En direct
Best of
Best-of: le meilleur de la semaine Atlantico
En direct
23/01/2019 - 10:16
Haut les mains
La brusque interpellation du Gilet jaune lillois Alexandre Chantry
Cette figure locale du mouvement des Gilets jaunes a été interpellée mardi 22 janvier devant le Grand Palais de Lille (Nord), alors en compagnie d'une poignée d'autres manifestants. Ils espéraient protester contre la venue supposée de Christophe Castaner.

La vidéo, diffusée en direct mardi 22 janvier, fait déjà polémique. Dans une séquence diffusée sur Facebook par un Gilet jaune, on assiste à la rapide et soudaine interpellation d'Alexandre Chantry, figure locale de la mobilisation, après qu'un groupe de manifestants s'est formé à proximité du Grand Palais de Lille (Nord), où se tient le Forum international de la cybersécurité. Les manifestants espéraient pouvoir y croiser Christophe Castaner, mais c'est le secrétaire d'État Laurent Nuñez, qui a remplacé le ministre de l'Intérieur à l'événement.

"À partir de maintenant, vous êtes interpellé"

L'interpellation, qui s'est déroulée dans le calme, pose question. Après une minute de vidéo, on peut voir plusieurs policiers s'approcher du petit groupe de Gilets jaunes rassemblés sur un trottoir, sous la neige, reprochant aux manifestants de prendre ici part à une manifestation non déclarée. L'un des agents intime à Alexandre Chantry l'obligation de le suivre au poste de police pour être placé en garde à vue. "Vous êtes en manifestation, pas de déclaration préalable, donc je vais vous repousser et monsieur Chantry vous allez me suivre pour organisation d'une manifestation sans autorisation préalable", expose le membre des forces de l'ordre, qui ne cède pas devant les protestations du petit groupe. "Si si, moi j'estime que c'est une manifestation, monsieur, révisez vos cours de droit. Donc à partir de maintenant, vous êtes interpellé", insiste-t-il. Les Gilets jaunes restants sont sommés de partir. "Vous dégagez, vous partez par là (...) Vous reprenez le boulevard, vous dégagez. Ceux qui seront encore là ici une minute, ce sera interpellation et garde à vue", prévient un autre.

La vidéo, visionnée à plus de plus de 30 000 reprises, interroge. Peut-on réellement qualifier l'attroupement de "manifestation non-déclarée" ? De nombreuses manifestations de plus grande envergure s'étaient tenues sans avoir été déclarées, et leurs organisateurs n'avaient pas été inquiétés. Dans la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen, il est rappelé dans l'article 10 que "nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l’ordre public établi par la loi", ce qui ne semble pas être le cas dans la séquence. Un autre détail interpelle : le fait que le policier s'adresse directement à Alexandre Chantry, sans contrôler son identité, et lui attribue l'organisation de la manifestation, alors qu'aucun trace publique, sur Twitter ou Facebook, ne le prouve, si ce n'est un message posté lundi dans lequel le Gilet jaune évoque la possible venue de Christophe Castaner à Lille.

Libéré en fin de journée

Contacté par France 3, un responsable syndical de la police a affirmé que "le ministre de l'Intérieur avait prévenu depuis un moment que les rassemblements non-déclarés ne seraient plus tolérés", même s'il se dit surpris qu'une seule personne ait été interpellée. En réaction à l'interpellation, un rassemblement d'une cinquantaine de personnes s'est tenu à partir de 11 heures mardi devant le commissariat de Lille-Sud, dont Alexandre Chantry a pu sortir en fin de journée, sa garde à vue levée "pour poursuite d'enquête", a fait savoir le parquet de Lille à la chaîne de télévision publique.

Publié le 23/01/2019 - 10:16
Vu sur : France 3
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Christine Lagarde, la directrice du FMI, prévient d’un risque grave de tempête mondiale mais personne ne semble l’entendre
02.
Il faut détruire Jean-Luc Mélenchon et le secret de l’instruction avec…
03.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
04.
Laeticia Hallyday s'ennuie à L.A; Johnny Depp craque pour la fille d'un vieux pote; Dany Boon veut que vous sachiez qu'il est amoureux (pour vous faire oublier ses impôts); Nicolas S. & Carla B. qu'ils étaient à Venise pour leur anniversaire de mariage
05.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
06.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
01.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
02.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
03.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
04.
Derrière le complotisme, l’énorme échec de 50 ans d’égalitarisme et de progressisme à marche forcée impulsés par l’Education nationale comme par la culture dominante
05.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
06.
Flambée d’antisémitisme et de violences politiques : ces erreurs politiques et macroéconomiques à ne pas reproduire pour enrayer la crise
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
gerint
- 23/01/2019 - 22:03
Gouvernement de merde
Qui détruit les Libertés Publiques
Poussard Gérard
- 23/01/2019 - 10:57
Et la racaille de banlieues
qui opère sans être inquiétée, qui tient les murs pendant les trafics??Et Benallah le boxeur de manifestants toujours en liberté?? Bravo à cette république exemplaire aux ordres d'un pouvoir comparable à la stasi...