En direct
Best of
Best of du 30 novembre au 6 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Miss Univers : Maëva Coucke chute pendant le défilé en maillot de bain

03.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

04.

Pourquoi la possibilité de baisser le point de retraite est en fait une mesure de justice sociale

05.

Étrange : un acte vraisemblablement terroriste aux États-Unis qui ne fait pas de bruit

06.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

07.

Boycotts pub : bien pire que l’activisme des Sleeping Giants, la lâcheté des marques qui cèdent à la pression

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

L‘industrie automobile française face à la plus grande crise de son histoire

04.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

05.

Retraite : la grève va tuer le projet du gouvernement mais faire la fortune des plans d’épargne par capitalisation

06.

PISA : l’école primaire, cette machine à fabriquer de l’échec

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Réchauffement climatique : respect des engagements ou pas, les températures pourraient grimper de 3°C d'ici la fin du siècle

03.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

04.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

05.

Retraites : mais que se passera(it)-t-il sans réforme ?

06.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Visions critiques

Critiques intelligentes de la nouvelle finance

il y a 16 min 35 sec
décryptage > Défense
Manipulation ?

Affaire d’espionnage russe en Haute Savoie, qui manipule qui ?

il y a 45 min 52 sec
décryptage > Economie
Mauvais résultats

Les mauvais chiffres de l’industrie réveillent les craintes sur la croissance allemande

il y a 1 heure 1 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

« Jamais autant de gens n’auront dû autant à si peu ! »

il y a 1 heure 13 min
décryptage > Europe
L’Union fait les faibles

Meurtre de Daphné Caruana : Malte ou le révélateur d’une certaine faillite (morale) européenne

il y a 1 heure 48 min
décryptage > Politique
Vers quelle direction ?

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

il y a 2 heures 12 min
pépites > France
Divisés
Retraites : un Français sur deux a une image positive du mouvement de contestation
il y a 17 heures 33 min
pépite vidéo > Media
Le beauf final
Marquinhos papa : le PSG dénonce les propos "immatures et blessants" de Guy Roux
il y a 18 heures 52 min
light > Insolite
Erreur de la banque
Quasi-émeute à Marseille face à un distributeur de billet qui distribuait le double de la somme demandée
il y a 20 heures 27 min
Sain et sauf
L'aventurier Mike Horn a été sauvé en Arctique
il y a 21 heures 22 min
décryptage > Faits divers
Voulez-vous mourir comme lui ?

Yann-Arthus Bertrand prépare son décès ! Il a chez lui un "cercueil biodégradable". Son corps l'est également

il y a 41 min 42 sec
décryptage > Style de vie
Développement personnel

Et si les routines du matin n’étaient pas vraiment la recette pour une vie épanouie

il y a 51 min 11 sec
décryptage > Economie
Mauvaise idée ?

« Reprendre » la dette des hôpitaux, après celle de la SNCF, par l’État : c’est pour la faire… reprendre de plus belle ?

il y a 1 heure 7 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Faut-il avoir peur des applications que nous chargeons sur nos smartphones ?
il y a 1 heure 35 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

il y a 2 heures 4 min
pépites > France
Galère
Grève : les perturbations prévues ce lundi
il y a 15 heures 48 min
pépite vidéo > International
Noir de monde
Hong Kong : 800.000 manifestants lors du défilé marquant les six mois de la contestation
il y a 18 heures 32 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Neuf exoterres sur dix autour d'étoiles doubles seraient propices à la vie ; Exobiologie : ce microorganisme préfère les météorites à la Terre
il y a 19 heures 57 min
pépites > France
Jusqu'au boutisme
Philippe Martinez : "Nous tiendrons jusqu'au retrait" de la réforme des retraites
il y a 20 heures 58 min
pépites > Santé
Générosité
Téléthon : la collecte atteint 74,6 millions d'euros
il y a 21 heures 45 min
© Reuters
© Reuters
Politico Scanner

