En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
14/02/2019 - 12:36
Fin d’une époque
L’émotion d’Alain Juppé qui tourne la page de son engagement politique et fait ses adieux à Bordeaux

Alain Juppé a fait ses adieux à Bordeaux ce jeudi 14 février 2019. L’ancien candidat à l’élection présidentielle a confirmé qu’il ferait son entrée au Conseil Constitutionnel au mois de mars. Cette information avait été dévoilée dans la journée de mercredi par la rédaction de LCI

Alain Juppé était très marqué lors de son intervention ce jeudi. Il a même versé quelques larmes.  

"C'est un crève-cœur".  

Alain Juppé a tenté de justifier son choix et a donné des explications sur sa démarche. Il n’a pas mâché ses mots notamment sur le climat de la vie politique actuelle  : 

"La vie politique est comme toujours un combat. J'ai aimé livrer ce combat. Et je l'ai fait pendant près de 40 ans avec des bonheurs divers mais toujours avec passion. Aujourd'hui, l'envie me quitte tant le contexte change. L'esprit public est devenu délétère".

L’ancien maire de Bordeaux déplore et dénonce "le discrédit des hommes et des femmes politiques, la stigmatisation des élites, la montée de la violence sous toutes ses formes [et] un climat général infecté par les mensonges et les haines que véhiculent les réseaux sociaux".

Alain Juppé a indiqué qu’il quittait Bordeaux "pour ne pas faire le mandat de trop".

Cette conférence de presse exceptionnelle et qui marque un tournant dans la vie politique française s’est déroulée dans les salons de l’Hôtel de ville de Bordeaux. 

L’ancien Premier ministre, aujourd’hui âge de 73 ans, a indiqué qu’il refusait de "désigner un dauphin" : 

"Nous ne sommes pas en monarchie".

Alain Juppé a donc définitivement tourné la page de son engagement politique à Bordeaux. Il a été pendant près d’un quart de siècle maire de la cité bordelaise. Une nouvelle étape débute pour lui au Conseil Constitutionnel. Différentes étapes devront entériner sa nomination dans les prochaines semaines. Alain Juppé démissionnera de tous ses mandats. 

Alain Juppé a donc adressé un dernier message d’amour, en ce jour de la Saint Valentin, à Bordeaux et à ses habitants. 

"Cela fait des années qu'on me dit froid, que je fends l'armure. Il n'en reste plus grand chose. Je suis en réalité un sentimental qui se cache bien. (…) Avec Bordeaux et son peuple, nous sommes en quelque sorte un vieux couple. C'est un arrachement que de me séparer de qui j'ai tant aimé... A qui j'ai tant donné... Allez aidez-moi!. Bordeaux la belle, je te souhaite bon vent". 

Publié le 14/02/2019 - 12:36
Vu sur : Franceinfo
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
REAGAN
- 15/02/2019 - 11:28
les larmes de Juppé
un type qui se dit homme d état et qui pleure à la tribune est ridicule.
De Gaulle, Churchill doivent se marrer de la haut et penser qu il ne reste vraiment plus que des mauviettes
jurgio
- 14/02/2019 - 20:12
Je comprends l'émotion vraie de Juppé
Plus de tracas municipaux ! Il vient de se voir récompensé de son plus beau « fromage » !
cloette
- 14/02/2019 - 19:47
d'accord avec Vauban
drôle de classe politique !