Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 16 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

50 000 migrants arrivés par mer en Europe depuis le début de l’année : la crise migratoire se résorbe

Depuis le début de l'année, les flux migratoires ont retrouvé leur nature structurelle, suite au tarissement de ceux passant par la Méditerranée orientale.

Retour à la normale

Publié le
50 000 migrants arrivés par mer en Europe depuis le début de l’année : la crise migratoire se résorbe

Atlantico : Selon les chiffres publiés par l'ONU ce 12 mai, la barre des 50 000 migrants arrivés par la mer aurait été franchie, soit une baisse substantielle comparativement à l'année passée (187 000 sur la même période). Comment expliquer une telle variation ?

Laurent Chalard : Cette diminution, par rapport au début de l’année précédente, du nombre de migrants arrivant en Europe par la mer Méditerranée dans les premiers mois de l’année 2017 s’explique, tout simplement, par le fait que nous étions encore, début 2016, dans la phase finale de la crise migratoire syrienne.

Les volumes de migrants traversant la Méditerranée par la route de la Méditerranée orientale, c’est-à-dire entrant sur le continent européen par la Grèce, demeuraient alors importants. Depuis le printemps 2016, nous sommes revenus à des niveaux de nombre de migrants sensiblement moindres, qui relèvent beaucoup plus d’un flux structurel, produit du décalage de niveau de développement de part et d’autre de la Méditerranée, que d’un flux conjoncturel, lié à des problèmes géopolitiques, comme ce fut le cas avec la crise des réfugiés syriens entre mi-2015 et début 2016. En effet, en 2017, les flux passant par la Méditerranée orientale se sont taris, le flux principal correspondant, de nouveau, à la route de la Méditerranée centrale, c’est-à-dire que les migrants pénètrent en Europe depuis l’Afrique par l’Italie.

Peut-on en déduire que la crise des migrants touche à sa fin ? Comment comparer de tels flux par rapport aux périodes antérieures au conflit syrien ? Le niveau des flux actuels ne serait-il pas sinon le signe d'un succès des moyens mis en place par les Européens ? 

La crise conjoncturelle des migrants syriens a déjà pris fin depuis plus d’un an ! Maintenant, nous avons affaire à des flux structurels, qu’il est beaucoup plus compliqué d’endiguer car ils s’inscrivent dans le temps long. En effet, en extrapolant les volumes constatés début 2017, le volume global de l’année pourrait, en mer Méditerranée, approcher les 200 000 migrants. Ce dernier chiffre peut se comparer aux volumes de migrants qui arrivaient avant la crise des réfugiés syriens, qui rappelons-le, a vu l’entrée de plus d'1 million de personnes en Europe en 2015. Par exemple, en 2014, 220 000 migrants sont arrivés en Europe par la mer Méditerranée. Nous sommes donc revenus à la situation antérieure à la crise des réfugiés syriens.                         

Les dirigeants européens n’ont, jusqu’ici, pas trouvé de remède miracle à un phénomène qui repose essentiellement sur des écarts de développement considérables entre les pays européens et les pays africains, dans un contexte de dynamique démographique différenciée, une Europe vieillissante, dont la population se contracterait sans immigration, et une Afrique disposant de surplus de population importants dans un contexte de développement économique qui demeure insuffisant. Les seuls moyens utilisés, pour l’instant, sont essentiellement des moyens coercitifs, qui ne règlent pas le problème à long terme. Par ailleurs, concernant la route de la Méditerranée centrale par laquelle passent majoritairement les migrants "structurels", tant que la Libye se situera dans une situation politique chaotique, les flux par cette route continueront. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Anguerrand - 15/05/2017 - 10:05 - Signaler un abus Seulement 50.000 immigrants ?

    Combien de djihadistes dans ces 50.000 ? Je serais d'avis d'aller les chercher gratuitement dans des ferrys confortable. Costa me parait tout indiqué à condition que l'on mette à la barre le capitaine que l'on a mis en prison, pour une simple erreur de navigation. Combien d'immigrants ont été accepté en Allemagne pour venir en France ? Il semble qu'un tiers des immigrants admis en Allemagne ont quitté ce pays, pour ou ?

  • Par ikaris - 15/05/2017 - 11:21 - Signaler un abus Tout va bien se passer ?

    Je pense que la première chose à faire et qui ne coutera rien est que les dirigeants fassent une déclaration unanime pour dire à quel point l'Europe n'est pas la poubelle de l'Afrique et n'a pas les besoins ni les moyens d'accueillir les migrants ... car le mirroir aux alouettes est savamment entretenu par les gogos, les passeurs et les immigrationnistes. On peut financer une petite campagne de pub sur internet et dans les pays de départ. Il est posé la question de la capacité d'accueil : elle est négative car globalement le chômage de masse sévit en Europe avec une explosion des déficits publics. Quand aux chiffres lénifiants qui sont donnés on peut remarquer qu'ils sont liés aux conditions climatiques (difficiles cet hiver) et à des routes qui s'ouvrent ou se ferment : avec cette tendance là à l'échelle de l'année n'aura t on pas encore des centaines de nouveaux arrivants clandestins ?... on en vient à se dire que c'est le nombre global d'entrées à considérer tous canaux confondus.

  • Par Nicolas V - 15/05/2017 - 11:32 - Signaler un abus 50000 ?

    Vous voulez rire. Et c et été , on en attend 10 millions.

  • Par lasenorita - 15/05/2017 - 11:52 - Signaler un abus La ''crise migratoire'' ne se résorbe pas!

    C'est FAUX de dire que ''la crise migratoire se résorbe'': les musulmans arrivent toujours aussi nombreux dans notre pays! Dans ma ville c'est une véritable INVASION: je croise davantage de gens ''bronzés'' que de ''Blancs''.. Si les musulmans voulaient RESTER chez eux, ils auraient de quoi s'occuper puisque le F.L.N. (qui gouverne en Algérie) fait travailler des Chinois plutôt que des Algériens dont 40% sont au chômage,...ces Algériens qui sont obligés d'importer des fruits, des légumes, etc.. dans ''leur'' pays alors que les ''Français'' non-musulmans (qu'ils ont chassés de leur pays natal) leur avaient laissé ''un beau pays'' plein de belles cultures!.. mais ces fainéants de musulmans préfèrent venir en France où on les nourrit, on les loge, on leur donne des sous sans qu'ils aient besoin de travailler!

  • Par lasenorita - 15/05/2017 - 13:41 - Signaler un abus Les musulmans doivent RESTER dans ''leur'' pays!

    Avec 6 millions de chômeurs ,la France ne peut pas accueillir ''toute la misère du Monde''.. Les musulmans ont voulu être ''indépendants'': maintenant qu'ils RESTENT dans ''leur'' pays! Après le départ ''forcé'' des ''Français'' non-musulmans de leur pays natal,les Algériens ont tout laissé à l'abandon: les hôtels sont pleins de cafards, les rues d'Alger pleines d'immondices, les hôpitaux surchargés et malpropres...voir https://www.youtube.com/watch?v=Jum3lHZ3zD8...Voici une anecdote ''authentique'' qui prouve ce que j'avance! Mon cousin ,qui était commandant sur le ''Jeanne'' de la compagnie Schiaffino, faisait, avec son bateau, la navette entre Alger et Marseille, après ''l'indépendance'' de l'Algérie. Mon cousin demandait aux autorités algériennes ce qu'elles désiraient qu'il leur ramène de France et, la semaine suivante, il leur livrait ce qu'elles lui avaient demandé, il déposait sa commande sur le quai du port d'Alger, il faisait signer son bon de livraison et retournait, avec son bateau, à Marseille...puis 8 jours plus tard(à Alger), il s'apercevait que la dernière de ses livraisons, se trouvait au même endroit, sur le quai, les cartons contenant des médicaments, etc....

  • Par Michèle Plahiers - 15/05/2017 - 15:21 - Signaler un abus Priorité

    Sélection. Le déracinnement est la cause première de la délinquance.

  • Par Anouman - 15/05/2017 - 19:52 - Signaler un abus Résorbtion

    Que le flux soit conjoncturel ou structurel, 50000 c'est beaucoup trop. Disons qu'un solde de -50000 serait plus raisonnable.

  • Par Gordion - 16/05/2017 - 07:55 - Signaler un abus M.Chalard devrait se pencher sur les montants des aides...

    ....subventions, effacement de dettes, etc consenties par les gouvernements, institutions monétaires depuis les années 60-75, dates d'indépendance des pays africains en général. Qu'a-t-il été exigé des Africains en contrepartie? Des régimes marxistes, racistes, ethniques, génocidaires ont continué à prospérer, soutenus par les grandes puissances et la Chine pour finir. Avec les brillants résultats que l'on connait. L'incapacité de ces gouvernements à juguler l'explosion démographique, les interdits religieux islamiques, les croyances polythéistes, la corruption des classes dirigeantes et les conflits ethnico-religieux ont anéanti presque partout le développement économique, sans parler de l'échec de l'éducation. Pas de volonté nationale ni de développer une vision nationale conduit aux déplacements de population, l'appel d'air de l'Europe fait le reste. Ce n'est pas en important volontairement des déplacés et des ventres à nourrir que l'Europe palliera à son vide démographique. Il me semble que M.Chalard a écrit un article sur la - relative - bonne santé de la démographie française qui n'est pas confrontée avec autant d'apmpleur au suicide démographique des nations européennes...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€