Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 19 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Le vrai effet Benalla ? Seuls 24% des Français pensent que les responsables politiques traditionnels sont de meilleurs défenseurs de la démocratie et des institutions de leur pays que les dirigeants populistes (et seuls 22% qu’ils sont plus efficaces)

Dans ce sondage exclusif Ifop pour Atlantico, on apprend aussi que plus d’un Français sur deux pense que les médias en font suffisamment ou pas assez sur l’affaire Benalla.

Exclusif

Publié le
Info Atlantico
Le vrai effet Benalla ? Seuls 24% des Français pensent que les responsables politiques traditionnels sont de meilleurs défenseurs de la démocratie et des institutions de leur pays que les dirigeants populistes (et seuls 22% qu’ils sont plus efficaces)

 Crédit LUDOVIC MARIN / AFP

Cliquez sur les tableaux pour les agrandir

Atlantico : Seulement 22% des Français considèrent que les responsables politiques traditionnels sont plus efficaces que les dirigeants populistes, contre 51% qui les trouve aussi efficaces et 27% moins efficaces. Ne s'agit-il pas d'un coup d'arrêt majeur porté au "Nouveau Monde" d'Emmanuel Macron ?

Jérôme Fourquet : Ce n'est pas évident car on demande aux interviewés de juger sur la scène internationale et pas uniquement la scène nationale. On constate que la moitié des Français les jugent ni plus ni moins efficaces. Il y a deux éléments à retenir par rapport à ce que pense l'opinion des gouvernants populistes : il y a en creux une très forte interrogation, une défiance vis-à vis des gouvernants (populistes ou non), sur la crédibilité ou la confiance qu'on peut leur accorder pour prendre en charge les affaires du pays.

Il y a cette idée que « les politiques ne font plus tourner le monde », ce qui explique le fait que la balle soit mise au centre. Et, deuxième constat parmi ceux qui considèrent que le politique peut encore faire des choses, les jugements sont assez partagés. Ce que l'on a appelé la vague populiste à travers le monde et que l'on a constaté aussi chez nous est toujours présente. 22% des Français estiment qu'un leader populiste obtient des résultats plus efficaces que les dirigeants classiques.

L'autre question est de savoir si, dans l'affaire Benalla, on en a fait trop ou pas assez. Quand on regarde le jugement que portent les Français vis-à-vis du traitement médiatique de cette affaire, 49% des sondés estiment qu'au terme de plus d'une semaine en traitement non-stop que les médias en ont trop fait. Seulement 19% pensent que les médias n'en ont pas assez fait et 33% suffisamment. Le pays sur cette question est coupé en deux, avec tout de même une majorité qui estime que les médias en ont trop fait.

Sur le traitement réservé à l'affaire par l'opposition, les résultats sont plus nuancés avec une part significative des Français (28%) qui estiment que l'opposition n'a pas été assez « mordante », un jugement particulièrement prononcé parmi l'électorat RN (52%) et dans l'électorat de LFI (41%). On retrouve là les deux pôles les plus virulents face au macronisme et on s'attendait à ce qu'ils en fassent davantage.

Cela peut permettre d'expliquer que l'impact de l'affaire sur l'image d'Emmanuel Macron ne va peut-être pas être si massif que cela. Ou alors il sera circonstancié à quelques traits particuliers de l'image du président. Nous ne sommes clairement pas à la veille d'un décrochage massif de sa cote de popularité dans l'opinion. Ipsos avait crédité d'une baisse de 4 points. Ce n'est pas rien, mais ce n'est pas massif non plus. Ce sera une affaire sérieuse qui laissera des traces et viendra fragiliser certaines dimensions de la popularité de Macron mais qui ne sera pas un tournant majeur du quinquennat.

Paul-François Paoli : Emmanuel Macron n’a pas seulement commis une grave erreur en évoquant voici quelques semaines la « lèpre populiste », il a aussi commis une faute car il a insulté des millions d’électeurs. Du reste, de quoi parle-t-on quand on évoque le populisme ? Le propre du populisme est précisément d’être difficilement définissable car tout populisme draine des aspirations contradictoires ou incompatibles comme on le voit avec la Ligue ou le Mouvement 5 étoiles en Italie. Ce qui fait la force d’un populisme c’est aussi sa faiblesse. Mais ce qui est sûr, c’est que le refus du « nouveau monde » incarné par certaines élites, un monde branché et dénationalisé, dominé par l’impératif du marché mondialisé se heurte à des refus viscéraux et massifs dans tous les segments de la population et pas seulement dans les classes populaires. Personnellement, si je pense que nous vivons indéniablement un « moment populiste »,  le populisme ne peut constituer un programme. Nonobstant, il est indéniable que le populisme n’est pas antidémocratique, puisqu’il postule le gouvernement du peuple par le peuple et pour le peuple. Rien dans le principe n’est antinomique avec cette conception, il suffit de lire ou relire Machiavel pour s’en rendre compte.

