Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 18 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Une conférence scientifique sur la physique nucléaire a accepté un article en charabia produit par le logiciel d'auto-complétion d'iOS

Christoph Bartneck a produit son article en tapant "atomique" ou "nucléaire" et en validant toutes les propositions du logiciel d'auto-complétion d'iOS.

Progrès de la science

Publié le
Une conférence scientifique sur la physique nucléaire a accepté un article en charabia produit par le logiciel d'auto-complétion d'iOS

Un universitaire à qui on avait demandé de soumettre un article pour être invité à une conférence scientifique sur la physique nucléaire a répondu avec un "article" en charabia, et sa production a été acceptée et il a reçu une invitation. 

Lorsque Christoph Bartneck, professeur à l'Université de Canterbury en New Zealand, a reçu une invitation à soumettre un article sur la physique nucléaire, il n'a pas pu répondre, puisqu'il enseigne...l'informatique. Au lieu de cela, il a décidé de s'amuser. En effet, il a produit son article exclusivement avec la fonction d'autocomplétion d'iOS : "J'ai commencé une phrase avec "atomique" ou "nucléaire" et ensuite j'ai validé au hasard les suggestions du logiciel. Le texte n'a vraiment aucun sense."

Il a illustré l'article avec le premier graphique de l'article de Wikipédia sur la physique nucléaire.

Iil a soumis l'article sous une fausse identité, avec une biographie utilisant des pronoms de genre contradictoires. 

Son article a été accepté, avec une invitation lui demandant de confirmer son créneau de présentation orale de l'article pour la conférence.

L'affaire est cocasse, et ce n'est pas la première fois. En 2014, un journal scientifique avait accepté une "étude" qui consistait uniquement de la phrase "Get me off your fucking mailing list" ("Retirez-moi de votre p----n de liste de diffusion") répétée ad nauseam. 

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€