La solution, c'est plus de coopération, plus de solidarité et plus d'éthique de responsabilité de la part des dirigeants européens. Il serait utile de créer un fonds communautaire pour faire face à ce type de problème.

Ce qui est intéressant, c'est que l'Allemagne est aujourd'hui l'arroseur arrosé : elle a aujourd'hui besoin de la solidarité communautaire, alors qu'elle l'a remise en question sur d'autres sujets en parlant d'inconséquence de certains États-membres. Utiliser un État-membre comme bouc-émissaire sur un sujet aussi sensible peut vous revenir à la figure par une sorte d'effet domino. Cela doit donc amener à la plus grande prudence des opinions publiques et des dirigeants européens.

Le différend entre l'Espagne et l'Allemagne est-il le symptôme d'un malaise européen ?

Oui, car il y a de plus en plus de décisions nationales ayant un impact économique, politique, sanitaire ou social fort dans un autre État de l'Union sans que l'Etat à l'initiative de la décision ne consulte au préalable et de manière coopérative des différents États potentiellement impactés.Le principe de toute décision responsable, c'est d'évaluer l'impact des décisions qui sont prises. Or, autant dans l'affaire dite du concombre espagnol que dans la décision unilatérale de l'Allemagne de sortir du nucléaire ou qu'en matière de questions migratoires, cela n'a pas été le cas. Ce type d'affaire se multiplie ces derniers mois et pose plus généralement la question de l'éthique de responsabilité des leaders européens.

On voit un mouvement populiste qui se développe depuis une dizaine d'années, élection après élection, dans tous les États-membres. Avec un impact certain : les partis populistes pèsent sur les décisions des partis modérés et sur le comportement de leurs responsables, ce qui se traduit par une surréactivité par rapport à l'opinion et des prises de décisions souvent hâtives, sans vérifier l'exactitude des faits, ni mesurer l'impact des décisions dans le terrain économique et social des autres États-membres ou les déséquilibres qu'elles peuvent créer.

Il est possible que cela soit lié à une perte du sentiment européen des grands leaders, de la mémoire collective des raisons qui ont forgé la construction européenne. Je pense qu'il s'agit surtout d'une grande difficulté à concilier intérêts national et européen, à conjuguer le court, le moyen et le long terme et à s'adapter à la société des peurs dans laquelle nous sommes en train d'entrer.

Les institutions européennes ne peuvent-elles pas pallier ce déficit de volonté politique ?

La Commission ne peut jouer son rôle de vigie et de médiateur que si elle est informée à temps et qu'elle est en mesure de s'appuyer sur des experts compétents et qui lui soit propre. Or, elle dispose de moins en moins de ce type d'expertise en raison du lobbying fait par certains États-membres pour réduire à propos la capacité d'expertise propre sous prétexte de bonnes pratiques financières. Il faut rompre le cercle vicieux qui vise à réduire la capacité d'expertise de la commission et renforcer le devoir d'alerte des États-membres auprès des institutions.

Par ailleurs, pour toutes les questions politiques à dimension continentale (environnement, énergie, santé), il faut un vrai renforcement des compétences communautaires, en termes d'information, de gestion de crise et de définition de règles européennes communes.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par fabienne - 08/06/2011 - 08:35 - Signaler un abus club med

    comme madame Merckel a déjà parlé des pays d'Europe du Sud comme les pays du "club med" en expliquant que leurs salariés ne travaillaient pas assez. Affirmation pour le moins fragile, voilà que maintenant, ils nous empoisonneraient.

  • Par brennec - 08/06/2011 - 11:43 - Signaler un abus pas d'arrosage!

    L'allemagne a trouvé sur des concombres espagnols la présence de E-coli, il lui a fallu 4 jours pour se rendre compte que ce n'était pas la même souche. Il lui aurait fallu se taire, alors que les morts commençaient a s'accumuler? Le principe de précaution s'il ne figure pas dans la constitution allemande est qd meme appliqué. Il n'y a pas lieu d'indemniser.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Guillaume Klossa

Guillaume Klossa est président du think tank EuropaNova et ancien conseiller spécial du ministre en charge de la présidence française de l'UE. Il anime un blog consacré à l'Europe.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€