L'affaire Benalla semble avoir particulièrement entamé la cote du Président. 10 points de moins pour les Français qui considèrent qu'il sait où il va, 9 points de moins sur son honnêteté, et 2 points de moins sur sa proximité des préoccupations des Français avec seulement 28% d'avis favorables (par rapport à avril 2018). Peut-on lire une remise en cause directe du rôle du Président ?

Jérôme Fourquet : On s'aperçoit que sur certaines dimensions importantes de la stature présidentielle, il reste fort comme sur son autorité, où les Français sont encore d'accord à 69%, soit juste une baisse de 4 points. Sur l'affirmation « Il défend les intérêts de la France » même s'il perd 5 points, il reste encore à 50%, Sur ces dimensions-là, la baisse est contenue. En revanche sur certaines dimensions le recul est clair. Sur l'honnêteté, par exemple, où l'on perd 9 points. Avec le recul, on voit que sur cette dimension d'honnêteté il était stable depuis plus d'un an. Sur la sincérité, on note une baisse de six points et sur l'affirmation du cap et de la cohérence, un recul de 10 points par rapport à avril 2018. L'affaire Benalla va donc laisser des traces mais peut-être pas autant que ce que l'on aurait pu penser.

Paul-François Paoli : Cette affaire Benalla me semble exagérément gonflée par les médias, même si elle n’est évidemment pas sans importance. Elle témoigne sans doute bien plus d’une forme de légèreté que de volonté occulte. L’attitude de Macron n’a sûrement pas été irréprochable, mais l’affaire Benalla n’est sûrement pas l’affaire Ben Barka. Le Général de Gaulle a couvert des pratiques parapolicières très douteuses, notamment celles du SAC (Service d’Action Civique). Mais qui lui en fait reproche aujourd’hui ? Quand on voit la violence d’un Mélenchon, qui invoque à tout propos les mânes de la République à propos de Benalla, on est effaré devant tant de mauvaise foi. Comment se personnage, qui voue un culte à François Mitterrand, lequel logeait sa fille dans les palais de la République peut-il donner des leçons de vertu !

 

Dans le même temps votre sondage montre une critique généralisée de l'opposition comme des médias. Qui sors gagnant de cette période de trouble ?

Jérôme Fourquet : On pourrait parler de demi-victoire pour l'opposition, puisqu'elle a réussi à mettre en difficulté Emmanuel Macron. Déplacement sur le tour de France annulé, réforme constitutionnelle ajournée... On voit grâce à notre sondage que certaines dimensions de l'image de notre président ont été affectées. C'est tout de même une demi-victoire pour l'opposition mais on voit que même si cette dernière avait pris l'ascendant et imposé le tempo, autant depuis la prise de parole très cadrée de Macron devant ses parlementaires, on dirait que l'Elysée a repris la main et a engagé la contre-offensive. C'est peut-être pour cela que la baisse n'est pas plus importante d'ailleurs. Cela montre aussi que médias comme politiques sans doute en ont trop fait pour une partie des Français en lieu et place de traiter d'autres problématiques. Du coup, la méfiance va se renforcer à la suite de cet épisode. En ce sens tout le monde est perdant.

Paul-François Paoli : Personne n’est gagnant dans cette affaire.  Les Français aspirent à l’efficacité de l’Etat, mais ils refusent que celui-ci assume sa vocation régalienne, notamment au niveau de la répression. On a l’impression en écoutant certains que Benalla a commis un crime contre l’humanité lors de cette manifestation du 1er mai! Les Français sont un peuple de pleurnichards. Ils veulent la sécurité dans les rues, mais dès qu’un policier bouscule un manifestant, il sort son mouchoir. Laetitia Strauch-Bonnart évoque dans son dernier livre, L’homme est-il obsolète un déclin manifeste de la virilité en Occident. J’ai défendu la même hypothèse dans La Tyrannie de la faiblesse (François Bourin) il y a quelques années. Si nous ne pouvons plus supporter la moindre violence de la part de l’Etat, sous prétexte que toute violence génère des victimes, alors il faut tout accepter : l’insécurité dans les rues, l’immigration incontrôlée et la fin de l’Etat régalien dans les quartiers nord de Marseille et la Seine-Saint-Denis. Le problème des Français est qu’ils sont sécuritaires tout en étant individualistes libertaires. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Ganesha - 28/07/2018 - 11:33 - Signaler un abus Ambiguïtés

