Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 18 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

L'incroyable histoire de cette jeune fille qui séduisait des nazis pour les tuer

Freddie Oversteegen est morte à l'âge de 92 ans. Son histoire mérite d'être racontée.

Résistante

Publié le - Mis à jour le 19 Septembre 2018
L'incroyable histoire de cette jeune fille qui séduisait des nazis pour les tuer

 Crédit INP / AFP

C'était une héroïne de guerre pas comme les autres. Ou plutôt, une héroïne de la Résistance contre les nazis lors de la Seconde guerre mondiale. Freddie Overstegen vient de s'éteindre à l'âge de 92 ans, au Pays-Bas. Et elle emporte avec elle son incroyable histoire.

A l'âge de 14 ans, cette hollandaise avait rejoint la Résistance pour lutter contre l'envahisseur nazi. Née dans une famille communiste de la ville d'Haarlem, elle rejoint un groupe affilié aux communistes pour faire sauter des ponts et des voies de chemin de fer à la dynamite.

Elle a aussi caché des Juifs et... executé de nombreux nazis avec sa soeur Truus et son amie Hannie Schaft.

Pour cela, les jeunes femmes avaient une technique très rodée : elles rencontraient des nazis dans des bars, les séduisaient. Une fois les nazis ferrés, les jeunes femmes les enjoignaient à faire un tour avec elle dans les bois. Là ils ne trouvaient nulle récompense mais étaient tout simplement "liquidés". 

Elle avait toujours porté avec fierté ce "mal nécessaire", mais a de même refusé de dire combien de personnes elle avait descendu alors. Elle et sa soeur sont sorties indemnes de ce conflit. Son amie Hannie Schaft n'a pas eu cette chance, elle fut tuée car reconnue du fait de sa belle chevelure rousse. Elle-même dit avoir combattu le traumatisme de la guerre en se mariant et en ayant des enfants quand l'armistice a été signée. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Patrice LUCAS - 19/09/2018 - 14:05 - Signaler un abus Tuer toujours tuer. Et faire

    Tuer toujours tuer. Et faire la part entre un bon meurtre et un mauvais meurtre , entre nazisme et communisme, y a t il vraiment une différence , tous les totalitarismes quelqu'il soit sont meurtiers , la vrai question est de savoir si l'homme est vraiment un monstre ...... à chacun de trouver sa clef pour se libérer .........

  • Par ajm - 19/09/2018 - 14:35 - Signaler un abus Evacuer les réalités nationales.

    J'aime bien cette euphémisme : tuer des " nazis" . En fait, il s'agissait de soldats Allemands , nazis ou pas. C'est curieux, dans cette guerre mondiale, on ne parle plus d'Allemagne ou d'Allemands. Peut-être ces " nazis" étaient-ils martiens ou mieux Français Pétainistes ? On reconstitue l'histoire pour mieux gommer la réalité historique, géographique et culturelle des nations et pour poursuivre des objectifs politiques en plaquant des anachronismes sur le passé.

  • Par Olivier62 - 20/09/2018 - 12:47 - Signaler un abus Incroyable est le mot

    Comique ces histoires délirantes et invérifiables racontées par des gens après la guerre, qu'ils prétendent avoir gagnée à eux tous seuls. En tant que communiste, elle n'a pas beaucoup dû faire la guerre aux nazis avant juin 1941, puisque Moscou leur demandait de collaborer avec eux à cette époque !

  • Par philippe de commynes - 20/09/2018 - 13:59 - Signaler un abus @ajm

    Excellente mise au point.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€