En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi les images porno vues sur leurs smartphones pourront briser la future carrière de vos enfants

02.

Ces répliques du Hezbollah et de l’Iran auxquelles s’expose Emmanuel Macron

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

Emmanuel Macron exhibe son engin (à moteur) et Voici pense qu’il ne s’épile plus; Nicolas S. & Carla Bruni saluent leurs fans; Joey Starr, Cauet &Clara Luciani amoureux, Charlize Theron en couple avec elle-même; Justin Bieber veut sauver Kim K. & Kanye W.

05.

Ce qui se passe pour notre corps quand on arrête l’alcool

06.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

07.

Beyrouth : la maison de Carlos Ghosn a été détruite par les explosions

01.

Tintin, enfin !

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

04.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

05.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

06.

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

03.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

04.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

05.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

06.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

ça vient d'être publié
pépites > International
Drame
Beyrouth : 158 morts et toujours 21 personnes portées disparues, selon un nouveau bilan
il y a 6 heures 30 min
light > Culture
C'est dans les vieux pots...
"Dirty Dancing" va avoir une suite, avec Jennifer Grey reprenant son rôle de "Bébé"
il y a 7 heures 26 min
pépite vidéo > Société
Minute choupi
Journée internationale du chat : dix choses que vous ne savez peut-être pas sur votre compagnon à quatre pattes
il y a 8 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Lectures d'été" : "Surface" d'Olivier Norek, quand la découverte d’un corps disparu depuis 25 ans relance "une affaire classée"

il y a 9 heures 51 min
décryptage > France
Ensauvagement

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

il y a 12 heures 4 min
décryptage > Santé
Sevrage

Ce qui se passe pour notre corps quand on arrête l’alcool

il y a 12 heures 56 min
décryptage > Europe
Business

Ces femmes qui, dans l’Histoire, ont changé le monde. Aujourd’hui, Margaret Thatcher

il y a 13 heures 14 min
décryptage > Environnement
Un mal pour un bien ?

Le gouvernement veut réintroduire les néonicotinoïdes pour sauver les betteraves et voilà pourquoi il n’y a pas lieu de s’inquiéter pour les abeilles

il y a 13 heures 29 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

La France des caïds : le bandit qui murmurait à l’oreille du RSI

il y a 13 heures 33 min
pépites > International
Espoir pour les familles
Explosions à Beyrouth : un compte Instagram aide les habitants de la ville à retrouver les personnes disparues
il y a 1 jour 3 heures
pépites > International
Deuil
Covid-19 : l'Amérique latine est désormais la région avec le plus de morts dans le monde
il y a 6 heures 49 min
pépite vidéo > Media
Grand retour
Koh-Lanta : découvrez les portraits des 24 candidats de la nouvelle saison
il y a 7 heures 55 min
pépite vidéo > Environnement
Alerte rouge
Canicule : un immense morceau d'un glacier des Alpes menace de s’effondrer
il y a 9 heures 23 min
pépites > International
Drame
Inde : au moins 17 morts après la sortie de piste d'un avion qui s'est cassé en deux
il y a 10 heures 29 min
décryptage > Sport
Football

Juventus/Lyon : malgré sa défaite, l'Olympique Lyonnais arrache sa qualification et affrontera Manchester City en quarts de finale de la Ligue des Champions.

il y a 12 heures 50 min
décryptage > International
Ingérence ?

Ces répliques du Hezbollah et de l’Iran auxquelles s’expose Emmanuel Macron

il y a 13 heures 3 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Emmanuel Macron exhibe son engin (à moteur) et Voici pense qu’il ne s’épile plus; Nicolas S. & Carla Bruni saluent leurs fans; Joey Starr, Cauet &Clara Luciani amoureux, Charlize Theron en couple avec elle-même; Justin Bieber veut sauver Kim K. & Kanye W.
il y a 13 heures 20 min
décryptage > Société
Danger classé X

Pourquoi les images porno vues sur leurs smartphones pourront briser la future carrière de vos enfants

il y a 13 heures 32 min
décryptage > International
Détresse psychologique

Voulez-vous savoir pourquoi Michelle Obama fait une dépression ? C’est à cause de Trump

il y a 13 heures 34 min
pépites > International
Liban
Explosions à Beyrouth : le président libanais Michel Aoun rejette l’organisation d’une enquête internationale
il y a 1 jour 3 heures
© Reuters
© Reuters
Politico scanner

Myopes : la perception qu'ont les Français du niveau du racisme est-elle indexée sur les actes et propos effectivement recensés ?