Les Européens et le sauvetage de leurs retraites : les Français aussi lucides que les autres mais à la traîne sur les efforts à consentir

Publié le 29 août 2013
Alors que Jean-Marc Ayrault vient d'annoncer un allongement des cotisations pour tous les assurés sans hausse de la CSG, la réforme des retraites reste un sujet épineux dans notre pays. Historique de l'évolution de l'opinion sur la question.
Jacques Bichot est Professeur émérite d’économie de l’Université Jean Moulin (Lyon 3), et membre honoraire du Conseil économique et social.Ses derniers ouvrages parus sont : Le Labyrinthe aux éditions des Belles Lettres en 2015, Retraites : le...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jacques Bichot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jacques Bichot est Professeur émérite d’économie de l’Université Jean Moulin (Lyon 3), et membre honoraire du Conseil économique et social.Ses derniers ouvrages parus sont : Le Labyrinthe aux éditions des Belles Lettres en 2015, Retraites : le...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que Jean-Marc Ayrault vient d'annoncer un allongement des cotisations pour tous les assurés sans hausse de la CSG, la réforme des retraites reste un sujet épineux dans notre pays. Historique de l'évolution de l'opinion sur la question.

Plus que jamais, la réforme de notre système de retraites est un enjeu politique et économique. Dossier central dans notre pays depuis la première réforme d'Edouard Balladur en 1993, qui avait été discrète, la réforme des retraites provoque inquiétudes, prises de conscience et mouvements depuis 1995 et le projet d'Alain Juppé. Nos concitoyens sont en effet tiraillés entre la nécessité d'une réforme et le refus des sacrifices personnels.

Question : Selon vous, la réduction des déficits de l'Etat et de celui de la Sécurité sociale est-elle, aujourd'hui pour la France, quelque chose de...

Question : Personnellement, seriez-vous tout à fait favorable, plutôt favorable, plutôt opposé ou tout à fait opposé au report de deux ans de l'âge de votre départ à la retraite ?

« Français, quels sacrifices ?» Sondage Ifop – L’Express – Europe 1, réalisé les 12 et 13 octobre 1995 auprès d'un échantillon de 944 personnes de 18 ans et plus, représentatif de la population, selon la méthode des quotas.

Quels sont les principaux systèmes de retraites qu'utilisent nos voisins européens ? Comment fonctionnent-ils, notamment ceux sont pris en exemple de la Suède et de l'Allemagne ?

Jacques Bichot : Premièrement, nos voisins nordiques, germaniques et anglo-saxons utilisent davantage les fonds de pension et autres systèmes de retraites par capitalisation. Pourtant les Français sont des champions de l'épargne, financière et immobilière, mais ils rechignent (comme nos voisins méditerranéens) à la dédier en grande proportion à la préparation de leur retraite. Le MEDEF a raison de dire que des progrès seraient souhaitables en la matière.

Deuxièmement, en répartition, il existe trois types de régimes : par points (Suède, Allemagne, en partie Italie, France et Europe centrale) ; contributifs par annuités (Royaume-Uni, Espagne, en partie France et Italie) ; non contributifs par années de résidence (Pays-Bas).

Troisièmement, on pourrait faire une distinction entre les pays qui ont un régime par répartition unique (Suède), ou très dominant (Allemagne), ou qui évoluent vers cette formule (Italie) et ceux qui ont une multiplicité de régimes (trois douzaines dans le cas français).

Le régime Suédois, depuis 2001, est un régime par points, mais en général on dit "en comptes notionnels". En fait tout régime par points tient les comptes de points de ses clients, que ce soit l'ARRCO en France, la Deutsche Rentenversicherung en Allemagne ou la Suède. Mais les points sont très différents, ainsi que les règles de fonctionnement. La Suède a des points minuscules, appelés "couronnes notionnelles", dont le prix d'achat est fixe : une couronne (qui vaut environ dix centimes d'euros) cotisée donne une couronne notionnelle sur le compte. À l'autre extrémité, le point allemand est "Kolossal": il faut une année de cotisation au salaire moyen pour en obtenir un. Les points ARRCO ou AGIRC ou IRCANTEC sont entre les deux.