    Sondage aux résultats ambigus... et donc, sans grand intérêt ! En, fait, l'ambiguïté fondamentale, c'est : qui est donc Macron ? Il serait certainement très vexé d'être considéré comme un politicien ''traditionnel'' ! Mais, il méprise haineusement les autres populistes, les qualifiant de ''lépreux'' ! Lui même se considère probablement comme la réincarnation de Jésus-Christ, mais, la vérité, c'est que ce personnage à la sexualité ambiguë n'a pas de parti, et strictement aucun avenir ! Emmanuel Macron est le seul et détestable souvenir qui reste aux français après avoir été victimes, en Mai 2017, d'un viol sous l'influence du GHB !

  • Par cloette - 28/07/2018 - 11:48 - Signaler un abus sondage ambigu en effet

    Il suffit de lire les questions posées, très longues, posées par téléphone, elles donnent lieu évidemment à des réponses rapides par des gens qui disent n'importe quoi .

  • Par cloette - 28/07/2018 - 11:53 - Signaler un abus ce que je pense

    C'est que je préfère un politique traditionnel et connu à un nouveau venu inconnu comme par exemple à un élément de l'assemblée de LaREM qui me parait formée d'opportunistes, celui qui a franchit les obstacles des élections me parait plus fiable .

  • Par cloette - 28/07/2018 - 11:57 - Signaler un abus l'assemblée LaREM

    ils ont été élus certes, mais on sait dans quel contexte, celui d'une sorte de hold up, et il est connu qu'une élection de président donne des députés pour qu'il puisse gouverner. Mais cela n'a aucune signification sur le long terme ,on est dans l'instant . Qui gouverne en ce moment c'est un seul homme, qui ose dire le contraire ?

  • Par MIMINE 95 - 28/07/2018 - 12:01 - Signaler un abus EUH !

    C'est quoi un dirigeant "populiste" ????

  • Par Liberte5 - 28/07/2018 - 12:13 - Signaler un abus Quoiqu'il en soit , cette affaire, laissera des traces.

    Jusqu'à ce jour E. Macron était passé "à travers les gouttes". Il rebondissait quoiqu'il arrive. Là, non!! Ce premier accroc, va lui coller à la peau et il sera moins à l'aise pour contre attaquer , lorsque de nouveaux problèmes surgiront. Le chômage qui augment, la croissance en berne, l'immigration massive qui continue etc. tous ces problèmes seront plus lourds à porter désormais. Il sera sur la défensive.

  • Par GP13 - 28/07/2018 - 12:31 - Signaler un abus Un biais génant

    Le populisme est la déqualification injurieuse du suffrage populaire prononcée par ceux qui estiment que la démocratie est une affaire trop sérieuse pour la confier au peuple. Si, à la place de "populisme" c'est le mot "démocratie" qui avait été employé, les résultats du sondage auraient été différents. Mais pour les sondeurs, c'est un effort trop difficile que de quitter la langue de bois des élites technocratiques.

  • Par assougoudrel - 28/07/2018 - 12:38 - Signaler un abus Macron n'a pas parlé aux français, mais

    à son clan aux ordres; par contre, hier soir, il a osé envoyer son "chacha" au JT de TF1. J'ai immédiatement zappé en le voyant, afin de ne pas donner d'importance à cet individu. Il reste en gros quatre ans; quels feuilletons qu'il nous prépare. en attendant, je fredonne une chanson du folklore antillais que Henri Salvador avait traduite du créole, mais je préfère l'originale reprise par la Compagnie Créole. ..." Maladie d'Amour, maladie de la jeunesse, Chacha si ou inmin moin, oua maché dèyè moin......https://www.youtube.com/watch?v=6n0pTeLHTiQ

  • Par A M A - 28/07/2018 - 12:55 - Signaler un abus Le populisme est

    Le populisme est intrinsèquement lié au totalitarisme. L'un ne va pas sans l'autre. Alors qu'il n'y a pas de démocratie sans populisme.