Publié le 27 novembre 2013
Avec
Ce mercredi 27 novembre sort 30 ans après les faits le film "La marche" évoquant le défilé des beurs de France de 1983. L'occasion de revenir sur l'évolution du racisme en France et de sa perception par les Français depuis les années 1930.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Jeanbart est le Directeur Général adjoint de l'institut de sondage Opinionway.Pierre Rigoulot est historien et directeur de la revue Histoire & liberté. Spécialiste de l'histoire du communisme, il a participé à la rédaction de l'ouvrage Le livre...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ce mercredi 27 novembre sort 30 ans après les faits le film "La marche" évoquant le défilé des beurs de France de 1983. L'occasion de revenir sur l'évolution du racisme en France et de sa perception par les Français depuis les années 1930.
Avec

Atlantico : Depuis les années 1980, les chiffres de la perception du racisme en France par les Français est relativement stable oscillante globalement autour de 70 à 80%, tandis que les actes racistes ont évolué à la hausse mais de manière très irrégulière. Comment expliquer ce décalage entre la réalité des chiffres et la perception ? Peut-on y voir un effet de la médiatisation très important des actes racistes ?

Bruno Jeanbart : Avant tout, pour comprendre de tels décalages, il faut comprendre les outils qui servent à établir ces chiffres. Il peut en effet y avoir à la fois dans l'un et dans l'autre d'importants biais qui expliquent des chiffres pouvant ne pas répondre à la réalité. Pour commencer, il faut donc bien voir le nombre d'actes racistes relevés correspond aux signalements auprès des forces de l'ordre d'un tel acte. Il peut ainsi y avoir une hausse des actes sans hausse des plaintes ou inversement une hausse des plaintes sans hausse des actes selon les périodes. Sur les enquêtes c'est la même chose. Ce sont donc des indicateurs difficiles à comparer tant ils sont victimes de biais.

Seconde chose, sur ce qu'expriment les Français de la présence ou pas du racisme en France, cela correspond à un sentiment qu'il n'y a pas de changement plutôt qu'une vision à un instant T. On retrouve cela dans le niveau de déclaration des gens qui se considèrent racistes ou pas. Les gens ont dans l'idée que le racisme est quelque chose qui existe depuis toujours dans la société française et cet indicateur ne reflète donc pas nécessairement les variations au jour le jour du niveau de racisme mais plutôt un sentiment général, une perception. L'effet médiatique me semble assez peu considérable sur le long terme et on constate en général qu'il n'agit que sur des évènements bien précis sans porter dans le temps. Il avait par exemple été constaté que les gens s'étaient plus volontiers déclarés racistes après les émeutes des banlieues en 2005 mais les courbes sont finalement revenues à leur niveau habituel.

(cliquer pour agrandir)

(cliquer pour agrandir)

Source : CSA

Question : De la société française, diriez-vous qu'elle est plutôt plus ou moins raciste qu'il y a quelques années ?


Source : Ifop France (1988)

Sur cette même période on constate une montée plus importante des actes christianophobes, islamophobes et antisémites. Le racisme a-t-il changé de forme au sens où il n’est plus dirigé vers l'origine mais vers la communauté religieuse ?

Bruno Jeanbart : Les actes racistes peuvent effectivement prendre une nouvelle forme, qui est notamment celle qui se cristallise autour des questions religieuses mais qui témoigne en fait du questionnement sur l'identité. Il y a probablement là la combinaison d'une plus grande ouverture de la population sur le monde et du raccourcissement des distances qui suscitent au final un plus grand sentiment de "différences culturelles" que de différences d'apparence et de couleurs de peau. Les expressions du racisme sont donc aujourd'hui plus facilement tournées vers des actes islamophobes et plus généralement dirigés vers la communauté religieuse que vers la race en tant que telle. Se pose toutefois là une question complexe, celle de faire la différence entre un acte raciste et un acte à destination religieuse, par exemple islamophobe.

(cliquer pour agrandir)

(cliquer pour agrandir)

Source : Ministère de l'Intérieur

Comment expliquer que les Français perçoivent un niveau de racisme constant malgré le fait que les communautés issues de l'immigration soient aujourd'hui partie intégrante de la société française alors qu'elles étaient, il y a quelques décennies encore, encore bien plus en marges de celle-ci ? Y a-t-il une forme de paranoïa dans cette vision des choses ?

Bruno Jeanbart : Deux choses me semblent essentielles à préciser pour comprendre ce phénomène. D'abord, il y a depuis quelques années une certaine crispation autour des questions raciales due à la crise économique. Ce lien entre les difficultés économiques d'un pays et le rejet de l'immigration et des populations qui en sont issues n'est plus à prouver. Ensuite, il faut bien comprendre que la proximité physique à l'immigration et les phénomènes de vote raciste ne sont pas nécessairement liés.

Ainsi, pour répondre à la question plus précisément, si les Français ont l'impression que le racisme est très présent en France c'est une sensation que leur renvoie la société. Cela passe notamment par le fait que les gens ont l'impression qu'un certain nombre de questions d'inégalités comme l'accès à l'emploi ne sont pas réglées. Il faut donc bien faire la différence entre penser qu'il y a du racisme en France et penser que les Français sont racistes. C'est une différence fondamentale bien que pas évidente. C'est une ambiance de société qui est perçue, due à la sensation que les gens d'origines immigrés n'ont pas accès à tout et sont encore largement discriminées dans la vie de tous les jours.

(cliquer pour agrandir)

(cliquer pour agrandir)

Source : la Halde

Si l'on remonte plus loin encore, quelle forme avait le racisme dans les années 1930 ? Existait-il au sens où nous l'entendons aujourd'hui ?

Pierre Rigoulot : Le racisme dans les années 1930 était assez violent et se présentait essentiellement sous la forme de l'antisémitisme. Si ce dernier n'était pas le fait de toute la société, il existait tout de même une certaine liberté quant au fait de l'évoquer publiquement, notamment dans certains journaux. Bien évidemment, les barrières ont été levées pendant l’Occupation. La presse de la Collaboration a, à cet égard, été atroce.

En ce qui concerne les populations africaines, il y avait à cette époque une sorte d'infantilisation du type du célèbre "Y'a bon Banania", un racisme de mépris plus ou moins conscient plutôt que de violence. Il y a à ce propos de nombreuses histoires qui en témoignent, notamment à propos de Léopold Sédar Senghor. Il s'était retourné après un discours aussi brillant qu'il l'était et avait demandé à quelqu'un qui s’était permis une attitude condescendante : "'Y'a bon discours".

Précisons également que si aujourd'hui, elle est presque oubliée, l'arrivée des populations étrangères d'Europe du Sud ne s'est pas toujours bien passée non plus. Il y a notamment eu autour de l'immigration italiennes des rixes voire des violences de nature xénophobes à l'époque.

Après les années 1930, il y eut la Seconde Guerre mondiale et tout ce qu'elle a entrainé d'horreur et de persécutions… Comment cela a-t-il influencé notre vision du racisme et le racisme lui-même en France ? S'est-il déplacé vers d'autres communautés suite à ces terribles évènements ?

Pierre Rigoulot : Il est clair que cet épisode de notre histoire a profondément traumatisé notre société et plus largement tous les Occidentaux. D'une certaine façon, je crois que nous le sommes encore… Cela a donc créé une surveillance et une réserve bien plus grande vis-à-vis de l'antisémitisme, faisant progressivement disparaitre l'image traditionnelle que l'on se faisait autrefois du "juif commerçant prêteur à gage et magouillant" par deux facteurs : la Shoah d'une part, et la création de l'Etat moderne qu'est Israël d'autre part.

