Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 23 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

20 ans que nous vivons avec Google pour le meilleur et pour le pire… mais dans quelles proportions

Google a fêté ses 20 ans ce lundi 24 septembre avec une conférence de presse à San Francisco. Depuis 1998, le simple moteur de recherche est devenu l'une des multinationales les plus puissantes au monde.

Noces de porcelaine

Publié le
20 ans que nous vivons avec Google pour le meilleur et pour le pire… mais dans quelles proportions

 Crédit Reuters

Atlantico : Selon vous, comment Google a profondément modifié, de manière positive, nos sociétés ? Quels grands changements sociétaux ont été rendu possibles grâce à Google ? Est-ce seulement quantifiable ?

 
David Fayon : Initialement, Google était un moteur de recherche avec un algorithme performant qui délivrait des résultats pertinents avec une interface sobre contrairement à ce qui existait à la fin des années 1990 (moteur de recherche Altavista et annuaire Yahoo!). La monétisation du service avec le système d’enchères sur les mots clés et les AdWords et AdSense pour la publicité en ligne a permis de générer énormément de cash (profitabilité à 2 chiffres), ce qui a permis à Google d’investir, de développer un laboratoire de recherche et de développement très puissant (Google X), de procéder à des rachats d’entreprises innovantes (dont YouTube en 2006 ou Waze en 2013 par exemple), de se développer avec l’essor de Chrome, des smartphones avec le système d’exploitation Android et de bâtir un empire qui s’est mué en Alphabet en 2015.
 
Google a permis d’ancrer des réflexes dans nos habitudes comme le fait de rechercher des informations sur une personne avant de la rencontrer ou de consulter tout type d’informations avec des mots clés, ce qui se prolonge aujourd’hui avec également l’assistant Google Home et la recherche vocale avec Ok Google et une concurrence frontale avec les autres acteurs numériques que sont Apple, Facebook et Amazon ainsi que des entreprises qui étaient positionnées jadis dans les services traditionnels non numériques. Les services proposés par Google sont de nature à nous faire gagner du temps. Que ce soit avec son PC, son smartphone, sa tablette, Google a formaté des habitudes et avec son écosystème (messagerie Gmail performante, etc.), il en sait beaucoup de nous, ce qui lui permet de nous proposer des services sur mesure ou d’anticiper nos envies (le fameux zero moment of truth dans le parcours d’achat du consommateur, https://business.critizr.com/blog/zero-moment-of-truth-zmot-le-moment-de...). Et Google a élargi son spectre dans les domaines de l’énergie (par exemple Nest), des télécoms (Google Fiber) et du transport (Google Car, drones, etc.) et bien au-delà (santé et biotechnologie avec Calico, éducation, etc.). En outre Google avec ses outils bureautiques, Google Drive, les Doodle a proposé une alternative à Microsoft Office et a stimulé une concurrence qui a poussé Microsoft à se réinventer et à s’orienter vers des solutions open source en complément de sa suite bureautique traditionnelle. Plus généralement la façon de travailler dans l’entreprise et de télétravailler pour l’entreprise ont été en partie révolutionnées par Google, acteur aux premières loges de la révolution numérique. Il n’est pas simple de quantifier mais force est de constater que Google a été un acteur de l’ubérisation avant l’heure. 
 
Frédéric Mouffle : Il est difficile de parler de changements sociétaux à l'initiative de Google. Pour mettre un peu de contexte il convient de souligner que Google avait quand même un avantage qui était celui d'être les premiers sur le marché. Ils ont pris beaucoup d'avance sur la concurrence et ont favorisé le développement. On ne peut toutefois pas nier que la bulle internet a favorisé le développement de choses qui ont changé nos vies. Google est à l'initiative de nombreuses technologies, il a maillé une grande partie de ce qui est téléphonie mobile et objets connectés. C'est une entreprise très dynamique qui dépose notamment beaucoup de brevets et a accompagné le changement sociétal. C'est une entreprise qui n'a cessé de se développer depuis qu'elle a été lancée et qui a créé des services extraordinaires comme Google Earth par exemple.
 