  • Par Citoyen-libre - 28/07/2018 - 14:17 - Signaler un abus Ca suffit

    De voir sa tronche partout. Il nous emmerde. On peut passer à autre chose ! Il cherche quoi le Macron, il veut acheter les banlieues ?

  • Par Ganesha - 28/07/2018 - 14:35 - Signaler un abus AMA

    Sous le coup de la colère, un peuple peut effectivement se tromper ! Mais il ne tarde pas, ensuite, à réaliser assez rapidement son erreur ! Désorientés par la crise économique de 1929, les allemands ont élu Adolf Hitler en 1933 : allons encore reprocher ce moment d'égarement à leurs descendants pendant des générations ? Les français, après la défaite de 1940, ont largement donné les pleins pouvoirs à Philippe Pétain... et certains de leurs enfants viennent encore ici régulièrement exprimer leur gratitude et leur admiration pour son successeur : François Fillon !

  • Par Ganesha - 28/07/2018 - 14:37 - Signaler un abus Bon Sens

    Mais, en général, les peuples font preuve de bon sens : les français se sont rebellés en 1789 contre la Monarchie absolue, en 1958, ils ont rappelé le général de Gaulle pour faire la paix en Algérie, et et 1968, ils ont mis fin au règne éminemment nuisible de l’Église Catholique ! L'élection de Macron ne sera qu'une simple bévue, qui sera corrigée par les Européennes de 2019 !

  • Par zen-gzr-28 - 28/07/2018 - 14:40 - Signaler un abus sondage demandé par atlantico

    1005 personnes ont été sondées . Nous obtenons des données très détaillées et des commentaires posant question. Dernière intervention de J. F, "la prise de parole TRES CADREE de Macron devant ses parlementaires, on dirait que l'Elysée a repris la main et a engagé la contre offensive" !!! Dernière intervention de J-F P ;"Si nous ne pouvons plus supporter la moindre violence de l'Etat,sous prétexte que toute violence génère des victimes, alors il faut tout accepter : l'insécurité dans les rues, l'immigration incontrôlée et la fin de l'Etat régaliens dans les quartiers Nord de Marseille et de la Seine st Denis" !!!!!!!! A rajouter à l'ambiguïté de ce sondage et commentaires des 2 experts, la question suivant, ne sont-ils pas tous les 2 à côté de la plaque ???. Difficile d'accréditer leurs assertions qui ne semblent pas neutres. Il serait intéressant d'avoir une analyse de Mr FERJOU J-S

  • Par TADD - 28/07/2018 - 16:34 - Signaler un abus 24%: mais que veulent-ils?

    Une démocratie laxiste qui depuis 50 ans nous conduit vers l'abîme . Ces politiques traditionnelles ont abouti à transformer le pays vers le n'importe quoi- plus de 4 millions de chômeurs -des banlieues qui prennent feu tous les 3 mois -Une dette record ( plus de 2000 milliards ) - des populations qui ne s'intègrent plus et même se désintègrent avec des violences inouïes ...etc...etc..Qu'ont-ils ces gens là dans la tête pour vouloir garder l'ancien monde .

  • Par J'accuse - 28/07/2018 - 16:52 - Signaler un abus Des noms !

    On connait ceux qui sont habituellement appelés populistes (terme toujours utilisé péjorativement) en France: Le Pen et Mélenchon. Alors pourquoi ne pas les nommer dans le sondage ? La première question aurait dû être de faire désigner ceux qui sont "populistes" par les sondés, qu'on soit sûr de savoir de qui on parle.

  • Par Ganesha - 28/07/2018 - 17:16 - Signaler un abus TADD

    En 1983, François Mitterrand, contraint et forcé, a du accepter d'appliquer la théorie politique de Reagan-Thatcher, qui s'appelle le Libéralisme. Ce qui est désolant, ce sont les sinistres débiles qui viennent ici nous affirmer que la situation actuelle de la France s'expliquerait parce que nos gouvernements successifs ''n'ont pas été suffisamment libéraux'' ! Macron est censé être un ''super-libéral'', mais il a peu de supporters parmi les abonnés d'Atlantico...

  • Par Yves3531 - 28/07/2018 - 17:45 - Signaler un abus Quand on parle de libéralisme ...

    sans en connaître le sens, on ferme sa ...