Les règles d'acquisition des points peuvent différer selon les pays. En Suède et en Allemagne, cotiser n'est pas le seul mode d'acquisition : élever un enfant procure aussi des points, ce qui n'est pas le cas dans les régimes complémentaires français. Un système de retraites par répartition rationnel, attribuant les droits à pension au prorata de ce qui prépare les retraites futures, à savoir les investissements réalisés dans la jeunesse, ne peut guère fonctionner que par points.

Les règles de passage des points ou des carrières à la pension consistent le plus souvent (sauf en France depuis 1982, année où toutes les règles de bon sens ont été remplacées) à calculer une pension de référence à un âge dit "pivot", par exemple 65 ans, puis à multiplier cette pension de référence par un coefficient dépendant de l'âge. Ce coefficient est évidement inférieur à l'unité si la pension est liquidée avant l'âge pivot, et supérieur si la liquidation s'effectue plus tard : c'est le principe de la neutralité actuarielle, qui rend l'équilibre financier du régime indépendant de l'âge moyen au départ. Dès lors, il n'y a plus aucune raison pour que l'État se mêle de pousser les gens à travailler plus longtemps : chacun est responsable, s'il veut toucher davantage chaque mois il sait qu'il lui faut différer son départ, et s'il veut partir tôt il sait qu'il aura des mensualités plus faibles ; à lui de choisir ("retraite à la carte avec neutralité actuarielle"). La Suède et l'Allemagne ont adopté cette formule, qui donne satisfaction. 

Ces systèmes sont-ils en place depuis longtemps ou comme le notre ont-ils été souvent réformés ? Sont-ils un sujet de discorde politique et sociale comme en France ou les réformes sont-elles acceptées facilement ?

En Allemagne le système concerne 80 % de la population : il reste des régimes spéciaux. En Suède il est universel. Outre-Rhin, il a été mis en place pour partie en 1992 et pour partie au début de ce siècle. Sociaux-Démocrates et démocrates-chrétiens ont les uns et les autres contribué à son élaboration, qui a débuté avec le Chancelier Kohl, et s'est achevée (pour l'essentiel) avec le Chancelier Schröder. Celui-ci a cependant dû à contrecœur, poussé par ses troupes, faire abroger la dernière loi retraite de la précédente majorité, qui introduisait une formule de calcul de la valeur de service du point tenant bien compte du rapport retraités sur cotisants ; mais quelques années plus tard, ayant acquis une assise suffisante, il a fait voter une loi allant exactement dans le même sens. Et auparavant il s'était offert le luxe de faire voter un texte instaurant des bonifications pour l'épargne retraite, et imputant quasiment le coût de ces bonifications sur la valeur du point.

En Suède, la réforme a été discutée pendant près de dix ans par une commission mixte composée à parité de parlementaires de droite et de gauche, et présidée par le ministre des affaires sociales. Cette commission a traversé deux alternances, et a fini par trouver un terrain d'entente, laquelle s'est concrétisée par la loi cadre de 1994. En 1998 ont suivi les lois et décrets techniques, et il a fallu attendre 2001 pour que les systèmes informatiques et le personnel soient en mesure de faire basculer le système des annuités aux points, de façon semble-t-il parfaitement réussie.

La France a donc une, deux ou trois décennies de retard par rapport à ces deux pays. Elle peut, bénéficiant de leur expérience, aller plus vite, mais il faudra quand même compter un quinquennat complet : une loi-cadre votée (par le Parlement ou par référendum) en début de quinquennat, des lois et décrets techniques deux ans plus tard, et le grand basculement dans un système unifié par points juste avant les élections présidentielles et législatives suivantes, ce serait un très bel exploit.

Question : De laquelle des deux opinions suivantes êtes-vous le plus proche, ou disons, le moins éloigné ?