A contrario, Google engrange aujourd'hui, en plus des milliards, de nombreuses critiques. Au point où son ancien slogan "Don't be Evil" pouvait prêter à sourire. Qu'est ce qui est reproché à Google aujourd'hui ? Qu'a-t-il apporté de néfaste selon vous ?

 
David Fayon : Google soulève aujourd’hui les mêmes critiques que celles qui étaient formulées à l’encontre de Microsoft au début des années 1990 alors qu’il était hégémonique pour les systèmes d’exploitation et la suite bureautique des PC. C’est la crainte de l’abus de position dominante. Sa position de leader dérange d’autant plus qu’il s’agit de l’exploitation de nos données personnelles. Celle-ci est sensible dans notre société, bien davantage qu’aux Etats-Unis dont l’histoire n’a pas été marquée par le fichage et l’utilisation faite par le Gouvernement de Vichy. La prise de conscience de ce côté « 1984 » et Big Brother s’est accrue avec les révélations d’Edward Snowden en juin 2013 mais cette cybersurveillance n’est pas le seul apanage de Google. Les autres parmi les GAFA (Google Amazon Facebook Apple) sont également concernés comme le montre l’affaire Cambridge Analytica avec l’exploitation des données Facebook à des fins de ciblage et d’influence politique.
 
 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par LYH - 25/09/2018 - 14:51 - Signaler un abus Décadence française

    Oui, et bientôt quarante ans que l'Etat socialiste français n'a pas su ou pas pu, préoccupé par autre chose que servir les Français, promouvoir une alternance, un autre choix, à Google . Encore une guerre de perdue . . . Triste France dirigée par des pseudos intellectuels soumis !

  • Par Essen - 25/09/2018 - 17:44 - Signaler un abus Faux problème

    Typiquement français : "c'est comme ça et on y peut rien" ! Dégooglisé depuis des années, ainsi que mes proches, je m'en porte vraiment mieux et les outils que j'utilise sont autant voire plus performants que ceux du grand G ! Après, chacun est libre de croire ou non que Google est vraiment le plus fort. Par exemple, de nombreux moteurs et métamoteurs offrent des résultats beaucoup plus pertinents et mieux classés. Quant à Chrome, il est très loin de rivaliser avec Firefox par exemple. Enfin, je n'ai toujours pas compris l'attrait que représentait GMail. Il est tellement plus simple de regarder ailleurs. Bref, qu'on arrête de nous faire croire que cette entreprise a les solutions à tous nos problèmes (quitte à les inventer) et ne cherche qu'à nous faciliter la vie ! Son unique but est de faire du bénéfice. Et quand on fait l'effort de voir plus loin que ce qu'on nous bassine dans les médias, la vie change en mieux !

  • Par Citoyen-libre - 25/09/2018 - 20:25 - Signaler un abus Non, c'est un vrai problème

    Essen : effectivement sur ordi, on peut se passer de Google avec Qwant et Firefox, mais sur smartphone et tablette, avec Android, on est complètement piégé. Il surveille tout, et ont accès à toutes les photos, sms, position, etc. avec Google play et bien d'autres applications. Et sur Apple, je crois pas que ça soit mieux. Quand à Gmail, très utilisé par les avocats et les notaires, la somme d'informations volées et confidentielles est considérable.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

David Fayon

David Fayon est consultant Web pour des entreprises et organisations françaises depuis la Silicon Valley, co-fondateur de PuzlIn et membre de l'association Renaissance Numérique. « Il est l'auteur de Géopolitique d'Internet : Qui gouverne le monde ? (Economica, 2013), Facebook, Twitter et les autres... (avec Christine Balagué, Pearson, 3e éd, 2016) ainsi que de Transformation digitale (avec Michaël Tartar, Pearson, 2014). Il vient de publier Made in Silicon Valley – Du numérique en Amérique (Pearson, 2017). »

Il a publié Made in Silicon Valley – Du numérique en Amérique qui est disponible ici.

 

Voir la bio en entier

Frédéric Mouffle

Directeur général associé du groupe ASK’M / KER-MEUR. Expert en cyber sécurité. Conférencier sur les menaces émergentes, spécialisé dans la sensibilisation auprès des entreprises.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€