En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

02.

Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

05.

Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka

06.

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

07.

La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
pépites > Politique
"Les actions s'intensifieront"
Lutte contre l'islamisme : Emmanuel Macron annonce la dissolution du collectif "Cheikh Yassine" et s'engage à "intensifier" les actions
il y a 5 heures 54 min
décryptage > France
Frivolités de banlieue

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

il y a 8 heures 19 min
pépites > Education
Fléau de la haine en ligne
Les collègues de Samuel Paty expriment leur "vive inquiétude face à l'impact des réseaux sociaux"
il y a 9 heures 32 min
pépites > France
Ampleur de la catastrophe
Alpes-Maritimes : les dégâts des crues ont été évalués à 210 millions d'euros par les assurances
il y a 11 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Yoga" d'Emmanuel Carrère : une leçon de vie, la liberté a un prix

il y a 12 heures 9 min
light > Science
Anatomie
Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête
il y a 13 heures 8 min
light > High-tech
Espionnage
Des diplomates et des agents secrets américains critiquent l'administration Trump qui ne réagit pas aux attaques qu'ils subissent dans des postes diplomatiques à l'étranger
il y a 13 heures 52 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Le père d'une élève du collège de Conflans-Sainte-Honorine et un militant islamiste auraient été en contact avec le jeune tchétchène qui avait annoncé sa volonté d'agir
il y a 14 heures 24 min
light > Science
Paquebot
Un projet de récupération de la radio du Titanic pour l'exposer provoque une bataille juridique
il y a 14 heures 48 min
light > Economie
Taxes
La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans
il y a 15 heures 23 min
light > Culture
Mea Culpa
Covid-19 : Nicolas Bedos reconnaît avoir écrit un texte "excessif et maladroit"
il y a 7 heures 56 min
décryptage > Justice
Justice

Abliazov, un délinquant financier dissimulé derrière le statut de réfugié politique ?

il y a 8 heures 44 min
pépites > France
Emotion
L'hommage national à Samuel Paty se déroulera dans la cour de la Sorbonne ce mercredi
il y a 10 heures 44 min
pépites > France
Seine-Saint-Denis
Emmanuel Macron en déplacement à Bobigny ce mardi pour faire le bilan de la lutte contre l'islamisme
il y a 11 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Amérique n'existe pas" d’après "Histoires enfantines", de Peter Bichsel : la candeur du regard, le vertige du langage

il y a 12 heures 25 min
décryptage > Culture
Polémique à Hollywood

L'actrice Gal Gadot peut-elle interpréter Cléopâtre ?

il y a 13 heures 48 min
pépite vidéo > Santé
"Célébrer Noël correctement"
Coronavirus : l'Irlande et le Pays de Galles décident de reconfiner
il y a 14 heures 9 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka
il y a 14 heures 41 min
décryptage > Environnement
Objectifs

Emissions de carbone : la Chine se décide enfin à faire payer ses pollueurs

il y a 14 heures 54 min
décryptage > Santé
Bienfaits

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

il y a 15 heures 23 min
24/06/2020 - 22:24
Bilan de la crise

Retrouvez l’intégralité de l’audition du professeur Didier Raoult à l’Assemblée nationale

Le professeur Didier Raoult de l’IHU Méditerranée Infection à Marseille a été longuement entendu par les députés membres de la commission d’enquête de l’Assemblée nationale, ce mercredi en fin d’après-midi. Durant plus de trois heures d'audition, Didier Raoult s’est confié sur la crise du coronavirus. Le professeur a donné son point de vue sur de nombreux sujets liés à la crise sanitaire. Didier Raoult, était convoqué par la commission d'enquête sur le coronavirus de l'Assemblée nationale, en fin d'après-midi ce mercredi 24 juin. Didier Raoult a critiqué certains aspects de la gestion de crise par les autorités. Il a également accusé certains médecins de conflits d'intérêts.

Le professeur Raoult a notamment dénoncé la mise en place "totalement archaïque" du dépistage en France : 

"Je ne suis pas d'accord avec la décision qui a été prise de ne pas généraliser les tests PCR dès le début du mois de mars. C'est un examen extrêmement simple. C'était indispensable de le faire, parce qu'on ne connaissait pas la maladie. […] Je ne suis pas d'accord que l'on ne pouvait pas faire les tests, on pouvait les faire".