"Réforme des retraites, ce que les Français souhaitent". Sondage Ifop - Notre temps réalisé les 25 et 26 février 1999 auprès d'un échantillon de 952 personnes de 18 ans et plus, représentatif de la population, selon la méthode des quotas.

Les inquiétudes des Français quant à l'évolution du régime des retraites concernent deux leviers essentiels : l'augmentation de la durée des cotisations à laquelle 62% des Français sont défavorables en 2003, et le recul de l'âge de départ à la retraite auquel la même année 68% sont défavorables. Le débat est-il centré sur les mêmes questions à l'étranger ? Les systèmes utilisés le recentre-t-il vers autre chose ?

Durée de cotisation et âge légal de départ sont des notions archaïques, il est stupide de se battre sur ce terrain. Dans un système à la carte avec neutralité actuarielle on peut avoir besoin d'une loi pour modifier l'âge pivot, mais le paramètre de commande principal, la valeur du point, est modifié par des décisions de simple gestion, en conformité bien sûr avec des règles définies par la loi. C'est un peu comme le taux d'intérêt d'une banque centrale : il n'est pas fixé par le Parlement ! Nous avons fait le saut pour l'indépendance de la Banque centrale, reste à dépolitiser de la même façon la gestion des retraites.

Dans les deux pays dont nous avons le plus parlé, il ne semble pas que la population soit comme en France excitée à défendre des positions intenables en matière de retraites. Hommes politiques et syndicalistes sont probablement moins démagogues. Et en Allemagne la Deutsche Rentenversicherung ne perd pas une occasion d'expliquer à ses cotisants que la démographie du pays implique forcément une diminution de la générosité des retraites par répartition, si bien qu'ils ont intérêt à épargner davantage pour compléter la retraite qu'elle leur versera. On est à des années-lumière de l'attitude rassurante des pouvoirs publics français. Le fait que ce soient des gestionnaires et non des hommes politiques qui ont la responsabilité de la gestion courante y est certainement pour beaucoup.

Question : Vous personnellement, diriez-vous qu'aujourd'hui, vous êtes très inquiet, plutôt inquiet, plutôt pas inquiet ou pas inquiet du tout concernant le financement de votre retraite ?

« Les Français et la retraite ». Sondage Ifop – Association française d’Epargne et de Retraite, réalisé les 7 et 8 mars 2002 auprès d’un échantillon de 929 personnes de 18 ans et plus, représentatif de la population, selon la méthode des quotas.

Question : Parmi  chacune des solutions suivantes pour réformer notre système de retraite, vous me direz si vous y êtes tout à fait favorable, plutôt favorable, plutôt pas favorable ou pas du tout favorable :

« Le devenir des retraites : pronostics et attentes ». Sondage Ifop – Dimanche Ouest France, réalisé les 30 et 31 janvier 2003 auprès d'un échantillon de 978 personnes de 18 ans et plus, représentatif de la population, selon la méthode des quotas.

Le sujet des retraites en France est éminemment politique, notamment la fameuse "retraite à soixante ans". Est-ce le cas chez nos voisins ou un bon sens économique commun transcende-t-il les partis ? Nous Français, sommes-nous obsédés par l'âge du départ à la retraite ?

Oui, nous avons le chic pour politiser ce débat ! La retraite à 60 ans, mais aussi la pénibilité, la dépendance, tout est occasion de discours démagogiques. Des dogmes ridicules sont érigés, et ceux qui ne sont pas "politiquement corrects" sont traités comme jadis les hérétiques dans des sociétés religieusement intolérantes. En Allemagne et en Suède, les partis s'affrontent, mais ils partagent un minimum de bon sens économique. Ils ne dramatisent pas la question de l'âge de départ à la retraite comme nous le faisons. Chacun sait que la croissance de la longévité jointe au déficit de natalité implique des adaptations, et les citoyens sont orientés par les institutions elles-mêmes à ne pas attendre de l'État qu'il les en dispense. Chez eux l'État providence a fort heureusement commencé sa sortie, au profit de plus de responsabilité de la part des citoyens.

