En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

04.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

07.

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 10 heures 4 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 10 heures 42 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 13 heures 25 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 14 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 15 heures 26 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 18 heures 11 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 18 heures 22 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 18 heures 43 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 19 heures 22 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 19 heures 29 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 10 heures 25 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 12 heures 27 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 14 heures 29 sec
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 15 heures 20 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 18 heures 4 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 18 heures 19 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 18 heures 34 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 18 heures 47 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 19 heures 25 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 19 heures 29 min
© Michele CATTANI / AFP
© Michele CATTANI / AFP
Géopolitico Scanner

Les conséquences en cascade que pourrait avoir le coup d’Etat au Mali

Publié le 21 août 2020
Quatre jours après le coup d'Etat au Mali qui a renversé le président Ibrahim Boubacar Keïta, toujours aux mains des militaires putschistes, l'incertitude demeure pour l'avenir du pays. Alexandre del Valle décrypte les conséquences pour la région, pour l'avenir du Mali et pour la présence militaire française.
Alexandre Del Valle
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre del Valle est un géopolitologue et essayiste franco-italien. Ancien éditorialiste (France Soir, Il Liberal, etc.), il intervient à l'Ipag,  pour le groupe Sup de Co La Rochelle, et des institutions patronales et européennes, et est chercheur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Quatre jours après le coup d'Etat au Mali qui a renversé le président Ibrahim Boubacar Keïta, toujours aux mains des militaires putschistes, l'incertitude demeure pour l'avenir du pays. Alexandre del Valle décrypte les conséquences pour la région, pour l'avenir du Mali et pour la présence militaire française.

Atlantico.fr : Qui est à l’origine du coup d’état qui s’est déroulé au Mali ?

Alexandre del Valle : Dans l'état actuel des choses, il y a beaucoup de questions, peu de certitudes, mais ce que l’on sait est que : 1/ la population malienne est majoritairement favorable au départ du président déchu Ibrahim Boubacar Keita (IBK), 2/ que les Etats voisins du G5 Sahel et de la CEDEAO (Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest) pensent le contraire et voudraient vainement rétablir IBK dans ses fonctions, ce qui semble irréaliste puisque les islamistes radicaux, la population et l’opposition classique et l’armée sont contre. 3/ Rappelons que le 5 juin dernier, plusieurs milliers de manifestants étaient descendus dans les rues pour exiger le départ d’IBK, jugé non seulement corrompu, mais incapable de faire face et à la gravissime crise économique et à la fracturation entamée du pays, et aux questions de rivalités intertribales et islamiste et a fortiori la menace jihadiste grandissante. Précisons que c’est en réalité toute l’Afrique de l’Ouest qui est traversée par une vague de déstabilisatiion et de discrédit des dirigeants en place: la Côte d’Ivoire où la population manifeste contre un troisième mandat de trop (et anticonstitutionnel) de Ouatara, le Niger, récemment frappé par des attentats terroristes anti-francais mais régulièrement tournés contre l’Etat et l’Armée, comme au Burkina Fasso, ou encore la Guinée, où Alpha Condé se dirige lui aussi vers un troisième mandat (de trop?) controversé mais que l’on voit mal être empêché par les oppositions externes et internes. Pour revenir au récent coup d’Etat militaire, ce que nous savons, d’après nos correspondants du Multipolar World institute, notamment Drissi Kananbaye, c’est qu’il est composé d’ennemis du président mais aussi d'anciens proches du président déchu, ce qui rappelle les révolutions arabes lorsque des militaires en Egypte notamment déposèrent leur ancien chef-Rais Hosni Moubarak pour répondre au ras-le-bol populaire et sauver un système à défaut d’un homme. On sait que le Général Fanta Madi Dembélé, qui pourrait être le cerveau du coup d'Etat, est le gendre de Madame Sy Kadiatou Sow, membre du M5 et militante du Mouvement Démocratique. Le Colonel Goita était celui qui coordonnait les navettes du président IBK entre Koulouba et Sèbénikoro. Très proche de la famille présidentielle. Quant au colonel Modibo Koné, très décrié dans la gestion de la crise au centre, il était basé à Koro puis à Sévaré. Le Commandant Alpha Yaya Sangaré, soupçonné d'avoir coordonné les opérations de la Forsat lors de la marche du 10 juillet, est par contre «l 'ex" de Maimouna Atch, la deuxième épouse de Karim Kéita et ami de Momo Bagayogo ( homme de main de Karim Keïta) et fils du Général Tiékoro Bagayogo. On le sait très proche du Général Diawara de la SE. Son père est un général de police à la retraite. Enfin le Colonel-major Wagué pourrait également être impliqué.

Quelles conséquences ce coup d’état pourrait-il avoir sur l’Europe ?