  • Par Ganesha - 28/07/2018 - 17:59 - Signaler un abus Rambo

    Toute personne dotée d'un minimum de bon sens comprend que les seuls moyens efficaces de lutter contre l'Insécurité et l'Islamisation, c'est d'offrir à chacun des 65 millions de français la possibilité de donner un sens à sa vie, notamment par le plein emploi. Mais, il y a sur ce site de nombreux vieux croûtons fascistes qui considèrent qu'il s'agit là d'un programme ''gauchiste'' ! Ces Rambo ne rêvent que de ''guerre civile'', tout en s'excusant d'avance : vu leur âge et leur décrépitude physique, ils seront au regret de ne pouvoir y participer !

  • Par gerint - 29/07/2018 - 11:52 - Signaler un abus Sondage pas si ambigu que cela

    Pour moi j'y vois que les Français n'ont pas vraiment peur des "populistes" dont ils pensent qu'ils valent bien les autres (sans illusions). Il y a là se faire pâmer d'horreur les bobos, les élitistes de tout poil, Macron en particulier. Pour Benalla, il est arrivé rasé sur TFI pour faire oublier l'Islamisme et avec un discours pour transformer la grosse faute de Macron en faute personnelle. Cela n'a sûrement pas trompé énormément de monde mais a pu quand-même en influencer favorablement pour Macron quelques-uns

  • Par Liberte5 - 29/07/2018 - 19:18 - Signaler un abus @Yves3531 vous avez totalement raison.

    Mais nous ne pouvons passer notre temps à expliquer ce qu'est le libéralisme économique à ceux qui en parlent sans savoir de quoi il s'agit. Parler de libéralisme en France c'est comme parler de démocratie en Chine.

  • Par ajm - 29/07/2018 - 19:48 - Signaler un abus Libéral.

    Ganesha, arrêtez de plaquer sur les autres vos probables caractéristiques: décrépitudes physiques, débiles, facistes.. Vos théories ne sont qu'un meli-mélo de gauchisme libertarien et de haine de ce qui constitue la culture et l'héritage spirituel de la France, ramenant tout à un plein-emploi mythique ( emplois bien payés de surcroît, pas de " petits boulots" ) dont justement vous ne donnez jamais le mode "d'emploi ", ne voulant pas qu'on vous plaque le qualificatif de communiste .Vous polluez ce.blog qui est à l'origine.un blog Liberal (au sens Français pas Américain ) en insultant les quelques liberaux qui s'expriment. Vous prétendez être un partisan de MLP. et du RN mais cela ressemble à une couverture, connaissant de près pas mal de sympathisants de ce parti, vous me semblez en êtes très éloigné sur presque tout.

  • Par vangog - 29/07/2018 - 20:57 - Signaler un abus @ajm d’accord! pour le peu que je lisais ganescha, avant...

    il me paraissait d’avantage être un « infiltré «  de la gauche archaïque, provocateur et hargneux. J’ai cessé de le lire il y a bien longtemps...

  • Par kelenborn - 30/07/2018 - 10:07 - Signaler un abus hmmm

    On aimerait savoir quelles sont les données accompagnant ce sondage...sachant que l'échantillon doit concerner l'ensemble de la population de plus de 18 ans. Sachant que tous ne votent pas je m'interroge sur la valeur statistique des résultats concernant ceux qui ont voté Hamon ou Dupont Aignan. Que représente la part des LREM dans l'échantillon? Toutes questions qui seraient utiles pour qui ne veut pas se contenter de gober des chiffres.................... 2 AJM : dans un pays démocratique, le fait qu'Atlantico soit un media libéral n'interdit pas à Ganesha de venir raconter ses histoires. A tout prendre , cela vaut mieux que les bêlements de Vangode composés à 50% des mots gauchistes et socialauds , de Gérard Poussard et autres clowns à bérets de milicien.En revanche que ce soit une coquecigrue politique , j'y souscris tout à fait. Il doit être colocataire de Frankenstein qui, le matin lui recolle bras, jambes et tête....J-19

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Ifop

L'Ifop est un institut de sondages d'opinion et d'études marketing.

Voir la bio en entier

Jérôme Fourquet

Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.

Voir la bio en entier

Paul-François Paoli

Paul-François Paoli est l'auteur de nombreux essais, dont Malaise de l'Occident : vers une révolution conservatrice ? (Pierre-Guillaume de Roux, 2014), Pour en finir avec l'idéologie antiraciste (2012) et Quand la gauche agonise (2016).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€