Le racisme s'est donc focalisé sur d'autres populations mais je crois qu'il s'agit plus de xénophobie que de racisme au sens biologique du terme et de croyance en la supériorité des races comme les nazis la percevaient. Cela s'explique notamment par la perte de repères et de valeurs des Français. Lorsqu'un peuple a du mal à être fier de ce qu'il est, il n'est pas disposé à bien accueillir ceux qui arrivent chez lui. Il y a de la part des Français une incapacité à proposer un cadre social, moral et civilisationnel à des gens qui arrivent. Nous sommes peu exigeants à leur égard, nous interdisant d'apparaitre comme porteurs de valeurs dont on a de solides raisons d’être fiers. Cela encourage le sentiment de menace venue des étrangers, une menace qui apparait d'autant plus grande que les Français n'ont pas confiance en eux et en ce qu'ils sont.


Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (18)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
JBSERBIST
- 02/12/2013 - 17:41
raciste ou pas raciste
Le terme racis/te/me qu'on nous sert depuis quelque temps et à toutes les sauces et à longueur de journée commence à nous donner la nausée et, j'en suis persuadé, a un effet contraire au but recherché. J'aime Mr Paul Weston quand il déclare "I am a racist"http://www.libertygb.org.uk/v1/index.php/home/root/news-libertygb/5851-my-name-is-paul-weston-and-i-am-a-racist?highlight=YTo5OntpOjA7czoxOiJpIjtpOjE7czoyOiJhbSI7aToyO3M6MToiYSI7aTozO3M6NjoicmFjaXN0IjtpOjQ7czo0OiJpIGFtIjtpOjU7czo2OiJpIGFtIGEiO2k6NjtzOjQ6ImFtIGEiO2k6NztzOjExOiJhbSBhIHJhY2lzdCI7aTo4O3M6ODoiYSByYWNpc3QiO30=
saint just
- 29/11/2013 - 19:58
Si je comprend bien
Et en analysant les chiffres, je suis stupéfait.
Finalement le racisme :c'est l'autre. Nous non, bien sur. seulement 5% je crois s'estime raciste. Mais l'autre , ah ça oui, il est raciste. 80%.
C'est pas mal. Haro sur l'autre. ,. Voila le danger. Autrui? Il n' y aqu'à supprimer les autres et il n'y aura plus de racisme.
Un peu de sérieux.
Qu'est-ce qu'un raciste. Aucune étude sérieuse ne cherche à le définir.
Ou plutôt, on le définit d'une manière trés restrictive : celui qui croit à la suprématie d'une race sur une autre, et ensuite ,on fait des stats sur des actes qui n'ont rien à voir avec cette définition.
Par exemple, on peut aimer les arabes en Algérie, au Maroc ou en Tunisie et ne pas les apprécier en France. Est-on raciste pour cela? . Si oui, alors je suis raciste et avec moi des millions d'autres français. Par contre je ne commet aucun acte répréhensible par la loi. Le problème est bien là. L'autre jour, dans un magasin, 3 gamins de 20 ans tout de même , se parlaient." Putain de Français, putain de France".
Ça, c'est à mon humble avis du racisme. Il n'est jamais pris en compte, car il s'agit de racisme anti français.Il ne figure dans aucune statistique.
issartier
- 29/11/2013 - 19:50
A racisme, racisme et demi !
A racisme, racisme et demi ! Si je dis que je veux changer Mme Taubira de civilisation, je suis raciste. Quand Mme Taubira a dit à tous les Français lors des débats sur le mariage pour tous, qu’elle va les changer de civilisation, elle est encore plus raciste, d’un racisme antifrançais publiquement exprimé sur le territoire français. Et si par surcroit elle l’a fait avec l’approbation du gvt, doit-on considérer que celui-ci s’est déclaré ainsi spontanément aussi raciste antifrançais , alors que rien ne l'y obligeait? Qui va poursuivre ce racisme-là comme il doit l'être?