Si le nouveau régime qui va être mis en place au Mali n’adopte pas une position clairement anti-islamiste, l’Europe et en particulier la France pourraient se retrouver exposées à une vraie menace.

Pour l’instant, dans le chaos de la situation malienne, seules les suppositions sont permises. Pour autant, on peut définir que le principal danger pour les Européens vient du front islamiste ( non djihadiste ) mené par l'imam Mahmoud Dicko : durant la récente crise, cette figure de l'opposition islamiste anti-occidentale et anti-française formée au salafisme saoudien s'était entretenu avec les cinq chefs d'Etat d'Afrique de l'Ouest venus à Bamako pour appuyer les efforts de la médiation de la Cedeao. A la tête d'une coalition hétéroclite qui mène le plus important mouvement de contestation anti-pouvoir qu'ait connu le Mali depuis le coup d'Etat de 2012, Dicko a semblé vouloir préparer une prise de pouvoir en menant les manifestations de masse anti-régime et en exigeant le départ du président déchu. Précisons que Dicko avait été un soutien du président Ibrahim Boubacar Keïta (IBK), et qu’il est devenu, depuis la guerre civile malienne, sa bête noire. Le coup d’Etat est arrivé après que les présidents africains n'ont pas réussi à faire accepter leur plan de sortie de crise – qui ne prévoyait pas le départ d’IBK, pourtant exigé par l’opposition. 

Si aux prochaines élections le Mali passe aux mains des islamistes radicaux menés par Mahmoud Dicko, qui n’est pas sans entretenir des contacts extrêmement positifs avec les djihadistes, ce serait une menace extrêmement grave pour les troupes françaises sur place (plus de 5000 soldats) mais aussi pour le continent européen tout entier. 

Quels avantages la Turquie pourrait-elle tirer de l’instauration d’un régime islamiste au Mali ?

Pour Erdogan, il s’agit d’une opportunité remarquable d’étendre son influence en Afrique de l’Ouest. Après avoir rallié la Mauritanie à sa cause (régime associé aux Frères Musulmans), le Mali pourrait bien être la prochaine étape. Les Turcs s’implantent déjà au Mali en utilisant des réseaux de formation religieuse et scolaire. Bien que leurs investissements dans le pays soient inférieurs à ceux des Saoudiens depuis une dizaine d’années, leur présence commence à être visible. Dans l’ensemble de l’Afrique musulmane, les Turcs tentent de jouer la carte de l’alternative au « colonisateur européen » en tant que prétendant au "leadership" du monde musulman. 

D’un point de vue occidental, voir la Turquie étendre son influence partout en Afrique, approfondir ses relations avec les mouvances islamistes anti-européennes et anti-françaises, et même parfois avec des forces djihadistes comme on le voit en Libye ou en Somalie, notamment, où les constructions de bases militaires turques accompagnent l’installation des « proxys » jihadistes venus de Syrie ou d’ailleurs, ne peut être qu’une mauvaise nouvelle. De ce point de vue, l’indifférence de l’UE à ce qu’il se passe dans cette région du monde, en y laissant seule la France, face aux jihadistes dans la Zone G5 et face à l’agressivité turque néo-impériale en Méditerranée et en Libye, est une erreur fondamentale que l’ensemble de l’Europe (qui a abandonné les Africains, les Chypriotes et la Grèce face aux islamises et à Erdogan), paiera très cher dans un avenir proche.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
hoche38
- 22/08/2020 - 13:24
L'Afrique aux Africains!
Et la France aux Français. Quand donc allons-nous dégager de cette Afrique noire qui économiquement ne représente quasiment plus rien pour nous et laisser tous ces honorables gentlemen, qui en France nous crachent dessus, s'occuper de leurs affaires. La place du peu qu'il nous reste de soldats n'est pas à Bamako mais face à nos cités islamisées.
J'accuse
- 21/08/2020 - 16:34
On espèrera en vain des sanctions méritées
Les services de renseignements français ont été incapables de prévoir le putsch, plus encore de l'empêcher, dans un pays dont l'instabilité politique est permanente, l'opposition très active, et des soldats aussi incompétents sur le terrain que toujours prêts à faire des mauvais coups.
Sachant que le président en exercice est un soutien pour l'action militaire française, et qu'il suffit de le prendre en otage pour faire un coup d’État, comment se fait-il qu'il n'ait pas été protégé ?
On peut toujours échafauder des tas d'hypothèses sur la suite des événements, mais il est évident que des têtes doivent tomber en France, à commencer par le ministres des Armées et celui des Affaires étrangères.
Mais on sait que ça n'arrivera pas.
TPV
- 21/08/2020 - 16:10
Arrêtons la sinistre plaisanterie
En politique étrangère l'UE est un carnet de chèques (comme l'Allemagne). Retour urgent à la case nationale.