Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 28 Août 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Politiquement incorrect, "Le Club des Cinq" est censuré

Certains passages des livres ont également été simplifiés pour être compris du plus grand nombre.

(Litté)rature

Publié le
Politiquement incorrect, "Le Club des Cinq" est censuré

"Le Club des Cinq et les saltimbanques" est devenu "Le Club des Cinq et le Cirque de l'Étoile"

Tout le monde - ou presque - connait Le Club des Cinq, cette série de romans policiers pour enfants et adolescents mettant en scène cinq jeunes personnages et leur chien dans diverses aventures.

Un souvenir d'enfance pour de nombreux lecteurs qui ne seront peut-être pas très heureux d'en feuilleter les nouvelles éditions. Celles-ci sont en effet marquées d'un "Traduction revue" qui indique que la traduction originale a été retouchée. Un blogueur indigné s'est amusé à recenser les différences entre la première édition et cette nouvelle mouture.

Le Club des Cinq et les saltimbanques se trouve ainsi renommé Le Club des Cinq et le Cirque de l'Étoile. Le récit des aventures de Claude, Mick, François, Annie et Dagobert ne se fait plus au passé simple mais au présent. Les "nous" ont également été remplacés par des "on" ("Nous n'irons pas à Kernach cet été, conclut François" devient "On n'ira pas à Kernach cet été, conclut François"). Les descriptions et les dialogues ont été raccourcis.

Cet appauvrissement du langage est illustré par l'auteur du billet à l'aide du chapitre dix. "Quand ils furent en vue" devient "Quand ils s'approchent" ; "Comptez-vous aller plus loin bientôt ?" → "Vous comptez rester longtemps ?" ; "Nous resterons ici aussi longtemps qu'il nous plaira" → "On restera ici aussi longtemps qu'on voudra" ; "Nous aurons du mal à l'empêcher de s'en prendre à ces messieurs" → "Nous aurons du mal à l'empêcher de vous sauter dessus." ; "Mon bon Dagobert !" → "Salut, toi !" ; "Au revoir ! À bientôt !" → "Allez ! À bientôt ! Salut !"

Dans le roman original, Pancho, un jeune forain accompagné d'un singe, est malheureux car battu par son oncle. Il ne l'est plus dans la nouvelle édition de l'histoire, dénaturant ainsi la psychologie du personnage. Le fameux oncle de Pancho ne le battant plus, il le "gronde" et le voilà désormais affublé de quelques bons sentiments ("Je ne pensais pas que Pancho pouvait s'entendre avec des enfants comme vous. Ce n'est pas son genre !" → "Je pensais que c'était une mauvaise idée que Pancho devienne votre ami : il souffrira de vous quitter quand le cirque reprendra la route."). La méfiance des forains envers la police disparaît également des pages du Club des Cinq.

Allez, un petit dernier pour la route : "Ils passèrent une heure à discuter, puis le soleil disparut dans un flamboiement d'incendie, et le lac refléta de merveilleux tons de pourpre et d'or." se transforme en "Ils passent encore une heure à discuter, puis le soleil disparaît derrière les sommets alpins, et le lac prend des reflets dorés."

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par SteakKnife - 03/09/2013 - 14:41 - Signaler un abus L'abrutissement général

    Parlez-en à Etienne Mougeotte si vous avez questions, il vous expliquera.

  • Par JR GIRARD - 03/09/2013 - 15:18 - Signaler un abus L'article de blog originel

    Vous pouvez retrouver l'article complet sur la question ici : http://celeblog.over-blog.com/article-le-club-des-5-et-la-baisse-du-niveau-85677083.html J'en suis l'auteur ;-).

  • Par Liberte1776 - 03/09/2013 - 22:48 - Signaler un abus Rien ne vaut nos bons vieux bouquins...

    Comme quoi, a l ere du digital, et bien que je sois un peu un geek, je conserve ma bibliothèque et j achete des livres en papier. Mon Rabelais de 300 ans, mes Balzac du 19eme, mes Club des Cinq des annees 80, mon Camp des Saints de Raspail... Autant d ouvrages qui ne pourront pas etre digitalement alteres et qui permettront de rester libre. Quand tout sera digital, connecte a votre profil et carte de crédit, nous serons finalement totalement fiches de notre propre fait. Pendant ce temps, je continuerai a lire Farenheit 451 en "analogique", subversivement cache dans un hamac de mon jardin, sans que personne ne sache ce que je lis, a quel rythme, et sans publicité. Les Club des Cinq "normaux" s arracheront a prix d or. Hallucinante cette histoire...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€