Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 25 Septembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Une étude s'inquiète du lien émotionnel qui lie les soldats à leurs robots

L'attachement que ressentent les créateurs pour leurs robots pourraient compromettre le résultat des missions.

I,Robot

Publié le
Une étude s'inquiète du lien émotionnel qui lie les soldats à leurs robots

Les soldats éprouvent de la tristesse lorsque leurs robots sont détruits en mission. Crédit DR

Que les humains qui fabriquent des robots s'attachent à eux est une chose connue, peu surprenante et pas franchement dérangeante. Mais le problème est tout autre lorsque cet attachement est éprouvé envers un robot dont la fonction est d'aller au combat et/ou de risquer de sauter en mille morceaux sur un champ de bataille. Julie Carpenter, de l'Université de Washington, a récemment publié une thèse qui s'intéresse aux relations entre les robots de l'armée américaine et leurs utilisateurs. La question était de savoir si l'attachement ressenti par les soldats envers des robots destinés à l'élimination des munitions explosives pourrait influencer les décisions prises dans la mesure où celles-ci pourraient modifier le résultat d'une mission".

Selon les soldats, l'attachement qu'ils ressentent pour leurs robots n'a pas d'influence sur leur performance. Ils ont cependant reconnu qu'ils ressentaient de la colère, de la frustration voire de la tristesse lorsque l'un d'entre eux est détruit sur le terrain. Une réponse qui a amené Julie Carpenter à se demander si les résultats obtenus sur le champ de bataille ne risquent pas d'être compromis par cet attachement humain/robot. Selon elle, "les soldats étaient très clair : le robot est un outil. Mais dans le même temps, leurs réponses indiquaient parfois qu'ils interagissent avec les robots de la même manière similaire qu'avec un être humain ou un animal".

Cette situation conduit Julie Carpenter à considérer que les prochains robots de l'armée devraient être construits de manière à n'être que des outils et avoir "moins de personnalité". Un principe qui semble toutefois difficile à appliquer, tant les humains semblent avoir la capacité d'imprégner de la personnalité à n'importe quel objet inanimé.

 

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€