Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 19 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Avant Roland-Garros, la fédération de tennis fait condamner un site de revente de billets

La Fédération française de tennis a fait condamner le site Viagogo, qui revendait des billets sans autorisation. Ce site est dans le collimateur des producteurs de spectacles.

Site pour gogos

Publié le
Avant Roland-Garros, la fédération de tennis fait condamner un site de revente de billets

 Crédit ERIC FEFERBERG / AFP

Bonne nouvelle pour les amateurs de tennis : ils ont moins de chance de se faire avoir en achetant des billets pour assister au tournoi de Roland-Garros. Le tribunal de grande instance de Paris a condamné en avril le site de vente de billets Viagogo, indique ce lundi Que choisir, à l'occasion de l'ouverture du tournoi. Le contentieux portait sur la commercialisation, sans autorisation, de billets du tournoi de Roland Garros sur le site Viagogo. Le TGI a reconnu que la FFT bénéficie du monopole des manifestations sportives qu'elle organise et notamment le Grand Chelem organisé du côté de la Porte d'Auteuil.

Viagogo a donc été condamné à verser 60.000 euros de dommages et intérêts (plus 15.000 euros au titre de l'article 700 du code de procédure civile) à la Fédération française de tennis et cesser toute vente de billets sur leur site web.

"Nous les avons attaqués sur le fait qu’ils proposaient des billets pour le tournoi dès novembre 2017 ; or, la billetterie officielle n’a ouvert qu’en janvier-février, ils communiquaient donc sur des billets qu’ils n’avaient pas", explique François Lhospitalier, directeur juridique et conformité de la Fédération française de tennis. 

Que choisir indique avoir reçu "des dizaines" de témoignages de consommateurs ayant acheté sur Viagogo des billets de matchs ou de concerts à des prix surgonflés. Des billets parfois faux. Le magazine de l'association de consommateurs rappelle qu'en France, seul le producteur d’un spectacle peut vendre des billets ou mandater des revendeurs (la Fnac, Ticketnet, Digitick, etc.). Ces sites non officiels récupèrent des billets par d’autres moyens – comme des logiciels qui font des réservations en masse –, voire vendent des places qu’ils n’ont pas, à des prix surgonflés, malgré de nombreuses plaintes des producteurs d'évènement et d'autorités dans plusieurs pays.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€