Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 31 Juillet 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

L’écrivain Edouard Louis attaqué en justice par un personnage de son livre

Accusé de viol dans un roman, Riahd B estime que sa présomption d'innocence et son droit à l'image ont été atteints.

Verdict

Publié le
L’écrivain Edouard Louis attaqué en justice par un personnage de son livre

L’écrivain Édouard Louis est assigné ce vendredi matin au tribunal pour atteinte à la présomption d’innocence et à la vie privée. Il est poursuivi par un des protagonistes principaux de son roman autobiographique ‘’Histoire de la violence.’’ Il y raconte son agression et son viol par un certain ‘’Reda’’, un soir de Noël.

De son vrai nom Riahd B, l’agresseur présumé est finalement arrêté en janvier dernier, confondu par son ADN, seulement 4 jours après la sortie du livre. Après le battage médiatique, il réclame désormais 50 000 euros et un encart dans les livres pour témoigner de la présomption d’innocence, bafouée selon lui.

Le tribunal, qui étudiera l’affaire ce vendredi à 11h, devra donc décider si le personnage du roman est bien reconnaissable, comme l’affirment ses avocats. De son côté, Edouard Louis affirme qu’il ne connaissait même pas le véritable nom de son accusateur et que seul quelques personnes étaient capables de faire le lien entre le personnage et l’agresseur présumé. Le jugement sera mis en délibéré.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par essentimo - 20/03/2016 - 07:42 - Signaler un abus Eh bien

    de cette manière tout le monde le connaît !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€