Question : Pour chacune des solutions suivantes envisagées pour réformer notre système de retraite, vous me direz si vous y êtes tout à fait favorable, plutôt favorable, plutôt défavorable ou tout à fait défavorable :

(cliquer pour agrandir)

"Le bilan de la réforme des retraites". Sondage Ifop - Fondapol, publié le 4 novembre 2010, réalisé du 2 au 4 novembre auprès d'un échantillon de 1007 personnes de 18 ans et plus, représentatif de la population, selon la méthode des quotas.

Question : Pour chacune des solutions suivantes envisagées pour réformer notre système de retraite, vous me direz si vous y êtes tout à fait favorable, plutôt favorable, plutôt pas favorable ou pas du tout favorable :


(cliquer pour agrandir)

« Les Français et la réforme des retraites ». Sondage Ifop – Dimanche Ouest France, réalisé les 31 mai et 1er juin 2013 auprès d’un échantillon de 1017 personnes de 18 ans et plus, représentatif de la population, selon la méthode des quotas.

Propos recueillis par Jean-Baptiste Bonaventure

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Miss Univers : Maëva Coucke chute pendant le défilé en maillot de bain

03.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

04.

Pourquoi la possibilité de baisser le point de retraite est en fait une mesure de justice sociale

05.

Étrange : un acte vraisemblablement terroriste aux États-Unis qui ne fait pas de bruit

06.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

07.

Boycotts pub : bien pire que l’activisme des Sleeping Giants, la lâcheté des marques qui cèdent à la pression

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

L‘industrie automobile française face à la plus grande crise de son histoire

04.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

05.

Retraite : la grève va tuer le projet du gouvernement mais faire la fortune des plans d’épargne par capitalisation

06.

PISA : l’école primaire, cette machine à fabriquer de l’échec

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Réchauffement climatique : respect des engagements ou pas, les températures pourraient grimper de 3°C d'ici la fin du siècle

03.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

04.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

05.

Retraites : mais que se passera(it)-t-il sans réforme ?

06.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Tomraclure
- 28/08/2013 - 19:51
le casse tête sera resolu quand les babyboomer seront morts...
C'est de la logique pure...

Quand les générations de nos parents et de nos grands parents seront decedes, on aura soldé cet age d'or.

30-35 ans à serrer les fesses. Peu importe la couleur du gouvernement...
boblecler
- 28/08/2013 - 19:13
Les français ne veulent plus des dépenses sociales de droite
ZOE DU RAFFIOT oublie que SARKO pouvait supprimer 80 milliards d'allocations / RSA par an pour économiser 800 milliards sur 10 ans et 50 milliards en agence pour contrôler le budget. oh 1300 milliards d'économisés sur 1800 milliards de dettes et 360 milliards pour les banqes à rembourser oh 1660 milliards à rembourser sur 10 ans. La gauche a dû faire le PEA pour financer les PME et accorder 30 milliards de crédit supplémentaires alors que SARKO a autorisé le rachat de NYSE euronext par ICE pour 1 milliards. Les capitaux français vont aller chercher la performance pour de bons aux USA au lieu d ela France.
chrisgpm
- 28/08/2013 - 18:36
Avec moins de dépenses sociales...
Oui aux efforts pour financer les retraites de ceux qui ont travaillé la majeur partie de leur vie, qui ont cotisé, qui ont servi la France, fonctionnaires ou privés, mais commençons par réduire les dépenses sociales surtout envers ceux qui entre dans ce pays uniquement pour ça, qui ne font et ne feront pas prospérer ce pays. Je veux bien continuer à travailler, me serrer la ceinture mais pas pour n'importe qui, mais pour ma famille, parents, enfants et tous ces anciens qui ont servi et fait prospérer ce pays, et le respectent...