D'après lui, la PCR (Polymerase Chain Reaction), qui consiste à placer un écouvillon au fond du nez pour détecter d'éventuelles traces du coronavirus, est "un examen extrêmement, simple, banal" et qui peut être fait, notamment, dans les laboratoires privés. 

Didier Raoult a reproché au gouvernement de "ne pas avoir dit la vérité" sur ce sujet :

"C'était indispensable de le faire. […] À partir du moment où le test n'était pas fait, on ne pouvait pas étudier la maladie. […] On s'est privé d'une phase d'observation en se privant du diagnostic".

Didier Raoult est revenu sur la question des masques et du confinement dans le cadre de son audition devant la commission d'enquête : 

"La décision du confinement comme celle des masques dans la rue ne reposent pas sur des données scientifiques établies, claires et démontrables. Cela ne sera jamais démontré". 

Selon lui, les études sur l'efficacité réelle ou non du confinement sur la propagation de l'épidémie sont contradictoires.

Le professeur Raoult a confirmé que "les rassemblements sont déraisonnables". 

Sur la question d’une éventuelle "deuxième vague", qu'il a qualifiée de "fantasme journalistique", Didier Raoult estime que l'épidémie de Covid-19 pourrait revenir l'hiver prochain. Il s'est appuyé pour cela sur l'exemple de la Nouvelle-Zélande, où l'hiver débute puisque le pays est situé dans l'hémisphère sud.

Le sujet de l’hydroxychloroquine a été évoqué lors de l’audition : 

"Je vous rappelle que l'hydroxychloroquine, cela a été publié par quelqu'un de la CNAM, en 2019, et 36 millions de comprimés étaient distribués sans ordonnance. Et d'un coup on décide qu'on n'a plus le droit du tout d'utiliser cela [...]. Celui qui a aidé à décider de cela, moi je vous assure qu'il a fait une faute".

Dans le cadre de son audition de mercredi, Didier Raoult a dénoncé de possibles conflits d'intérêts impliquant d'autres médecins, notamment ceux qui prônent le remdesivir, un médicament commercialisé par le laboratoire Gilead et dont l'efficacité est également testée dans le traitement du Covid-19 :

"Quand j'ai parlé pour la première fois de la chloroquine, j'ai été menacé à plusieurs reprises par celui qui a reçu le plus d'argent de Gilead depuis 6 ans".

Didier Raoult a estimé que le ministre de la Santé, Oliver Véran, a "été mal entouré" lors de cette crise et sur la question de l’hydroxychloroquine : 

"Il faut avoir des remparts quand on est politique, avoir des gens capables d'analyser les articles".

Le professeur Raoult a dressé un constat très sévère sur les conseillers dont s'est entouré le ministre de la Santé. Face à la quantité "d'informations alarmantes" permanente auquel est soumis le ministre, ce dernier "est exposé d'une manière qui est insupportable". A l'avenir, selon Didier Raoult, "il faudra être extrêmement attentif à la qualité des gens qui sont mis en place pour constituer la première garde prétorienne [...] de façon à ce que le ministre ne soit pas submergé d'informations inquiétantes qui ne se révèlent jamais vraies".

Didier Raoult a également évoqué la question du Conseil scientifique : 

"Il se trouve que dans ce conseil scientifique, j'étais un ovni, un extraterrestre. Il n'y avait pas de compatibilité génétique entre nous, ce n'était pas possible. C'était un groupe qui se connaissait entre eux, qui travaillait depuis des années ensemble. Je pense que c'est le président qui a souhaité que je fasse partie de ce groupe. Ils avaient des idées très précises, qui avaient déterminé ce qu'il fallait faire avant que j'arrive et je n'étais pas d'accord. On ne travaillait jamais avec les papiers sur la table, jamais avec les données sur la table. Et je ne travaille pas comme ça. Je ne suis pas un homme de réunion, un homme de données […] Vous me demandez pourquoi je ne suis pas resté dans ce conseil scientifique. C'est parce que je considérais que ce n'était pas un conseil scientifique et que je ne fais pas. Je ne fais pas de la présence, j'ai pas de temps. Je sais ce que c'est un conseil scientifique. Moi, j'ai un conseil scientifique qui fait rêver le monde entier de qualité. Ce n'était que des stars de leur domaine. Là ce n'était pas ça. Il n'y avait aucun de ceux qui connaissaient le coronavirus dans le conseil scientifique".

Publié le 24/06/2020 - 22:24
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires