En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
Politico scanner
Les Français face à la Défense nationale et à son coût
Publié le 29 mai 2013
L'Assemblée nationale discute aujourd'hui du Livre blanc de la Défense qui prévoit la suppression de 24 000 postes dans l'armée d'ici 2019. Les Français ne semblent pourtant pas être de fervents partisans de la réduction des effectifs, et souhaitent conserver une armée forte.
Jean-Dominique Merchet est journaliste à L'Opinion. Il a travaillé pendant vingt ans sur les questions militaires.Auteur du blog Secret Défense, il a récemment publié Une histoire des forces spéciales (Jacob-Duvernet / 2010) et de La mort de Ben Laden ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Dominique Merchet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Dominique Merchet est journaliste à L'Opinion. Il a travaillé pendant vingt ans sur les questions militaires.Auteur du blog Secret Défense, il a récemment publié Une histoire des forces spéciales (Jacob-Duvernet / 2010) et de La mort de Ben Laden ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'Assemblée nationale discute aujourd'hui du Livre blanc de la Défense qui prévoit la suppression de 24 000 postes dans l'armée d'ici 2019. Les Français ne semblent pourtant pas être de fervents partisans de la réduction des effectifs, et souhaitent conserver une armée forte.

Atlantico : Selon un sondage réalisé par Ipsos sur demande du ministère de la Défense, deux tiers des Français sont opposés aux coupes budgétaires que le gouvernement s'apprête à opérer dans le budget de la Défense. Ce refus de l'austérité dans le domaine militaire est-ce une constante de l'opinion publique ? François Hollande a-t-il commis une faute politique ?

Jean-Dominique Merchet : Non je ne pense pas qu'il s'agisse d'une faute politique. Certes, la majorité des Français est opposée aux restrictions budgétaires. Mais il n'y a pas véritablement de coupes budgétaires, il y a même un maintien du budget, c'est cela pour l'instant la réalité des faits. Par contre il y a une réduction des effectifs qui va se poursuivre, comme partout ailleurs dans la fonction publique (sauf dans l'Éducation nationale), même si les militaires sont plus mis à contribution. Est-ce bien ou mal ? Je pense que l'on commence en tout cas à atteindre de vraies limites.

Je ne suis pas du tout surpris par l'opinion des Français, qui ont conscience que l'on est dans un monde dangereux – il suffit de s'informer pour voir que la violence est une réalité – et que cela nécessite la protection d'une armée. Mais ils ont également conscience qu'il va être difficile d'aller plus loin dans les économies budgétaires de la Défense. Ses moyens ont déjà été considérablement réduits dans les dernières années. C'est un vrai retournement dans l'opinion. Pendant des années, on pensait que l'on pouvait économiser de l'argent sur la Défense et que ce n'était pas très important. C'est fini maintenant, on a remarqué un vrai basculement de l'opinion cette année.

En tout cas, les Français veulent une Défense efficace et, contrairement aux critiques que l'on entend, je pense qu'ils l'ont. La France a une très bonne armée, visible, qui fait l'admiration de nos alliés. Cela, les Français le savent, et ils veulent le garder.

49% des Français pensent que les budgets alloués à la Défense sont plutôt utilisés efficacement, un chiffre nettement supérieur à la moyenne des autres postes de dépenses de l'État, les Français étant rarement positifs quand ils doivent juger de la pertinence de l'utilisation des dotations publiques. Pourquoi la Défense cultive-t-elle cette réputation de bonne gestion ?

(Cliquez pour agrandir l'image)

Source  : acteurspublics.com

Je pense que la Défense est un des secteurs de l'activité publique qui a montré au cours des vingt dernières années deux choses importantes. Primo, qu'elle était capable de se réformer en profondeur, et très peu d'institutions peuvent en dire autant. Secundo, quand l'armée intervient, les Français voient que cela fonctionne bien. Ils l'on vu en Afghanistan et Libye, ils le voient maintenant au Mali. Les budgets diminuent, malgré tout l'armée a su se professionnaliser, donc globalement l'institution fonctionne.

Évidemment, quand on est un militaire ou un spécialiste, et que l'on étudie la situation de près, on voit que ce n'est pas toujours le cas. Quand on pense à des choses comme "Louvois", le système utilisé pour le paiement des soldes des militaires qui connaît des dysfonctionnements considérables, on constate qu'il existe de vrais scandales de mauvaise gestion. Mais le Français de base ne voit pas forcement cela. Il constate que, pour une dépense représentant 1,5% de la richesse nationale, le pays est protégé et capable d'avoir une action militaire efficace quand on le décide.

Malgré leur attachement à l'armée, seuls 10% des Français souhaitent que l'armée serve à des opérations pour des conflits à l'étranger (3% seulement considère que c'est "la première priorité"). Comment expliquer ce paradoxe entre le désir d'une armée puissante, mais sans vouloir qu'elle serve comme force hors de nos frontières. Les Français se sentent-ils menacés pour souhaiter ainsi une armée plutôt "défensive" ?

(Cliquez pour agrandir l'image)

Source  : acteurspublics.com

La question est complexe car quand on demande aux Français s'ils approuvent les interventions militaires comme celles en Libye ou au Mali, ils sont très majoritairement pour, bien qu'ils aient été assez majoritairement contre en Afghanistan. Les Français veulent d'abord une armée pour protéger leur pays, et ils ont bien raison, car la légitimité de l'armée tient d'abord à cette question de la protection du territoire. C'est pour cela qu'elle existe et qu'elle justifie qu'on y dépense 30 milliards d'euros par an.

Après, est-ce que la sécurité des Français est liée ou non à des opérations extérieures dans le monde ? Manifestement, les Français étaient convaincus qu'intervenir au Mali pour détruire les groupes islamistes faisaient partie de la protection du pays. Il vaut peut-être mieux effectivement les combattre dans la région de Kidal que d'avoir les mêmes dans les gares de RER.

A-t-on constaté un "effet Mali" dans ce relatif soutien du grand public pour l'armée française ?

Oui je le pense. Il y avait déjà eu un "effet Libye" auparavant. Par contre les Français n'ont jamais considéré que l'intervention en Afghanistan était "leur" guerre, et ils avaient raison d'ailleurs. Mais, outre l'effet positif que renvoie l'image de l'intervention réussie de l'armée dans un monde toujours dangereux, il y a un autre élément qui a beaucoup joué dans l'image positive dont jouit l'armée depuis plusieurs années, c'est la professionnalisation de l'armée et la fin de la conscription, qui provoquait un vrai rejet chez une partie de la jeunesse. Quand on voit à quoi ressemble un soldat français de 2013 par rapport à ce qu'il était il y a vingt ans, c'est un autre monde. Cela a vraiment renforcé la bonne perception de l'armée dans le pays.

Propos recueillis par Damien Durand

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Les puissants relais de l'Algérie en France ; Ces amis de Ghosn que tout le monde craignait chez Renault; L'avertissement de Philippe à Castaner; Technip: et un mégagâchis industriel de plus; Notre-Dame partout dans les hebdos, le catholicisme plus rare
02.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
03.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
04.
Un pognon de dingue pour Notre-Dame de Paris ? Oui, car l'Homme ne vit pas que de pain
05.
Pourquoi l’incendie de Notre-Dame oblige Emmanuel Macron à revoir sa copie
06.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
07.
Le nouveau parti du Brexit de Nigel Farage prend la tête des sondages pour les Européennes au Royaume-Uni
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
04.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
bp50lecture
- 30/05/2013 - 00:03
La Défense Nationale des Français
Si la Grande muette pouvait dire ce qu'elle pense du Chef des armées actuel...En bon socialo, il n'aime pas l'Armée ( ni les riches d'ailleurs) et si Cahuzac est passé à la trappe, Moscovici est aussi dangereux pour les budgets. Une politique militaire et une industrie d'armement au top sont indispensables pour encore exister sur l'échiquier mondial. Ce gouvernement ferait mieux de donner le feux vert pour vendre le vecteur Rafale et le char Leclerc aux Chinois qui veulent se moderniser, pour contrer nos amis Américains qui ont toujours saboté notre matériel sur les marchés.
C3H5.NO3.3
- 29/05/2013 - 21:39
@Edorsay
Beaucoup de militaires sont sous contrat. Pour les militaires du rang, contrats de 4 ans renouvelable 1 fois, activation pour les meilleurs sur concours). Pour les sous-officiers, tous en début de carrière sont sous contrat, et une sélection se fait peu à peu pour garder un certain nombre pour des carrières longues. Pour les officiers, contrat également, pour certains, et 20-22 ans de cararière maximum.

Un militaire n'a pas de salaire, mais une solde, car il n'est pas payé en fonction d'un nombre d'heures. On est militaire 24h/24. Et même en temps de paix, les horaires de beaucoup d'officiers sont plus proches des cadres du privé que des 38.5 heures par semaine.

Bastion féodal indiscutable, car il draine des tradis d'une part qui font ce métier comme un sacerdos suranné et d'autre part des personnes qui ne pourraient pas avoir de travail dans tout autre secteur d'activité, il est temps de privatiser et de mutualiser cette activité, trop coûteuse.
La France représente tout juste 1 percent de la population mondiale. Soyons réaliste et réalisons enfin la CED.
Edorsay
- 29/05/2013 - 20:26
Des fonctionnaires avec un fusil
Bastion féodal indiscutable, car il draine des tradis d'une part qui font ce métier comme un sacerdos suranné et d'autre part des personnes qui ne pourraient pas avoir de travail dans tout autre secteur d'activité, il est temps de privatiser et de mutualiser cette activité, trop coûteuse.
La France représente tout juste 1 percent de la population mondiale. Soyons réaliste et réalisons enfin la CED.